> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Déclarations (...) > DECLARATIONS GOUVERNEMENTALES > Le testament politique de N. Vallaud Belkacem

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le testament politique de N. Vallaud Belkacem

12 mai 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le testament politique de N. Vallaud Belkacem

MÉMORANDUM POUR L’ÉCOLE DE DEMAIN
Lettre à mes successeurs sur les dix enjeux clés de la prochaine décennie pour l’éducation
Najat Vallaud-Belkacem
Paris, mai 2017

Lire (18 pages)

Dans un long texte destiné à son successeur, et sans doute aussi au grand public, l’ancienne ministre de l’éducation nationale dresse en 10 points ce que pourrait être cette continuité. Quitte à lister des points de désaccord avec E Macron.Le testament politique de N. Vallaud Belkacem

Inventaire, consensus ou divergences ?

" Parce que la réforme du système éducatif ne produit ses effets qu’à l’échelle d’une génération d’élèves, nous devons dégager ce qui peut constituer la base d’une continuité républicaine dans les politiques publiques qui sont conduites", déclare la ministre. "Nous l’avons fait pour la réforme du lycée, nous l’avons garanti en matière de lutte contre le décrochage", poursuit-elle. Deux points de continuité avec l’ère Sarkozy qui ne font pas loi car la refondation s’est bien présentée comme une rupture. Aussi ce "memorandum pour l’école de demain" apparait aussi comme un inventaire (flatteur) avant héritage pour l’action entreprise depuis 2012.

Le premier point fait plutôt consensus avec le programme d’E Macron. La ministre recommande de donner un droit à la formation aux enseignants, ce que le nouveau président s’est engagé à faire. Elle recommande d’augmenter la prime versée aux enseignants en éducation prioritaire (Rep+), ce qu’il a déjà annoncé.

Mais c’est pour mieux marquer ses divergences dans les 9 points suivants.

Maintenir les maîtres surnuméraires

D’abord sur la politique à mener au primaire en éducation prioritaire. E Macron a promis de ramener le nombre d’élèves à 12 par classe en CP et CE1 de l’éducation prioritaire en deux ans notamment en utilisant les postes des maitres surnuméraires. " J’ai la conviction qu’il faudra poursuivre le développement du dispositif Plus de maîtres que de classes au cycle 2 et l’élargir au cycle 3", affirme N Vallaud Belkacem. "Alors que sa mise en œuvre fait l’objet d’un consensus large dans la communauté éducative, en favorisant l’autonomie et l’accompagnement personnalisé des élèves qui en ont le plus besoin, toute remise en cause précipitée serait un grave recul".

Contre la sélection dans le supérieur

Mixité sociale et réforme du lycée

Sur les autres points l’opposition est moins frontale. N Vallaud Belkacem défend l’idée d’une gouvernance plus horizontale des établissements. " La réflexion sur ce que doit être l’autonomie des établissements se poursuivra, mais il ne faudra pas omettre l’enjeu d’une gouvernance plus horizontale, qui fasse davantage confiance à ses professionnels, qui leur laisse prendre plus d’initiatives", dit-elle. Ce dossier n’a en rien bougé durant le quinquennat. Mais la ministre sait que la gouvernance est un problème majeur du système éducatif.
[...]

La ministre rappelle aussi sa politique de mixité sociale au collège. " À ce jour, 47 départements sont engagés au sein de 82 territoires pilotes qui concernent 249 collèges. En dépit de tous les scepticismes, la dynamique est réelle et les réussites incontestables sur le terrain. Toutefois, il faudra maintenir l’impulsion nationale et l’implication au plus haut niveau du ministère pour la prolonger". Le programme d’E Macron s’intéresse peu à cette question.

N Vallaud Belkacem évoque encore l’ouverture de l’école aux parents et aux collectivités locales. Elle rappelle sa politique pour faciliter l’orientation des enfants des familles populaires par exemple avec le droit d’accès dans les filières sélectives pour un contingent de 10% de meilleurs bacheliers dans les lycées. Elle évoque aussi la lutte contre le décrochage. Ou encore les bourses étudiantes : 550 millions d’euros supplémentaires sur le quinquennat.

Une prise de position accentuée

Dans un entretien accordé aux Echos, N Vallaud Belkacem marque clairement ses différences. Elle souhaite "qu’on ne recrée pas des collèges à deux vitesses ou des parcours à deux vitesses au sein des collèges », alors que la nouveau président veut donner aux collèges la possibilité d’user autrement du volume horaire des EPI et de l’AP, par exemple pour rétablir des bilangues.

Elle prend clairement position contre la réduction des effectifs en CP CE1 des Rep et Rep+. Un groupe de douze "réduit les interactions entre élèves et ne crée pas l’émulation nécessaire pour tirer la classe vers le haut", dit-elle. Elle préfère le maintien des maitres surnuméraires. Leur suppression serait "une erreur... Ce serait désolant de le détricoter."

Déjà en campagne

Elle « alerte » aussi sur la politique d’allocation sociale des moyens, une initiative qui flèche près de 1300 créations de postes vers les académies socialement défavorisées, "redoutant qu’elle ne soit détricotée dans l’indifférence générale". Une politique dont l’efficacité laisse pourtant à désirer comme le Café pédagogique l’a établi.
[...]

Consulter aussi :

Les échos

Sur l’allocation des moyens
Le testament pédagogique de N Vallaud Belkacem

Extrait de cafepedagogique.net du 12.05.17 : Le testament politique de N. Vallaud Belkacem

Répondre à cet article