> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Positions politiques) > Dans une interview à Libération (et sur Public Sénat), Bruno Julliard souhaite (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans une interview à Libération (et sur Public Sénat), Bruno Julliard souhaite une relance de l’éducation prioritaire, avec un recrutement d’urgence et l’individualisation des moyens en fonction des établissements

10 mai 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Bruno Julliard, chargé de l’éducation au PS

« Dès l’arrivée de la gauche au pouvoir sera annoncé un gel des suppressions de postes. Et des recrutements d’urgence, notamment dans les ZEP et à l’école primaire. Le constat alarmant est que la réussite reste encore totalement conditionnée par le milieu social.

[...] « Deuxième urgence : relancer une politique d’éducation prioritaire. La suppression de la carte scolaire est un échec. Il faut développer l’individualisation des objectifs et des moyens en fonction des établissements, accroître l’autonomie pédagogique.

Extrait de liberation.fr du 09.05.11 : La réussite reste liée au milieu social

 

Autre point important : l’éducation. Bruno Julliard, secrétaire national du PS à l’éducation, rencontre lui aussi les syndicats régulièrement. Et déjà il négocie. « Il faut des mesures d’urgence dès la rentrée de septembre 2012 », explique le socialiste, ancien président de l’Unef. La formation des enseignants sera réformée, les ZEP relancées, les professeurs incités à rester dans les quartiers les plus difficiles.

Le PS veut « réformer le statut des enseignants du secondaire. Il faudra négocier avec les syndicats le contenu des missions, en incluant le lien avec les familles et le suivi individualisé. En contrepartie, il y aura une revalorisation salariale. C’est un travail qu’il faut commencer avant l’élection », explique Bruno Juillard. Il entend aussi allonger l’année scolaire et « prévoir les financements et les marges de manœuvre ». Il y aura un moratoire sur les suppressions de postes dus au non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. « Décidons-nous au non entre mai et juin de suspendre ces suppressions de postes ? La proposition est oui », confirme Laurent Fabius. « Ça se traduit par des recrutements supplémentaires d’urgence dès 2012 sur le primaire et les ZEP », précise Bruno Julliard.

Extrait publicsenat.fr] le 11.05.11 : 2012. comment le PS prépare sa première année au pouvoir (avec vidéo)

 

Le texte du programme du PS pour l’éducation

Répondre à cet article