> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Protestations d’enseignants, parents et partenaires > Mouvements de protestation d’enseignants et parents (académies de Créteil, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mouvements de protestation d’enseignants et parents (académies de Créteil, Lyon et Paris)

25 juin 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

ACADEMIE DE CRETEIL

- Communiqué de Sud Education Créteil
Impossible que la rentrée se déroule dans ces conditions : C’est maintenant que les classes doivent être ouvertes !

Parents enseignants, rassemblons-nous mardi 23 juin à 18h devant l’Inspection Académique de Créteil
[...] Un nombre important d’écoles ont des effectifs prévus bien au dessus des seuils (des maternelles à 26, 27 en éducation prioritaire alors que le seuil est de 25 ou encore à plus de 30 de moyenne en zone banale…) et ne bénéficient pourtant pas, à l’heure actuelle, d’une ouverture de classe.

Et cela s’ajoute à la remise en cause des décharges de directions en éducation prioritaire, à la poursuite de la disparition des RASED…

- Collège RRS Henri Wallon d’Aubervilliers (93)

[...] Pour toutes ces raisons, nous nous permettons de vous adresser une demande concrète concernant ce que nous souhaiterions obtenir :
• une augmentation significative de notre DHG d’environ 20% afin de pouvoir mettre en place des dispositifs propres à l’Education prioritaire, à savoir des classes à 18 élèves, plusieurs heures de cours en demi-groupes pour chaque niveau, des heures de remédiation et des heures pour des groupes de besoin en langues et en sciences
• deux assistants d’éducation en plus : en effet, nos effectifs se sont accrus de 25 % en quatre ans et nous n’avons toujours pas de poste de surveillant supplémentaire.

Extrait de huffingtonpost.fr du 17.06.15 Madame la Ministre, donnez vraiment leur chance aux établissements en Éducation Prioritaire

 

ACADEMIE DE LYON
Collège [RRS] Colette de Saint-Priest (Rhône)

Comme le 19 mai, les personnels du collège se sont fortement mobilisés pour la journée de grève du 6 juin. On totalisait 80 % de grévistes (33 sur 44 personnels attendus).
Devant le mépris affiché par la ministre suite à la première journée de grève, il fallait donner un sens et une visibilité plus importants à ces grèves. C’est pourquoi tous les personnels ont
décidé, le matin de la grève, de se rassembler devant le collège avec une banderole pour être visibles de la population, des parents et des élèves. Par une distribution de tracts, ils ont
expliqué les conséquences qu’entraînerait cette réforme. En début d’après-midi, tous se sont retrouvés pour la manifestation régionale à Lyon. Lors de cette journée, les médias ont également été invités à rencontrer les enseignants pour informer sur les réalités de cette réforme.
Des craintes réelles pèsent sur l’avenir de l’école et du collège. En particulier pour les élèves issus de milieux peu favorisés accueillis au collège Colette. C’est notamment pour eux que
l’ensemble des personnels se bat.

Extrait de Université syndicaliste n° 752 du 20 juin 2015 : Au collège Colette de Saint-Priest (Rhône)

 

ACADEMIE DE PARIS

Le SNUipp-FSU continue de revendiquer l’annulation de la suppression des 29 postes et d’exiger des moyens à la hauteur des besoins des écoles parisiennes :
- Qu’elles soient en REP ou non, les effectifs de toutes les écoles doivent baisser : 25 hors REP et 20 en REP. Il n’est pas question de déshabiller les uns pour habiller les autres !
- Les élèves parisiens doivent bénéficier de Rased complets sur tout le territoire.
- Les enseignant-es absents doivent être remplacés et les possibilités de formation continue doivent être largement augmentées. Pour cela, il est indispensable de recréer des brigades de remplacement.
Extrait de 75.snuipp.fr : Carte scolaire : l’austérité

 

Pour répondre enfin aux besoins éducatifs de tous les élèves parisiens il faut :
 ouvrir des classes partout où cela est nécessaire (trop de classes parisiennes resteront, ou risquent de se retrouver à plus de 30 enfants par classe en septembre prochain et les effectifs seront aussi alourdis en éducation prioritaire, bien au-delà de 20 enfants par classe)
en finir avec les fermetures dans une logique purement comptable qui ne prend même pas en compte les élèves à besoins particuliers
abonder fortement les brigades de remplacement pour assurer une vraie continuité du service public d’éducation
renforcer l’accueil des enfants de moins de trois ans
et déployer plus fortement le dispositif plus de maîtres que de classes.

Extrait de fcpe75.org du : Nuit des écoles

Répondre à cet article