> 8 - PÉDAGOGIE, ACTIONS LOCALES, FORMATION > INNOVATION (généralités et Journées) > "L’école malade de ses réformes". Témoignage d’une mère de famille, militante à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"L’école malade de ses réformes". Témoignage d’une mère de famille, militante à ATD. Un contre-exemple relevé par l’Ocde : le succès de la politique continue de lutte contre le décrochage en France (Louise Tourret)

26 novembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Parents & enfants
L’école malade de ses réformes

L’absence de continuité des politiques scolaires handicape notre système, fatigue les profs et désoriente les familles.

Si l’actualité de l’éducation est toujours chargée, elle l’est vraiment beaucoup en ce moment. À la rentrée 2018, première année de service de Parcoursup, on a appris que la plateforme et le processus allaient être modifiés. Peu après l’annonce de la réforme du lycée général et technologique, du bac (pour 2021) et du lycée professionnel, la maternelle a été rendue obligatoire dès 3 ans, ce qui risquait de bouleverser le financement des écoles privées pour les communes. Communes qui venaient de revenir aux quatre jours d’école et non plus quatre et demi (dès 2017 ou en 2108). Faut-il rappeler que les règles avaient déjà été modifiées en 2013 ? C’était cinq ans avant, un laps de temps suffisamment réduit pour que des enfants aient connu deux changements de rythme dans leur scolarité, la précédente réforme datant de 2008.

Et puis, on s’est penché sur les querelles autour des futurs programmes du lycée. Pile pour les élèves qui avaient connu la réforme du collège nommée « Réforme 2016 », lancée par la précédente ministre en 2015 et qui n’aura pas survécu à 2017. Évidemment, chaque réforme apporte son lot de contestations de la part des personnels enseignants et éducatifs, ainsi que (parfois) des parents. Une chose ne change pas : la France réforme souvent son système éducatif.

[...] Changement perpétuel
Ce que l’on sous-estime totalement et dont on parle assez peu, c’est l’impact de ces changements réguliers sur les parents. Thaliane, mère de deux adolescents [scolarisés en REP] , a commencé à raconter cela sur Twitter. Elle a développé son récit à ma demande, et ça donne un peu le tournis :

[...] Laisser du temps
Cette maman est militante à ATD Quart Monde et dit d’elle-même qu’elle est surinformée. Mais quid des parents les plus éloignés de l’école ?

[...] Pourtant, certaines politiques fonctionnent bien et fonctionnent dans le temps. C’est le cas de la lutte contre le décrochage scolaire. Depuis 2008, la France est passée de 150.000 à 100.000 décrocheurs et décrocheuses (les chiffres varient, certains mettent en avant 90.000 d’autres restent sur 110.000). Pour Éric Charbonnier, pas de doute : « La continuité paie… et c’est bien une continuité politique. Mais aucun ministre n’a jamais mis en avant ce bilan commun avec ses prédécesseurs ».

Extrait de slate.fr du 23.11.18 : L’école malade de ses réformes

Répondre à cet article