> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > OUVERTURE SOCIALE > Les cordées de la réussite > Cordée de la réussite (Action locale et académique) > Cordées de la réussite : académies de Besançon, Créteil, Dijon, Lyon, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Cordées de la réussite : académies de Besançon, Créteil, Dijon, Lyon, Nancy-Metz, Nantes, Paris, Versailles...

19 février Version imprimable de cet article Version imprimable

ACADÉMIE DE BESANÇON ET DE DIJON

[...]
Les cordées de la réussite : un exemple

C’est dans cet esprit que pour l’année 2017-2018 à Nevers a été mise en place une cordée "mythes et réalité de la PACES" portée par la faculté de médecine de Dijon. Ce dispositif permet aux jeunes de comprendre ce que l’on attend d’eux en 1ere année et éviter les abandons. Pour les jeunes neversois, Dijon c’est loin, et beaucoup n’osent pas franchir le pas. La mise en place d’un tutorat à distance avec des élèves de 2 eme année de la faculté de médecine de Dijon, sous le regard de professeurs de la faculté de médecine, doit permettre aux lycéens de dépasser l’à priori de la distance et juste se demander si ce sont bien les études qu’ils aimeraient faire.

- Les cordées de la réussite en Bourgogne-Franche-Comté

• En Bourgogne :
10 Cordées concernant environ 2500 élèves. des cordées menées par : l’ENSAM de Cluny – l’ESIREM de Dijon- l’ISAT de Nevers - l’INSA de Lyon – l’IFSI de Dijon - et 4 avec l’Université de Bourgogne.
• En Franche-Comté :
6 cordées concernant 1300 élèves. Des cordées menées par : l’université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) - l’IUT Besançon – Vesoul - le lycée Victor Bérard de Morez - l’UFR sciences juridiques économiques politiques et de gestion (SJEPG) - l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) - le lycée Hyacinthe Friant de Poligny.

[...]

Extrait de france3-regions.francetvinfo.fr du 06.02.18 : Les Cordées de la réussite en Bourgogne-Franche-Comté

 

ACADÉMIE DE LYON

Cordées de la réussite : un accès pour tous à l’enseignement supérieur
Campus

Chaque année, ECAM Lyon s’investit dans le dispositif national des « Cordées de la réussite » organisé par le Ministère de l’Enseignement supérieur. Ce programme vise à favoriser l’accès à l’enseignement supérieur des jeunes, quel que soit leur milieu socio-culturel, en leur donnant les clés pour s’engager avec succès dans les filières d’excellence (Source site web : www.cordeesdelareussite.fr). C’est ainsi que, jeudi 18 Janvier 2018, une vingtaine de jeunes du collège [REP]Verrazane (69) a découvert les coulisses et le campus d’ECAM Lyon.

Les collégiens enthousiastes, accompagnées d’élèves-ingénieurs ECAM, ont participé à plusieurs ateliers ludiques, et notamment un challenge Kapla pour tenter de créer le pont le plus robuste. La journée a été ponctuée de témoignages d’étudiants sur les parcours et les métiers accessibles avec un diplôme d’ingénieurs. Les jeunes ont ensuite visité les différents laboratoires de l’Ecole. Une après-midi riche et animée avec pour objectif de donner le goût pour les sciences aux plus jeunes !

Au-delà de cet événement, c’est tout au long de l’année qu’ ECAM Lyon s’implique dans les Cordées de la réussite, par des séances de tutorat dispensées dans des collèges et lycées de quartiers prioritaires par une trentaine d’élèves-ingénieurs ECAM Arts et Métiers de 3ème année.

Enfin, ECAM Lyon réaffirme chaque année son souhait de faciliter l’accès à l’enseignement supérieur pour tous avec son dispositif « ECAM pour tous » qui reverse chaque année près de 150 000 euros de bourses à des étudiants de l’Ecole qui ont des difficultés fianncières.

Extrait de ecam.fr du 01.02.18 : Cordées de la réussite : un accès pour tous à l’enseignement supérieur
Campus

 

ACADEMIE DE MONTPELLIER

Témoignage de Mélanie Giraud, Université de Perpignan

 

ACADEMIE DE NANCY-METZ

Le mardi 13 février 2018, la Faculté des Sciences et Technologies accueillera les élèves du Lunévillois dans le cadre des cordées de la réussite avec pour but de favoriser l’accès de ces jeunes à l’enseignement supérieur en leur permettant de découvrir l’université au travers de conférences et d’ateliers ludiques.

Ce sont donc pas moins de 243 élèves de 2nde, ainsi que quelques élèves de 1ère STI2D et de BTS des lycées Bichat et Boutet de Monvel qui sont attendus pour découvrir la faculté, qui sera peut-être leur futur établissement d’enseignement supérieur.

L’après-midi commencera par un mot du doyen de la faculté qui présentera l’établissement. Les élèves choisiront ensuite l’une des deux conférences proposée : « La Supraconductivité » ou « Quelques nouvelles en provenance du cosmos ».

Après une heure de conférence, les élèves pourront assister à deux ateliers scientifiques choisis parmi les onze proposés. Ces ateliers, animés par des enseignants-chercheurs, permettront aux élèves de découvrir les disciplines scientifiques enseignées à la faculté. Quelques exemples d’ateliers proposés : « transmission d’énergie sans contact », « l’informatique sans ordinateur », « récréations mathématiques », « la microbiologie dans notre environnement », « quand la lumière ne se propage pas en ligne droite ou joue à cache-cache », « les métaux dans tous leurs états », « destination productique ».

Un après-midi qui se veut ludique et convivial, qui donnera aux lycéens quelques clés pour définir leur parcours universitaire et professionnel, et une vision originale des sciences.

Extrait de cordeesdela reussite.fr : Ensemble pour que chaque élèves ose sa réussite

 

 

ACADEMIE DE NANTES

Encourager la réussite de tous

La nouvelle saison des Cordées de la réussite vient d’être lancée. Le dispositif, piloté en Maine-et-Loire par l’Université d’Angers en coopération avec l’Inspection académique, vise à accroître l’ambition scolaire des lycéens issus de milieux socio-culturels moins favorisés.

Leur donner envie de poursuivre des études supérieures, leur prouver que c’est possible d’aller très loin : c’est le sens du dispositif Les Cordées de la réussite, fruit d’un partenariat entre les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, en lien avec la politique de la ville.

En Maine-et-Loire, le lancement de l’édition 2018 a eu lieu le 19 janvier. Repérés par l’Inspection académique, 41 élèves de Seconde, scolarisés dans des établissements angevins, choletais et saumurois et vivant dans des Quartiers prioritaires de la politique de la ville, ont répondu positivement à l’invitation. Ils se sont retrouvés à la Cité de l’objet connecté, à Saint-Sylvain-d’Anjou. « Le lieu donne la couleur que l’on a voulu pour cette promotion, avec des rendez-vous qui tournent autour du numérique et de la créativité », explique Christine Ménard, directrice du Service universitaire d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle (SUIO-IP), qui pilote le dossier pour l’Université d’Angers.

Coaching, culture et réalité virtuelle

Six rencontres sont au programme de cette opération financée par le rectorat et la préfecture, à travers le Commissariat général à l’égalité des territoires.

Les élèves ont visité les installations de la Cité de l’objet connecté
Le 26 février, les lycéens passeront l’après-midi dans les locaux du SUIO-IP, sur le campus Belle-Beille. Trois ateliers leur seront proposés : l’un de confiance en soi, un autre pour apprendre à valoriser leur parcours et ses singularités, et un troisième de créativité. Le 11 avril, le groupe visitera le Quai et assistera à un spectacle. Il travaillera également les mouvements du corps et aura le droit à un shooting photo avec un artiste, « qui permettra à chacun de ressortir avec une image positive ». Les 25 et 26 juin, direction la Vendée, avec une journée axée sur les escape games et la réalité virtuelle au Ludylab de Chambretaud, puis une visite du Puy du Fou. Tous se retrouveront après les vacances d’été, en octobre, au Futuroscope. « À chaque fois, vous serez accompagnés par des étudiants recrutés par l’UA, avec lesquels vous pourrez dialoguer », leur a rappelé Christine Ménard.

La première journée a permis de faire connaissance. L’après-midi a aussi été l’occasion de s’initier au pilotage de drones, avec trois des meilleurs pilotes français, et de visiter les installations de la Cité de l’objet connecté. Sur 1 800 m2, les start-up y trouvent toutes les compétences nécessaires pour concrétiser leur projet (mécanique, plasturgie, design, imprimante 3D, etc.), jusqu’à la phase d’industrialisation. « C’était intéressant de voir comment cela fonctionne, les différentes étapes pour sortir un produit », confie Thibaut, du lycée saumurois Sadi-Carnot. Comme son copain Loïk, il a un rêve : devenir ingénieur.« Ensemble pour que chaque élève ose sa réussite »

Extrait de univ-angers.fr : Les cordées dela réussite

 

ACADÉMIE DE PAIS ET DE CRÉTEIL

Parcoursup et Cordées de la réussite : le cas de l’UPEC

Article rédigé avec les étudiants tuteurs suivants : Amina Benghellam, Swann Beuve-Helissey, Stacy Castelao, Claire Chanseaume, Laetitia Da Costa, Elsa Ebeire, Emilie Falchero, Clémence Fergeau, Soumeya Laouedj, Laura Lesprit, Alyssa Mokkedem, Julien Narcisse, Manon Perrier.

Le 18 janvier dernier, a eu lieu la journée nationale des cordées de la réussite de la Faculté des sciences et technologie de l’UPEC.

Comme tous les ans, cet évènement est l’occasion pour près de 300 lycéens issus des deux cordées de la réussite, « Banlieue-Est, cap vers les sciences » (créée en 2011) et « CordéE-Link, sciences connected » (créée en 2017) de rencontrer des étudiants de sciences et de visiter des laboratoires. Elle a été clôturée par une conférence scientifique du Pr Philippe Mora du laboratoire IEES-Paris sur « les fourmis, termites et vers de terre, des ingénieurs méconnus », dynamisée par l’utilisation de boîtiers de vote.

Dans le contexte de la réforme du bac en cours

Les lycéens, dont 79 % sont des élèves de filière S et 21 % de filière STL, ont cette année encore particulièrement apprécié (90,8 %) cette journée. Ils avouent à plus de 80 % que cette action a fait évoluer leur vision de l’université, avec près de 40 % d’entre eux qui envisagent maintenant des formations auxquelles ils ne pensaient pas jusqu’alors, grâce aux discussions qu’ils ont eues avec les étudiants.
Cordé
es 2018 UPEC.
[...]
Entrer en contact avec des métiers

Un outil numérique qui a suscité l’intérêt des enseignants du secondaire présents et qui paraît essentiel pour des jeunes qui n’ont pas forcément le réseau, les relations leur permettant de prendre contact avec quelqu’un exerçant le métier qui les intéresse, ou encore, pour trouver un stage.

Menée de façon interactive avec des boîtiers de vote, cette intervention nous a permis d’une part de sensibiliser ces jeunes des cordées de la réussite à la nécessité de travailler leur projet de formation dès les années de lycée, et d’autre part d’obtenir des données pour dresser une image du paysage actuel des lycéens vis-à-vis de leur orientation.

Ainsi, si l’objectif des cordées de la réussite est d’augmenter l’ambition, ce sondage réalisé auprès des près de 300 jeunes dans l’amphithéâtre, montre que seulement 30 % d’entre eux ont déjà un projet clair de formation. 30 % autres « hésitent entre plusieurs projets », 15 % « y ont pensé, mais ne savent pas quoi faire », tandis que les 25 % restants « n’y ont pas encore pensé » ou semblent « s’agacer » de ce questionnement récurrent en ce moment !
Projets d’orientation : comment choisir ?

Et à quelques jours de l’ouverture de la plate-forme Parcoursup, il est intéressant de voir que si 17 % des élèves déclarent ne pas pouvoir faire un seul vœu de projet d’orientation, une majorité des élèves (64 %) déclare n’être actuellement capable que d’émettre au maximum 3 vœux, et 8,5 % pensent pouvoir inscrire 4 vœux sur 10 possibles dans Parcoursup !

Cela montre bien qu’un travail important reste à effectuer pour l’orientation de ces jeunes et la construction d’un réel projet de formation post-bac. Bien entendu, il faut relativiser ces chiffres par le fait que 80 % des élèves présents étaient des élèves de 1re, mais cela doit alerter les acteurs de l’orientation sur le travail qui doit être réalisé en utilisant toutes les ressources à leur disposition.

Ces jeunes issus de filières scientifiques S ou STL, sont assez logiquement intéressés, parmi les différents secteurs d’activités référencés sur JobIRL, par les domaines du médical (19,5 %), de la recherche (16,5 %), de l’ingénierie (14,5 %) et informatique-digital (11,5 %).
Cordées 2018 UPEC.

Parmi une dizaine de métiers proposés, presque un quart des lycéens (23 %) étaient intéressés par le métier de chercheur, 16 % par la fonction de chef de projet, 15 % par un poste d’ingénieur en informatique, et 10,5 % se déclaraient motivés par les métiers de l’enseignement ! Les étudiants qui ont organisé cette journée (de futurs enseignants pour une bonne partie d’entre eux), tout comme les enseignants-chercheurs présents qui ont fait visiter les laboratoires, ont été surpris par ces déclarations. Se réaliseront-elles réellement ? Nous devrons attendre quelques années pour le savoir.

La vision des étudiants tuteurs

Au cours de cette journée, les étudiants de la faculté des sciences et technologie de l’UPEC, se sont vus confier différents rôles, différentes tâches qui leur ont permis de multiplier les points de vue.

Pendant que certains étudiants accompagnaient les élèves par groupes dans les différents ateliers proposés, d’autres animaient ces ateliers, tandis que d’autres encore étaient en charge de réaliser un reportage photo.

Une dynamique très positive a été ressentie, aussi bien du côté des élèves, des étudiants que des enseignants-chercheurs qui ont pris plaisir à échanger sur leurs parcours. Concernant le déroulement de la journée, la diversité des activités proposées a semblé très appréciée par les élèves et leurs enseignants accompagnateurs :

« Pour nous, étudiants dont le projet professionnel est de devenir enseignant, ce fut aussi l’occasion de nouer un premier contact avec des groupes d’élèves, très différents pour certains et auxquels nous avons dû nous adapter. Au cours de la journée, nous avons progressivement pris de l’assurance dans la prise de parole en public avec des groupes d’environ 20 lycéens. Nous avons dû trouver les clés pour instaurer un échange, cibler les attentes des élèves et répondre à leurs interrogations sur l’université en nous mettant à leur portée. »

« Si beaucoup d’élèves ont confié avoir des idées reçues sur les enseignements, la vie à la fac, certaines sont tombées au cours de cette journée grâce aux ateliers et conférences. Certains élèves (notamment en STL) ont vu des voies qu’ils pensaient ne pas pouvoir envisager s’ouvrir devant eux. Le témoignage d’étudiants ayant suivi ce parcours leur a démontré qu’une entrée en fac pouvait aussi être couronnée de succès. Au final, il nous apparaît clairement :
• que nombre de ces lycéens étaient perdus face à cette problématique de l’orientation,
• que la problématique de l’orientation des élèves soulevée au cours de cette journée nationale des cordées de la réussite, est essentielle pour notre futur métier. »

« En conclusion, notre participation à l’organisation d’un tel évènement s’est avérée très formatrice et enrichissante. Elle impactera sans aucun doute nos pratiques et notre posture future vis-à-vis des taches d’orientation dont nous aurons la charge. Nous sommes tous convaincus de l’intérêt de continuer à mener de telles actions qui semblent avoir apporté à chacun d’entre nous. »

14.02.18 : Parcoursup et Cordées de la réussite : le cas de l’UPEC

 

ACADÉMIE DE VERSAILLES

Cordées de la réussite : des étudiants engagés auprès des lycéens

Sur les deux campus, les étudiants ESTACA s’engagent pour faire découvrir les sciences à des lycéens. A Saint-Quentin-en-Yvelines, les étudiants de l’association Pégase vont régulièrement dans les lycées Berliot de Trappes et Duchesne de la Celle-Saint-Cloud pour concevoir et créer un aéroglisseur avec les élèves. Sur le Campus Ouest, des étudiants de l’association Model’Ouest accueillent cette semaine des lycéens de Mayenne pour une initiation à la conception et au pilotage d’un drone. L’objectif est de faire naître le goût des sciences chez les plus jeunes et ainsi les encourager à se tourner vers des formations d’ingénieurs.

Extrait de estaca.fr du 25.01.18 : Cordées de la réussite : des étudiants engagés auprès des lycéens

Répondre à cet article