> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Insertion prof., Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (généralités) > Compte rendu de la Journée de Profession banlieue sur la place des jeunes (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Compte rendu de la Journée de Profession banlieue sur la place des jeunes dans les stratégies locales dans les quartiers

24 septembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour donner aux jeunes toute leur place dans les stratégies locales, les contrats de ville et les conseils citoyens, des professionnels de Seine-saint-Denis se sont penchés, le 21 septembre à l’invitation de Profession Banlieue, sur ce qui caractérisait cette jeunesse des quartiers et sur les manières les plus efficaces de l’aider à s’en sortir.

[...] C’était ainsi l’occasion de rappeler que la jeunesse constitue l’une des trois "priorités transversales" des contrats de ville, dotée d’un cadre de référence (téléchargeable ci-contre). Parmi les différentes préconisations, il s’agit de "penser la jeunesse non pas en termes de dispositifs juxtaposés mais en termes de parcours", a précisé Carole Condat, responsable du service politique de la ville, jeunesse et éducation populaire à la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) Ile-de-France.

Des dispositifs nombreux, mais mal coordonnés et mal répartis
Pour cette dernière, la jeunesse a jusque là été prise en compte "de façon extrêmement inégale" dans les contrats de ville franciliens (90% des 74 contrats prévus ont été signés). Il y a encore "un travail à faire pour penser le parcours des jeunes". Malgré l’"accumulation de dispositifs", les efforts des différentes collectivités et de l’Etat seraient mal coordonnés et mal répartis : "tout se concentre très fortement sur le temps scolaire et périscolaire", au détriment de certains enjeux – l’accès au droit ou encore la santé et, en particulier, la santé mentale – et de la tranche d’âge 18-25 ans.
Autre difficulté soulignée par Carole Condat : certaines tensions liées au fait que la jeunesse reste largement une compétence municipale, alors que le contrat de ville est devenu une affaire intercommunale. La représentante de l’Etat a insisté sur la nécessité de se saisir de l’"exercice du contrat de ville" pour s’interroger sur "ce qu’est un projet jeunesse territorialisé".

Extrait de localtis.info du 23.09.15 : Comment aider les jeunes des quartiers à devenir "des acteurs à part entière" ?

Répondre à cet article