> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation scolaire et Découverte professionnelle, Stages 3e > Orientation scolaire > L’orientation : de la quatrième au master (rapport thématique annuel de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’orientation : de la quatrième au master (rapport thématique annuel de l’Igesr 2020, 22 octobre 2021)

26 octobre 2021

Additif du 30.10.21

Orientation : L’Inspection demande une réforme de fond
Avant qu’une réforme profonde diminue peut-être sa capacité de conseil, l’Inspection générale livre en forme de rapport annuel une étude sur l’orientation de la 4ème au master. Il préconise de créer de nouveaux outils d’orientation post troisième et post seconde mais aussi de mettre au clair les attendus ministériels en matière d’orientation. Enfin il demande une réelle relance du Parcours Avenir.

Carences et inégalités

Dans le système éducatif français l’orientation a longtemps été un outil pour assurer le tri des meilleurs et éliminer ceux qui étaient jugés moins bons. Or, comme le remarque le rapport, la sélection opérée était et reste marquée par des inégalités de genre et sociales. Une hiérarchie scolaire implicite s’est bien installée dans le système éducatif qui entre en contradiction avec le discours sur l’égalité des voies de réussite . " Les constats établis dans ce rapport mettent à mal l’idée d’une « orientation choisie » pour tous. Nonobstant de réelles avancées en matière d’information, de développement d’outils et de dispositifs d’accompagnement des élèves et des étudiants ou encore de lutte contre le décrochage, comment expliquer la permanence de choix d’orientation aussi genrés ? Comment comprendre la concentration des élèves et des étudiants dans quelques formations sans lien avec l’offre existante ? Comment interpréter la présence d’inégalités territoriales importantes en matière d’offre de formation ?", dit le rapport.

Le rapport souligne aussi les carences dans le dispositif d’orientation. " Malgré l’existence d’initiatives locales encourageantes qu’il convient de recenser et de diffuser, l’absence d’une coordination effective des différents acteurs et la faible lisibilité des stratégies mises en oeuvre au sein des établissements conduisent à reléguer à la périphérie du système une question pourtant centrale dans le cadre de la construction des parcours. Ainsi, tout en reconnaissant le rôle des professeurs principaux et des psy-EN dans le secondaire et des SCUIO-IP dans le supérieur, nombre d’élèves et d’étudiants continuent de nourrir leur « projet d’orientation » et leur « projet professionnel » au seul sein de la sphère familiale".

Un pilotage à revoir

Mais pour changer cela, il demande davantage de clarté dans le pilotage. " Dans un contexte de réformes systémiques, la nécessité de faire converger l’action des différents acteurs au-delà des professeurs principaux ou encore des professionnels de l’orientation implique que soient énoncés clairement les objectifs ministériels poursuivis en matière d’orientation à travers un texte de politique générale qui précise les compétences respectives des différents acteurs et ce qui est attendu de chacun d’entre eux. Il est en outre essentiel de soutenir l’action de celles et ceux qui, bien que convaincus de l’importance d’accompagner les élèves et les étudiants dans la construction de leurs parcours, continuent de se heurter à la difficulté d’objectiver l’analyse des parcours des élèves et des étudiants faute de bénéficier eux-mêmes d’une formation et/ou d’un accompagnement... Au plan local, c’est toute l’organisation du lycée, le fonctionnement des instances, le système de représentation des élèves et des familles, le rôle du conseil de classe qui se trouvent remis en question. Au plan territorial, le décloisonnement de l’appareil de formation inhérent à la notion de parcours promue par les réformes actuelles interroge l’effectivité du principe de réversibilité. Si ce dernier dépend du degré de porosité des divers dispositifs de formation, il est cependant pour partie lié à la façon dont les acteurs en région se saisiront de leurs nouvelles prérogatives en matière d’orientation et d’offre de formation. De toute évidence, la reconfiguration régionale, d’un côté, la réforme territoriale sous-tendue par les principes de simplicité, de proximité et d’efficience16, de l’autre, posent en de nouveaux termes la question du rôle respectif de chacun des niveaux de décision et notamment celui des niveaux infrarégionaux (académies, départements, établissements) en matière de cartographie de l’offre ou encore d’orientation.".

On le voit le rapport demande une réorganisation de haut en bas de l’orientation et ne se limite pas à la traditionnelle lamentation sur le peu d’implication des professeurs principaux.

Aussi dans les préconisations on relève la nécessité de "définir dans un texte de politique générale les attendus ministériels en matière d’orientation. La coordination des nombreux acteurs censés intervenir auprès des élèves et des étudiants nécessite de préciser ce que les ministères attendent précisément de chacun d’entre eux et à quel projet commun ils contribuent. Bien que ces acteurs puissent se référer à des textes précisant leur rôles et missions, ces textes en l’état ne font pas système. Or, c’est de l’action du plus grand nombre, en particulier les enseignants, appuyée par celle des professionnels de l’orientation, les psychologues de l’éducation nationale, action par ailleurs convergente avec celle des parents, que l’on peut attendre des avancées significatives en matière d’accompagnement et d’aide à l’orientation.".

Des outils pour les familles et les établissements

De même le rapport demande "de rationaliser et d’harmoniser les outils éditoriaux proposés aux usagers et aux acteurs" par l’Onisep et le Cidj.

D’autres outils sont jugés nécessaires : " créer à l’instar de Parcoursup un univers décisionnel de nature à permettre de produire des analyses plus fines en matière d’affectation des élèves au plan national". Il s’agit bien de doter le niveau national des outils nécessaires àl’analyse de l’orientation.

Le rapport pense aussi à l’information des familles. " Formaliser systématiquement dans le cadre d’une information à destination des parents la nature et les modalités de l’accompagnement et de l’aide à l’orientation des élèves mis en place dans l’établissement. Rendre publique l’organisation retenue sur le site web de l’établissement. Doter les directions d’établissement du secondaire des outils leur permettant de procéder au suivi des élèves ayant quitté l’établissement. Dans le cadre de l’évaluation des établissements et afin de leur permettre de s’autoévaluer, mettre à disposition des établissements les résultats de cohortes réelles à partir de l’identifiant élève".

Le rapport invite à une véritable reconstruction de l’orientation en mettant au centre une relance du Parcours Avenir, présenté comme l’outil principal d’une orientation construite. "Relancer la dynamique du parcours Avenir afin d’en faire un véritable outil destiné à lutter contre les clichés et les stéréotypes qui entourent les métiers et les formations".

Une certification pour les enseignants ?

Des recommandations concernent aussi les enseignants. " Faire évoluer l’organisation et les modalités du conseil de classe en lycée compte tenu des évolutions liées à la réforme du baccalauréat", ce qui reste encore assez mystérieux tellement la réforme du lycée a quasiment aboli la notion de classe. En tous cas le travail de préparation et de suivi des élèves qui pouvait être mené par le professeur principal de la 2de à la terminale est rendu beaucoup plus compliqué quand il n’arrive même pas à connaitre tous les élèves de la classe qu’il a en charge.

L’Inspection propose aussi de jouer sur la carrière des enseignants pour les forcer à l’impliquer dans l’orientation. " Former les personnels enseignants à l’orientation. Intégrer des modules de formation à l’orientation dans le cadre de la formation initiale et continue. Ces modules de formation donneront lieu à la délivrance d’une attestation qui sera prise en compte dans le déroulement de carrière des personnels". C’est une façon de ne pas voir l’existence de cultures professionnelles différentes alors même que la formation initiale n’est toujours pas claire là dessus. Une réflexion allant un peu plus loin que la carotte et le baton ne serait peut etre pas inutile...

Enfin l’Inspection veut " Institutionnaliser dans le cadre des projets académiques et des projets d’établissement le principe des Cordées de la réussite". Ce dispositif est présenté , comme le parrainage, comme la solution aux difficultés des jeunes. Le budget 2022 revalorise d’ailleurs fortement le soutien ministériel aux Cordées. Celles ci n’ont pourtant eu pour le moment que des rapports d’évaluation plutot négatifs et n’ont pas fait leur preuves. Elles sont pour le moment surtout des éléments de communication politique.

Dernier point du rapport : alors que l’orientation scolaire est devenue une compétence régionale, le rapport accorde peu de place à cette réalité. Sur ce point là aussi il est en dessous de la réalité que les jeunes et les familles constatent. Dans les lycées, les heures théoriquement dévolues à l’orientation ne sont pas financées et souvent n’ont pas lieu. Les interventions régionales se sont rarement matérialisées. Comme l’a bien montré A Van Zanten, l’orientation est travaillée de façon très différente et socialement inégalitaire entre les établissements. Les familles qui ont le plus besoin d’aide sont les jouets des forums d’orientation où les logiques commerciales sont reines.

François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 30.10.21

 

Additif du 26.10.21

Les mutations de l’orientation (rapport de l’inspection générale)

L’orientation, "de la 4ème au master", tel est le propos du "rapport thématique 2020" de l’inspection générale que vient de publier le ministère de l’Education nationale. Très dense, il décrit en s’appuyant sur son histoire, une dimension du système de formation qui a radicalement changé. "L’exposé des motifs du décret du 6 janvier 1959 portant réforme de l’enseignement public est emblématique de l’état d’esprit des décideurs de l’époque" qui entendent "contrôler les flux scolaires" dont ils veulent éviter la "croissance anarchique" et répartir les élèves entre les différentes filières "sans qu’eux-mêmes ni leurs familles soient associés à cette décision".

Mais au début des années 2000, partout en Europe, "l’orientation est mobilisée pour accroître l’employabilité des salariés", elle s’inscrit dans "la perspective d’une formation tout au long de la vie et d’une économie fondée sur la connaissance", mais de fait cette question "pourtant centrale" est reléguée "à la périphérie du système" et le rapport décrit les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs, à commencer par les élèves. En voici des éléments significatifs et qui concernent le 2nd degré.

Du collège au lycée

"Malgré l’existence de passerelles destinées à les rendre réversibles, les décisions d’orientation et d’affectation prises en fin de troisième et de seconde demeurent lourdes de conséquences pour les élèves qui se trouvent répartis au sein de voies de formation préparant à des baccalauréats différents."

"Officiellement, aucune admission en troisième ’prépa-métiers’ ne peut se faire sans l’aval de l’élève et de sa famille. C’est la raison pour laquelle elle ne peut pas faire l’objet d’une décision d’orientation. On peut toutefois se demander dans quelle mesure elle sera l’expression d’un choix personnel ou l’intériorisation d’un échec programmé au lycée (...). Sur les 19 583 élèves de prépa-pro, 300 seulement ont été concernés par ce principe de réversibilité."

"La voie technologique (est) quasi absente du champ des possibles des élèves à l’issue du collège" alors qu’ "elle devrait être perçue comme un atout en matière de diversification des voies de la réussite".

"Faute d’une réelle prise en compte des déterminants qui fondent la demande sociale des collégiens en matière d’orientation vers la voie professionnelle (...) et d’une évolution significative de l’offre de formation, il est peu probable que la pression sur un petit nombre de formations, observée à l’issue du collège, disparaisse dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle. Un rapport des inspections générales a montré qu’à peine 20% des spécialités accueillaient plus de 80% des élèves de CAP."

"Jusqu’à la classe de seconde, l’élève est orienté. Ensuite, il lui est demandé de s’orienter par lui-même. Les choix qu’il effectue alors échappent ’officiellement’ pour la plupart d’entre eux au contrôle de l’institution, les contraintes organisationnelles et l’incomplétude de l’offre de formation encadrant néanmoins dans les faits ce mouvement qui conduit à donner ’le dernier mot’ aux élèves et aux familles en matière d’orientation."

"À caractéristiques scolaires identiques (même passé scolaire et même niveau scolaire), les vœux d’orientation en seconde générale ou technologique sont d’autant plus fréquents que le niveau de revenu et de diplôme des parents est élevé (...). Les enfants de cadres et de professions libérales expriment des vœux d’orientation sensiblement plus ambitieux que ceux des enfants d’ouvriers, d’agriculteurs ou d’employés de service aux particuliers."

Contrairement à Parcoursup pour les lycéens, les décideurs ne disposent pas "d’un véritable outil de pilotage qui soit de nature à permettre d’appréhender finement les effets des politiques académiques en matière d’orientation et d’affectation. Pourtant, dans bien des situations l’écart important que l’on observe entre le taux d’affectation et le taux de satisfaction devrait conduire à s’interroger sur le décalage perceptible entre le discours autour d’une orientation choisie et la réalité que vivent chaque année des milliers de collégiens."

La réforme du lycée d’enseignement général

"Les réformes en cours s’attachent eneffet à élargir la liberté de choix des élèves tout en réduisant, avec la suppression des séries dans l’enseignement général, les contraintes liées à l’existence de parcours prédéfinis et en assouplissant les conditions d’accès au baccalauréat et aux formations supérieures. Or, l’histoire de l’orientation nous enseigne que ce type de réforme se heurte généralement à de puissants mécanismes culturels qui renvoient à une hiérarchie implicite des enseignements qui tend à y faire obstacle et à favoriser le statu quo (...). Si certains élèves ont fait des choix qui ne correspondent à aucune des anciennes séries du baccalauréat, il est à noter qu’aucun enseignement artistique n’entre dans la composition des quinze premières doublettes de terminale générale."

"Officiellement, l’accompagnement et l’aide à l’orientation bénéficient d’un volume de 54 heures au cours de chacune des trois années de lycée (...). La plupart de proviseurs restent, pour le moins, évasifs quant à l’utilisation des 54 heures dédiées à l’orientation."

"L’organisation du lycée apparaît complexe aux yeux des lycéens : "Le bac c’est compliqué maintenant, le lycée à la carte c’est très bien, la théorie c’est très bien, mais la réalité c’est difficile", "Il n’y a plus de classe, l’appartenance à des groupes complexifie les emplois du temps". La disparition du groupe classe constitue "le point aveugle de la réforme du lycée en matière d’orientation et appelle de ses vœux la constitution au sein des établissements ’d’équipes ressources pluridisciplinaires’, déconnectées des classes, pilotées par un référent orientation et composées de professeurs volontaires et formés qui pourraient "monter en compétences". Il s’agit d’éviter que des enseignants soient amenés à "encadrer des élèves qu’ils n’ont pas en cours et qu’ils connaissent mal".

En 2020, la Cour des comptes porte un regard positif sur "le doublement des professeurs principaux", mais ajoute que "cette mesure ne résout pas le problème de l’absence d’implication de certains enseignants dans l’accompagnement à l’orientation". D’ailleurs, que recouvre cette expression : "Il ne s’agit pas seulement d’aider l’élève ou l’étudiant à imaginer son avenir. Il convient surtout de lui permettre d’envisager le champ des possibles dans un contexte marqué par l’évolution rapide des métiers et des formations. Or, l’expérience montre que cet accompagnement a surtout pris la forme d’une aide à la prise en main de l’outil informatique, à la saisie des vœux, au suivi de cette saisie et à la rédaction du projet de formation motivé."

La voie technologique

Dans la voie technologique, "la baisse d’effectifs (...) à la rentrée scolaire 2019-2020 s’est traduite par une fragilisation structurelle de ces séries technologiques censées pourtant permettre à des élèves souvent plus fragiles en mathématiques, notamment à des filles en STL, d’accéder à des filières scientifiques et technologiques de l’enseignement supérieur (...). La question qui se pose dès lors est tout simplement celle de la pertinence de la voie technologique et par là même du maintien de trois voies de formation au lycée."

La voie professionnelle

Le rapport met notamment en évidence l’inadéquation entre la demande de formation et l’offre selon les académies. "A titre d’exemple, au niveau national la demande pour le CAP pâtissier varie de 1 à 6. En d’autres termes, dans un cas, l’offre est en phase avec la demande. Dans l’autre, la demande est 6 fois supérieure à l’offre. Ainsi, en CAP, vingt spécialités ont un taux de pression supérieur à 1, soit une demande supérieure à l’offre. Concernant le baccalauréat professionnel,nous observons ces mêmes disparités entre les académies. Ainsi pour les métiers de la sécurité, tandis que certaines académies peinent à recruter, deux places pour une demande, d’autres en revanche, font face à une demande sept fois supérieure à l’offre."

La constitution de "familles de métiers" en classe de seconde (pour un cursus de préparation d’un baccalauréat professionnel) était "censée permettre une orientation progressive", mais "de nombreuses interrogations pèsent sur les modalités d’affectation à l’issue de la seconde", d’autant que "le concept même de famille des métiers (est) parfois mal compris".

"La diversité des métiers, la méconnaissance des entreprises et parfois le peu d’appétence des professeurs eux-mêmes pour les formations qui leur sont proposées constituent autant d’obstacles à la mise en œuvre d’un accompagnement et d’une aide à la bonne orientation des élèves en fin de seconde."

Parcoursup

"Le recours à une procédure centralisée et automatisée pour réguler les inscriptions dans les formations d’enseignement supérieur n’est pas une exception française : de très nombreux pays à travers le monde utilisent –parfois depuis des décennies–, des procédures de ce type. En Europe, c’est le cas notamment de l’Allemagne, du Danemark, de l’Espagne, de la Finlande, de la Hongrie, de l’Irlande, de la Norvège, du Royaume-Uni ou encore de la Suède."

"De nombreux lycéens déclarent ainsi « être dans le flou avec la réforme des lycées [et] les attendus des enseignements de spécialité : ’pour médecine, les professeurs ne savent pas quoi nous dire, les responsables de formation de l’enseignement supérieur non plus’ (...). Ils perçoivent le choix des spécialités comme aussi déterminant que celui des filières ES, S et L et disent fréquemment ne pas avoir entendu parler des 54 heures d’aide à l’orientation (...) On perçoit toute la difficulté à tenir l’engagement pris de déconnecter le choix d’un enseignement de spécialité et l’admission dans telle ou telle filière de l’enseignement supérieur", d’autant que tout dépend des représentations qu’en ont les enseignants et les chefs d’établissement, "une sérieuse entorse à l’idée même de parcours choisi par chaque lycéen en fonction de ses goûts et de ses ambitions".

Les équipes éducatives "se réjouissent que Parcoursup offre un horizon plus large qu’auparavant aux élèves issus de milieux défavorisés. De nombreux lycéens déclarent utiliser le portail pour y effectuer des recherches sur les formations et le jugent bien conçu, facile à utiliser et très utile (...). Parcoursup ouvre ainsi l’éventail des possibles en tant qu’outil d’information et de recherche, mais le referme parfois en tant qu’outil d’affectation, du fait de l’écart entre l’offre et la demande et du nombre limité de places disponibles dans certaines formations." De plus, la "complexification croissante du système d’orientation (...) fait obstacle à une vision globale du processus d’orientation et conduit les élèves à aborder l’une après l’autre chacune des étapes de leur parcours sans être en mesure d’articuler les enjeux en matière de formation et d’orientation."

"La place que Parcoursup occupe dans le discours sur l’orientation tend à dédouaner certains acteurs de la nécessaire réflexion de fond qu’il convient d’initier en matière d’orientation (...). La focalisation sur ’l’outil’ qui en résulte conduit à concentrer les critiques sur la plateforme elle-même, occultant l’essentiel qui ne réside pas dans Parcoursup en tant que tel, mais dans la dynamique qui lui est associée", au risque de faire "oublier le caractère systémique des réformes en cours, lesquelles s’attachent précisément à articuler étroitement orientation et formation sur l’ensemble du continuum bac–3, bac+3".

L’information

(à noter que le site Localtis fait état d’un rapport qui "jette le trouble sur le rôle des Régions en matière d’information sur l’orientation", celles-ci se demandant si "dans l’esprit de l’IGESR les régions étaient destinées à devenir de simples distributeurs de prospectus ?" ici)

L’information sur les débouchés professionnels des formations doit être rendue "plus accessible". Il ne s’agit pas d’uniformiser l’ensemble des sources existantes, "mais de renforcer la coordination entre les nombreux acteurs qui interviennent dans le champ de l’information, dans un contexte marqué par le développement massif des réseaux sociaux, l’évolution rapide des technologies et des organisations et la complexité de l’insertion professionnelle qui en résulte. Les opérateurs publics (Depp, SIES, Insee, Céreq, Dares et Onisep), qui disposent d’une forte expertise en la matière, doivent s’emparer conjointement du sujet et mobiliser les données statistiques existantes pour améliorer la qualité et la cohérence de l’information diffusée aux jeunes et à leurs parents et faciliter son appropriation (...). Pour la puissance publique, maîtriser cette information (...) constitue à la fois une priorité et un défi au regard des enjeux qui y sont attachés (...). Une partie de l’information existante n’est pas immédiatement accessible ou encore est payante, parce que délivrée par les acteurs privés (...). À partir des données existantes, de nombreuses plateformes dématérialisées ont vu le jour au niveau national comme au niveau régional. Or, ce foisonnement de sites et de portails publics, auquel viennent s’ajouter de nombreux sites privés, présente, au-delà de leur faible ergonomie et d’un niveau d’informations relatives au contexte socio-économique très inégal, deux inconvénients majeurs : un risque de confusion pour les usagers, qui doivent identifier le site le plus adapté à leur situation ; un éventuel manque de cohérence entre les informations disponibles, lesquelles sont parfois listées sans aucune hiérarchisation."

Le devenir des élèves

"Les chefs d’établissement expriment de façon unanime le souhait de disposer de données relatives à la poursuite d’études et à la réussite de leurs élèves dans les formations post-baccalauréat. Ils considèrent également que Parcoursup pourrait constituer un levier de coopération avec l’enseignement supérieur, mais constatent pour la plupart que ce n’est pas le cas aujourd’hui."

"Les écarts de réussite entre bacheliers généraux et bacheliers technologiques ou professionnels (dans l’enseignement supérieur se sont accrus de 2 points par rapport à la session 2017. Si les bacheliers généraux voient leur taux de réussite augmenter (+ 2 points en trois ou quatre ans), celui des bacheliers technologiques et professionnels demeure quasiment stable (...). Une étude du SIES sur les diplômés du baccalauréat préprofessionnel (...) a montré que les deux tiers (63 %) des bacheliers professionnels poursuivaient
des études après le bac (...). 34 % d’entre eux (sept sur dix de ceux qui continuent) intègrent une STS et 7 % une première année de licence. Un an après, 45 % d’entre eux suivent encore une formation dans l’enseignement supérieur, 5 % ont abandonné, dont 20 % de ceux qui s’étaient inscrits en licence (...). Certes ces étudiants (bacheliers professionnels qui réussissent en licence) sont peu nombreux. Néanmoins, l’existence de ce type de parcours interpelle le déterminisme contenu dans l’accompagnement dont peuvent bénéficier ces étudiants dans le cadre du continuum bac – 3, bac + 3, où se conjuguent des dispositifs d’orientation qui tantôt valorisent la liberté de choix et l’engagement individuel de l’élève ou de l’étudiant dans son projet, tantôt referment les portes de nombreuses filières universitaires au motif qu’elles ne sont pas ’destinées’ aux bacheliers professionnels."

La construction de l’offre de formation

"L’offre de formation se trouve en fait rigidifiée par le jeu de plusieurs mécanismes : une initiative déconcentrée au niveau des établissements qui, pour des raisons d’attractivité, ne souhaitent pas réduire leur offre de formation, contribuant de ce fait à des surcapacités dans certaines filières et confortant les traditions sectorielles et géographiques ; une allocation des moyens en personnel qui permet de moduler seulement à la marge l’offre existante (...) ; la difficulté à faire accepter par les élus locaux la perspective d’une fermeture ou d’un regroupement d’établissements (...).La carte des spécialités de l’enseignement professionnel est emblématique du décalage entre un principe –la prise en compte des spécificités régionales–, et sa mise en œuvre (...), elle illustre la contradiction entre un discours (souvent adéquationniste) sur la nécessité d’un enseignement professionnel en phase avec les réalités économiques régionales et le maintien de flux d’élèves très importants dans certaines formations (...) régulièrement accusées de ne pas être en phase avec les réalités de l’insertion professionnelle."

Le rapport pose la question du rôle des Régions : "Comment penser la structuration de l’espace régional (...) alors même que la loi a retiré aux collectivités territoriales la compétence de droit qui était la leur depuis près de quarante ans en matière d’apprentissage (...) ? Comment expliquer un choix qui s’inscrit clairement en rupture avec le mouvement qui depuis près de trois décennies entend placer la région en position d’acteur pivot pour coordonner et promouvoir sur le territoire régional les différents dispositifs de formation professionnelle qui se sont historiquement développés indépendamment les uns des autres ?"

"Le caractère pour le moins ambigu du rôle dévolu à la région, censée ’ coordonne[r] sur son territoire les actions des organismes qui concourent’ au SPRO (service public régional de l’orientation, ndlr), est emblématique des tensions qui entourent la décentralisation en France (...). L’étude d’impact du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel (indique) d’une part, que la mise en œuvre du SPRO n’est pas partout effective, d’autre part, que le pilotage État-région caractéristique du SPRO est largement remis en cause."

Des réseaux territoriaux

"Une étude du Céreq a mis ainsi en lumière la nature des défis que doivent relever les acteurs en région pour que la mise en réseau des établissements et des acteurs soit effective. Le premier défi consiste à mobiliser au-delà des acteurs de l’Education nationale (CFA, organismes de formation privés, partenaires économiques, etc.) et de la formation initiale. Bien qu’ils partagent les objectifs portés par les réseaux, ces acteurs éprouvent des difficultés à trouver leur place dans des réseaux qu’ils perçoivent comme dominés par l’Education nationale et centrés sur des questions scolaires et sur la formation initiale."

Le rapport évoque également "la concurrence entre établissements". "Enclenchée avec la réforme du lycée e 2010, la dynamique de mise en réseau des établissements vise à mettre le plus possible en cohérence l’offre de formation à l’échelle de territoires pertinents. La circulaire du 18 février 2011 n’offre cependant pas une définition figée de ces réseaux (...) Dans les faits, (l)es premiers CMQ (campus des métiers et des qualifications) n’ont que rarement permis de surmonter les logiques de concurrence entre établissements. (...) ces premiers campus n’ont pas produit d’effets significatifs ni sur l’orientation ni sur les parcours des apprenants."

De façon plus générale...

"De façon plus générale, les constats établis dans ce rapport mettent à mal l’idée d’une « orientation choisie » pour tous. Nonobstant de réelles avancées en matière d’information, de développement d’outils et de dispositifs d’accompagnement des élèves et des étudiants ou encore de lutte contre le décrochage, comment expliquer la permanence de choix d’orientation aussi genrés ? Comment comprendre la concentration des élèves et des étudiants dans quelques formations sans lien avec l’offre existante ? Comment interpréter la présence d’inégalités territoriales importantes en matière d’offre de formation ?"

Le rapport évoque notamment "un corps spécialisé de fonctionnaires en nombre réduit, les psychologues de l’éducation nationale, dont il est acté depuis longtemps qu’ils ne jouent qu’un rôle limité dans le processus décisionnaire en matière d’orientation" tandis que les enseignants "estiment ne pas se sentir nécessairement compétents, voire tout simplement concernés par le sujet de l’orientation, alors même qu’ils jouent un rôle déterminant dans les décisions prises en la matière".

Il considère que, "dans un contexte de réformes systémiques, la nécessité de faire converger l’action des différents acteurs au-delà des professeurs principaux ou encore des professionnels de l’orientation implique que soient énoncés clairement les objectifs ministériels poursuivis en matière d’orientation à travers un texte de politique générale qui précise les compétences respectives des différents acteurs et ce qui est attendu de chacun d’entre eux".

Il souligne qu’ "en substituant une approche centrée sur l’individu à une démarche centrée sur la formation, les réformes en cours créent les conditions nécessaires à la construction de parcours personnalisés, entendus comme autant d’itinéraires organisés (...) d’acquisition de connaissances et de compétences. Ce faisant, elles transfèrent sur l’élève et sa famille la responsabilité de nombreux choix (...), elles interrogent leur capacité à se saisir des nouvelles opportunités offertes par la diversification des parcours au lycée et dans l’enseignement supérieur (...). Conscients qu’une partie de leur destin se joue dans les choix et les microdécisions de plus en plus nombreuses qu’ils sont appelés à faire tout au long de leur parcours, les élèves et les étudiants sont aujourd’hui demandeurs d’un accompagnement adapté à leurs besoins qui peine manifestement à se mettre en place. Ces évolutions interrogent fondamentalement l’organisation et le fonctionnement d’une institution qui s’est construite selon une logique sectorielle et verticale, n’accordant que peu de place à la dimension territoriale (...) Les réformes en cours soulignent la nécessité d’une coordination des différents acteurs, de leur formation et celle de la complémentarité de leurs actions au service de la construction des parcours des élèves et des étudiants. Elles en appellent à un décloisonnement de l’appareil de formation afin de mettre en œuvre le principe de réversibilité indispensable à la sécurisation de parcours de moins en moins linéaires."

Extrait de touteduc.fr du 26.10.21

 

L’orientation : de la quatrième au master,
rapport thématique annuel IGESR 2020

Le contenu du rapport
Dans une première partie, après avoir rappelé la façon dont les décideurs ont appréhendé au cours du temps la question de l’orientation en France, le rapport interroge quatre dimensions généralement associées à l’orientation : les procédures, l’information, le décrochage et l’offre de formation. Dans une deuxième partie, le rapport analyse, sur les plans quantitatif et qualitatif, le ressenti des élèves, des étudiants et des personnels au moment même où le continuum bac– 3-bac + 3 connaît une profonde réorganisation.

Les auteurs
Michel Lugnier, pilote
Amaury Flégès
Frédérique Wexler
Olivier Rey
avec la participation de Didier Lacroix

Le rapport

Télécharger la synthèse, le rapport et ses annexes

Extrait de education.gouv.fr

 

Education : l’orientation des élèves à nouveau épinglée
Un rapport publié par le ministère de l’Education nationale juge sévèrement la politique d’orientation et propose de « systématiser » la formation des enseignants à cette question. Avec, en retour, une hausse des primes ou un coup de pouce à leur carrière

C’est un rapport qui dresse un état des lieux sévère de l’orientation des élèves. Dans un document de 250 pages, le ministère de l’Education nationale déplore « l’absence de coordination » entre les différents acteurs de l’orientation. Le rôle des psychologues de l’Education nationale est jugé « limité » au vu de leur « nombre réduit ». Quant aux enseignants, très sollicités par les élèves, ils ne se sentent pas « nécessairement compétents » pour les accompagner. La diffusion de l’information est aussi jugée « peu lisible », alors qu’à l’heure des réseaux sociaux, il faudrait des « ressources adaptées ».

Résultat ? L’orientation se décide largement encore en famille, avec les conséquences qu’on imagine en termes de reproduction sociale. Et Parcoursup devient la cible de toutes les critiques, alors que le problème est largement ailleurs.

« Le vide de l’orientation purement scolaire » [...]

Extrait de lesechos.fr du 25.10.21

Répondre à cet article