> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > EDUC. PRIOR. (Déclarations gouvern.) > Dans un entretien avec l’Aef (publié en clair), Najat Vallaud-Blekhacem (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans un entretien avec l’Aef (publié en clair), Najat Vallaud-Blekhacem critique la politique d’éducation actuelle et notamment la suppression de Plus de maîtres que de classes et la baisse des fonds sociaux

11 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Najat Vallaud-Belkacem à AEF info : Jean-Michel Blanquer "joue l’opinion publique contre les professeurs"

Jean-Michel Blanquer "semble à la peine sur l’essentiel de ses réformes", juge Najat Vallaud-Belkacem, dans une interview accordée à AEF info vendredi 7 février 2020. "Ce ministre passe beaucoup de temps à jouer l’opinion publique contre les professeurs. Au-delà des réformes mal ficelées, c’est le mal le plus profond qui est fait en ce moment, et pour longtemps", dénonce celle qui l’a précédé à l’Éducation nationale de 2014 à 2017. Dans cet entretien exclusif, Najat Vallaud-Belkacem (PS) sort de son silence médiatique pour critiquer l’action du gouvernement. Dénonçant une "pratique du pouvoir pour le moins problématique", elle tacle Jean-Michel Blanquer sur la réforme du bac, l’abandon de la semaine de 4,5 jours ou la "mise à mort" du Cnesco. Détournant la formule du ministre, elle dénonce une "École de la défiance" : "on n’a jamais vu autant d’autoritarisme à la tête de ce ministère".

[...] Ainsi, il est arrivé en clamant son amour pour la science et l’évaluation objective des politiques publiques. Mais il s’est empressé de détricoter ou d’abandonner des actions qu’il n’a jamais évaluées ou dont toute la recherche disait les vertus : la semaine de 4 jours et demi, le dispositif "plus de maîtres que de classes", les expérimentations en matière de mixité sociale, une partie de l’enseignement moral et civique…

[...] ET ce n’est pas tout ! Le ministre se déclare soucieux de justice sociale grâce à la ficelle tirée jusqu’à l’usure du dédoublement des classes de CP en REP présentée comme LA mesure sociale de ce gouvernement. Et pourtant, le voilà qui divise en catimini par deux le budget des fonds sociaux qui aidaient les familles les plus pauvres dans l’achat des fournitures, le paiement de la cantine ou la participation aux voyages scolaires (lire sur AEF info). Il procède aussi à des baisses drastiques des dépenses par élève en lycée professionnel ou en Segpa. Mais, comme d’habitude, qui s’en soucie ?

Extrait de aefinfo.fr du 08.02.20

Répondre à cet article