> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Mixité sociale et Carte scolaire > Mixité sociale et Carte scolaire (Etudes) > Une fraternité à construire. Essai sur le vivre-ensemble dans la société (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une fraternité à construire. Essai sur le vivre-ensemble dans la société française contemporaine, par Aziz Jellab [IGEN], Berger-Levrault, mars 2019 (avec un chapitre sur l’école)

22 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Une fraternité à construire
Essai sur le vivre-ensemble dans la société française contemporaine

Aziz Jellab
Berger-Levrault, mars 2019, 424 p.

Un ouvrage lumineux, porteur d’espoir !

Comment la France, berceau de la Révolution de 1789, héritière d’une riche histoire et du triptyque républicain (Liberté - Égalité - Fraternité), est aussi devenue le pays dans lequel le pessimisme prédomine, conduisant à des formes de repli sur soi et à une nostalgie à l’égard d’une ère révolue ?

À l’heure où l’on assiste à des revendications identitaires, à la célébration et à la demande de reconnaissance de différentes mémoires, sur fond de diversification sociale et culturelle, une question se pose de manière cruciale : à quelles conditions peut-on penser et mettre en œuvre du commun ? Le défi à relever n’est pas mince car l’idéologie néolibérale impose désormais un réalisme rendant difficile toute utopie.

L’auteur propose une lecture sereine et distanciée de questions socialement vives, indissociables de la question sociale : la laïcité, la nation, l’identité, l’immigration, la citoyenneté, les populismes, le communautarisme, la religion, l’exclusion de franges entières de la population.

Il interroge la capacité d’agir des citoyens et insiste sur le rôle que les institutions, à l’instar de l’école, de dispositifs sociaux ou médicaux, doivent jouer dans la construction du lien social.

Face aux revendications identitaires, la question sociale, la solidarité et la lutte contre les inégalités sont les fondements de la vie démocratique.

SOMMAIRE
Une société à réinventer : qu’est-ce que le vivre-ensemble ?
Fragilités collectives et territoriales
Les idéaux de solidarité mis à l’épreuve
Enjeux démocratiques et citoyens dans une société de plus en plus complexe
Tensions démocratiques à l’ère d’Internet

La société française, entre héritages collectifs et incertitudes de l’avenir
La France, un héritage national et européen
Incertitudes et nostalgies dans un "système-monde"
Une cohésion sociale à l’épreuve du capitalisme post-industriel
Un âge d’or ou les Trente Glorieuses en guise de nostalgie
Entre désenchantement et nouvelles tensions sociales : vers une nouvelle "lutte des classes"
Histoire et mémoire
L’identité de la France, entre grandeur et interrogations passionnelles

République, diversité et laïcité à l’épreuve des dérives extrémistes - Repenser la fraternité
Héritage révolutionnaire, lutte contre les privilèges et inégalités
Une société fortement sensible aux injustices
Crise économique, pauvreté et inégalité sociale
Promesses et problèmes de la diversité
Le risque communautarisme à l’épreuve du multiculturalisme
L’épreuve religieuse : la laïcité et la citoyenneté interpellées
Face au risque de radicalisation, l’institution empirique des valeurs de la République
Laïcité défensive, laïcité tolérante et question sociale
La tentation populiste : entre protestation, affirmation identitaire et national-populisme
Une fraternité introuvable ?

La nation et l’identité comme dimensions constitutives des rapports sociaux et du pouvoir d’agir
La nation comme repère et comme mythe
Le poids de l’Histoire et des figures historiques
L’identité : l’éclairage des sciences humaines et sociales
Quel mode d’articulation entre le commun et le singulier

Instituer le lien social et le vivre-ensemble par l’école
L’École, une passion française
Quand l’ordre social est à instituer par l’école
L’enseignement de l’histoire, le rapport à l’autre et le vivre-ensemble
Promouvoir le vivre-ensemble ne peut se limiter à la socialisation morale des élèves
De la nécessité d’une distance critique à l’égard d’un rapport utilitariste aux savoirs
L’École en France est-elle emportée par l’expansion du capitalisme
Pour une citoyenneté scolaire et sociale en actes
Le vivre-ensemble à l’épreuve de la mixité sociale dans les écoles

Le vivre-ensemble dans le champ du travail social, de l’insertion et de la santé : une approche locale de la solidarité

Le travail social et le vivre-ensemble
Santé, soins et solidarités : une humanisation par le vivre-ensemble
De la nécessité d’un ancrage local des projets

Extrait de boutique.berger-levraut.fr

 

 » L’école peut-elle faire le choix de la solidarité ? (Ouvrage, Aziz Jellab)
"Il faut faire le choix de la solidarité et non celui de l’entre-soi", estime Aziz Jellab au terme d’un voyage "dans la société française contemporaine" au prisme de la "fraternité". Dans cette somme, plus de 400 pages denses, le sociologue, pose la question du lien social dans les diverses composantes du pays, et en propose un tableau nuancé, très documenté. L’institution scolaire n’en est qu’une part, mais essentielle, "consubstantiellement liée" à notre histoire nationale, de manière complexe puisqu’elle "fait l’objet d’une pluralité d’attentes" et qu’on "ne compte plus les réformes engagées" sans qu’on puisse dire si elles ont atteint leur cible. C’est sur ce chapitre que s’arrête ToutEduc. C’est en-effet à l’école que revient la tâche d’ "apprendre à vivre ensemble" alors qu’elle "se heurte aux comportements consuméristes qui mettent à mal l’idéal démocratique".

Or, l’histoire telle qu’elle est enseignée à l’école "continue à être assez frileuse, voire méfiante à l’égard de la diversité et des origines géographiques et culturelles des Français et de ceux qui résident en France", ce qui participe des blocages de nos concitoyens "à penser les rapports sociaux autrement que sous l’angle des rapports de classe". C’est pourquoi il nous faut "recréer un nouveau récit national, qui intègre les différentes histoires qui ont fait l’Histoire de France, afin de définir un horizon commun, qui réinterroge lucidement les croyances, les références idéologiques et les différences culturelles". Pour reprendre les analyses d’Emile Durkheim, il revient en effet à l’école d’assurer aux citoyens "une communautés d’idées et de sentiments" en même temps qu’elle génère l’avènement de personnalités autonomes, qu’elle prépare les élèves "à la société de demain", qu’elle "les prédispose à avoir confiance tout autant en leurs capacités qu’à l’égard des adultes".

Quelle relation pédagogique ?
Mais elle se trouve confrontée "à un pluralisme des valeurs et des préférences", elle "vise les apprentissages scolaires qui ont aussi vocation à former les futurs citoyens". Sa fonction est-elle, dès lors, de développer le jugement moral, au risque de prescrire aux élèves ce qu’ils doivent penser ? "Il ne peut y avoir de véritable apprentissage de valeurs telles que la tolérance, la solidarité et la liberté si la relation pédagogique est placée sous le signe de la domination, voire de la répression. L’apprentissage du vivre-ensemble ne peut éluder la question de la démocratie participative, de l’importance d’instaurer un cadre de dialogue basé sur une éthique de la discussion" pour reprendre la formule de Jürgen Habermas.

Mais ce que l’auteur, par ailleurs inspecteur général de l’Education nationale, appelle "socialisation morale", ne suffit pas "pour asseoir et consolider l’apprentissage du vivre-ensemble" quand le système scolaire "ne dote pas tous les élèves, notamment les moins favorisés socialement d’entre eux, de compétences, de ressources cognitives qui leur assureraient la capacité à s’adapter aux futurs défis et changements sociaux et économiques à venir". Outre la mixité sociale, l’école doit donc viser "l’apprentissage de l’esprit averti et critique", elle doit "amener les élèves à ’prendre le temps’ de la réflexion" alors que le numérique propose l’immédiateté des solutions.

Aziz Jellab toutefois se refuse à tout pessimisme, comme à toute réduction des savoirs enseignés "à un quelconque utilitarisme réducteur". Il invite plutôt les enseignants à "les mettre en dialogue" pour "permettre aux élèves de mieux comprendre et maîtriser le monde qui les entoure", le monde "pouvant tout autant être la société, l’autre lointain que le voisin, le camarade de classe, etc.". C’est sur cet "et cetera", sur cette invitation à extrapoler, à prolonger sa réflexion qu’il conclut.

"Une fraternité à construire, essai sur le vivre ensemble dans la société française contemporaine", Aziz Jellab, Berger Levrault, 440 pages, 19€

Extrait de touteduc.fr du 21.07.19

 

Sur le site OZP : Une recherche sur le mot jellab (40 articles)

Répondre à cet article