> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 990 articles OZP 2005-2008 en ligne mais non indexés > année 2007 > juillet 2007 > 19.07.07 - Les ZEP du Mée-sur-Seine (77) envoient 3 élèves à Sciences-Po

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

19.07.07 - Les ZEP du Mée-sur-Seine (77) envoient 3 élèves à Sciences-Po

19 juillet 2007

Extrait du « Parisien » du 18.07.07 : Elles ont réussi le pari d’entrer à Sciences-po

Elles n’en revenaient toujours pas, même après avoir vu leurs noms inscrits noir sur blanc. Hier matin, Sarah el-Yafi, Laëtitia Prodo et Alexandra Czarny se sont rendues à Sciences-po Paris pour vérifier qu’elles étaient bien admises au concours d’entrée.

Elles deviennent ainsi les premières Seine-et-Marnaises à intégrer cette grande école via une convention réservée aux élèves d’établissements installés dans des quartiers populaires.

Leur établissement - le lycée George-Sand, au Mée-sur-Seine - reste en effet le seul du département à profiter de ce partenariat appliquant les principes de discrimination positive.

« Nous sommes ravis pour elles, j’ai failli en pleurer », déclare Muriel Benadon, la proviseure. Comme Jean-Marc Brûlé, conseiller régional vert et membre du conseil d’administration de l’établissement, elle espère que cette réussite permettra de relever la réputation du lycée, qui souffre d’une désaffection malgré de nombreuses options (chinois, théâtre...).

En septembre, elles feront leur rentrée dans l’une des écoles les plus prisées de France

En fait, les trois jeunes filles ont appris la bonne nouvelle avant-hier soir par Virginie, qui va entrer en cinquième année de l’Institut d’études politiques (IEP) et qui les a coachées toute l’année.

« Elle nous a appelées lundi soir, mais on n’y croyait pas », confient les trois lycéennes, âgées de 17 et 18 ans. Hier matin, elles ont donc constaté avec bonheur qu’en septembre prochain elles feront bien leur rentrée dans une des écoles les plus prisées de France.

Mais aucune effusion ni cri d’adolescentes en folie. « On pense beaucoup à Atef, souligne Sarah. Comme nous, il avait été sélectionné par le lycée et il a passé l’oral, mais il n’a malheureusement pas été pris. » Le jeune homme a pourtant fourni un énorme travail. Inscrit en STG, filière technologique, il est parvenu à décrocher son bac avec la mention assez bien, et il était plus que motivé puisqu’il souhaite faire de la politique.

« Mais on va continuer à le suivre, promet Virginie, la grande de Sciences-po. J’aimerais qu’il accepte mon aide pour qu’il puisse tenter le concours à bac + 1. »

« Ce n’est pas le tout d’avoir réussi le concours. Maintenant, il faut réussir et passer en deuxième année »

Même sans leur ami, les trois bachelières « avec mention bien » ont commencé à prendre possession de leur future école. Virginie leur a montré la cafétéria et les a briefées sur les cours et les profs. Elles en sauront plus sur ce qui les attend puisque, aujourd’hui, tous les admis via la convention Education prioritaire sont convoqués dès 8 h 15 pour une présentation de l’IEP.

Les nouveaux élèves auront aussi droit à une visite de la Cité internationale universitaire, où chacun a droit à une chambre.

« Intégrer Sciences-po, c’est extraordinaire, mais ça signifie aussi qu’on devient vraiment des grandes, confie Sarah. Il va falloir quitter papa-maman, et ce n’est pas évident. » Loin de décompresser, les trois jeunes femmes restent très sérieuses. « Ce n’est pas le tout d’avoir réussi le concours, rappelle Alexandra. Maintenant, il faut réussir encore et passer en deuxième année. »

Chacune s’accrochera à ses motivations : Sarah veut faire de l’histoire, Laëtitia souhaite devenir dans un premier temps assistante parlementaire et Alexandra veut travailler à l’ONU.

Répondre à cet article