> 6 - DISPOSITIF > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage académique > Pilotage académique : carte de l’EP et carte scolaire > L’Unsa Marseille milite pour la création d’une Segpa dans le quartier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’Unsa Marseille milite pour la création d’une Segpa dans le quartier défavorisé du centre ville

11 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Ouverture d’une SEGPA au centre-ville de Marseille : une nécessité partagée qui tarde pourtant à se concrétiser

SEGPALe SE-Unsa Aix-Marseille se mobilise depuis plusieurs années pour qu’une prise en charge adaptée et spécifique des élèves en grande difficulté du centre-ville de Marseille soit considérée comme une priorité tant par le Rectorat et la DSDEN que par le Conseil départemental. Nous sommes régulièrement alertés par nos correspondants, nos adhérents et nos collègues des écoles et des collèges du centre-ville de Marseille qui s’accordent à dire qu’une structure SEGPA est indispensable dans ce secteur géographique socialement défavorisé.

A de nombreuses reprises, le SE-Unsa Aix-Marseille a relayé cette demande dans différentes instances. Pour rappel, cette demande a été effectuée auprès de la DSDEN à l’occasion de nos audiences de la fin d’année scolaire 2016/2017, nous avions alors publié un premier article "A quand une réelle prise en compte des besoins en SEGPA ?". Cette demande a ensuite été relayée lors de diverses instances départementales comme le CTSD et le CDEN (voir par exemple la Déclaration liminaire du 2 février 2018 de l’Unsa Éducation au CTSD des Bouches du Rhône).

Nous avons ensuite directement abordé le sujet à l‘occasion d’une audience avec le Recteur le 13 mars 2018, audience au cours de laquelle le Recteur a reconnu la pertinence de notre point de vue et partagé notre analyse. Enfin, notons également cette déclaration à l’occasion du CDEN du jeudi 13 juillet 2018 et en réponse à une question de M. Rey, conseiller départemental, au sujet de l’ouverture d’une SEGPA, M. BECK (IA-DASEN) a affirmé que « malgré la nécessité d’une SEGPA dans le centre de Marseille, il n’y aura pas d’ouverture de SEGPA à la rentrée 2018. »

Il apparaît donc, au fil de ces entretiens, que du côté des représentants de l’Education nationale, l’ouverture d’une SEGPA au centre-ville de Marseille soit considérée comme une évidente nécessité. Il n’en reste pas moins que le projet n’avance pas...

La visite du Ministre de l’Education nationale, M. Blanquer, le 27 septembre 2018, au collège Edgar Quinet de Marseille a été l’occasion pour l’un de nos représentants de rappeler devant le Ministre, le Recteur, l’IA-DASEN et la Présidente du Conseil départemental, la nécessité de prendre ce dossier au sérieux dans un contexte de forte poussée démographique. Cette intervention a été l’occasion, pour chacun des partenaires en présence, de mesurer le décalage entre les annonces énoncées lors de la table ronde par la Présidente du département en matière de politique éducative et les nécessités du terrain.

Alors que le conseil départemental communique largement sur le plan Charlemagne pour l’éducation et se lance dans la co-construction d’une cité scolaire internationale désectorisée dédiée à l’excellence dans ce même secteur, on ne constate actuellement aucun empressement, aucune volonté politique pour investir dans des locaux adaptés à une SEGPA susceptible d’accueillir les élèves en très grande difficulté issus des milieux défavorisés du centre-ville. Il avait même été un temps envisagé de construire, en plus, un collège privé ! Nous avions sur ces sujets sollicité une audience auprès de Mme Vassal, présidente du Conseil départemental, demande qui, à ce jour, est restée sans réponse (voir le courrier du 13/04/2018 envoyé à Mme Vassal, actuellement resté lettre morte).

Chacun doit maintenant prendre ses responsabilités dans ce dossier, l’Education nationale comme le Conseil départemental, afin qu’une structure SEGPA puisse voir le jour. Une véritable prise en compte des besoins en matière éducative au centre-ville doit conduire les autorités compétentes à considérer la construction d’un nouveau collège qui aurait le double avantage d’accueillir des locaux pour une SEGPA et permettrait dans un même temps de pallier la pression démographique sur les établissements du secteur qui ne sont plus en mesure d’accueillir sereinement tous les élèves .

Dans un pays où l’origine sociale détermine de plus en plus fortement la réussite scolaire, l’excellence de quelques-uns ne doit pas occulter la nécessité de s’occuper pleinement de tous les élèves et particulièrement ceux qui ont les plus grandes difficultés scolaires !

Au final, disons simplement qu’il est désormais temps d’agir. Toutes les analyses sont convergentes. Il appartient désormais aux responsables politiques de se donner les moyens permettant l’ouverture d’une SEGPA intégrée dans un nouveau collège public autour d’un projet pédagogique cohérent et de locaux adaptés. C’est une nécessité et c’est un choix. Le SE-Unsa Aix-Marseille mettra toute l’énergie nécessaire afin que ce projet devienne une réalité.

Guillaume PELLÉ, responsable Education Prioritaire pour le SE-Unsa Aix-Marseille

Frédéric COUDERC-AVIGNON, correspondant SE-Unsa et membre du CA au collège Edgar Quinet de Marseille

Extrait de sections.se-unsa.org/aix-marseille du 10.10.18 : Ouverture d’une SEGPA au centre-ville de Marseille : une nécessité partagée qui tarde pourtant à se concrétiser

Répondre à cet article