> III- INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité, Laïcité... > Mixité sociale, Carte scolaire > Mixité soc., Carte solaire (Positions et publications militantes et (...) > Après un entretien avec le ministre, "les déclarations de Pap Ndiaye sur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Après un entretien avec le ministre, "les déclarations de Pap Ndiaye sur le privé font réagir" (Le Figaro)

17 avril 2023

Mixité sociale : Pap Ndiaye attend « un engagement » des écoles privées

« Nous voulons agir sur le public, qui scolarise la grande masse des élèves (80 %) et où les contrastes sociaux sont extrêmement forts », explique le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye.

ENTRETIEN - Pap Ndiaye précise les enjeux de l’accord avec l’enseignement catholique. Et revient sur le harcèlement, le bac…

Près d’un an après sa nomination surprise à la tête du ministère de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye fait le point sur ses dossiers du moment, de ses récentes annonces sur le harcèlement scolaire à son chantier en cours sur la mixité sociale.

LE FIGARO. - Les annonces sur la mixité sociale sont très attendues. Pourquoi tardent-elles à venir ?

Pap NDIAYE. - J’avais prévu de les faire à la mi-mars. Nous avons repoussé, en raison de l’actualité retraites et du gros sujet de la revalorisation des enseignants qui sera détaillée la semaine prochaine. Viendra ensuite la mixité. Nous sommes dans les starting-blocks. Nous voulons agir sur le public, qui scolarise la grande masse des élèves (80 %) et où les contrastes sociaux sont extrêmement forts.

Il suffit de voir ce qui se passe à Paris et dans d’autres villes, parfois inattendues. À l’échelle du pays, c’est sur le public que nous avons les marges de manœuvre les plus importantes. En parallèle, nous travaillons avec l’enseignement privé sous contrat…

Extrait de lefigaro.fr du 13.04.23

 

Ecoles privées : « Pap Ndiaye s’en prend au dernier secteur de l’éducation encore debout »
Par Lisa Kamen

« À défaut de pouvoir améliorer le sort de tous, il pointe du doigt les écoles qui échappent encore à la catastrophe et s’échinera à détruire méthodiquement tout ce qui leur permet de tirer leur épingle du jeu. »

FIGAROVOX/TRIBUNE - Dans une interview accordée au Figaro le 13 avril dernier, Pap Ndiaye disait attendre un engagement chiffré des écoles privées en termes de mixité sociale. L’enseignante Lisa Kamen-Hirsig y voit un basculement dissimulé dans une logique de quotas ainsi qu’une atteinte à la liberté de l’enseignement privé.

[...] Fallait-il un indice pour réaliser cela ? Un indice d’autant moins fiable qu’il est calculé en fonction d’éléments discutables et d’un système de pondération très arbitraire : un élève dont la mère est enseignante et le père ingénieur se voit gratifié d’un généreux 179 alors qu’un autre, dont le père n’a pas souhaité renseigner sa profession et la mère est sans emploi récolte difficilement un 37. Cela signifie-t-il que l’un a cinq fois plus de chances de réussir ses études que l’autre ? Ou gagner cinq fois plus ? Ou rencontrer cinq fois moins de difficultés ?Nul ne peut répondre à ces questions, surtout pas ses commanditaires, mais maintenant que le grand public connaît l’existence de cet indice, Pap Ndiaye tient à montrer sa détermination : aucune inégalité ne résistera à son règne ! À défaut de pouvoir améliorer le sort de tous, il pointe du doigt les écoles qui échappent encore à la catastrophe et s’échinera à détruire méthodiquement tout ce qui leur permet de tirer leur épingle du jeu. Il avait promis d’agir en janvier. L’actualité sociale et politique en a décidé autrement. Le printemps a réveillé ses ardeurs socialistes.

[...] Comme il n’est pas encore question de contraindre par corps les individus à se rendre là où ils ne souhaitent pas aller, Pap Ndiaye n’a d’autre possibilité que de menacer les établissements privés.

Extrait de lefigaro.fr/vox du 14.04.23

 

Mixité sociale à l’école : les déclarations de Pap Ndiaye sur le privé font réagir

Dans une interview au Figaro, le ministre de l’Éducation a précisé sa volonté d’« engagement » du privé sous contrat, avec des « objectifs chiffrés ».

Les établissements privés sous contrat dans le viseur ? Alors que le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, dans une interview accordée au Figaro , a confirmé des annonces imminentes sur la mixité sociale et précisé sa volonté d’« engagement » du privé sous contrat, avec des « objectifs chiffrés » et des « pourcentages » (de boursiers), les réactions ont déferlé.

« Nos enfants vont justement en école privée car nous attendions des engagements de l’école publique... », commente un internaute. « Après avoir massacré l’école publique, ils s’attaquent maintenant à l’école privée », écrit un autre. De son côté, Anne (*), 53 ans et mère de trois enfants scolarisés dans des établissements catholiques sous contrat, « ne conteste pas que la mixité puisse être très enrichissante pour tous ». Mais elle estime que le libre choix des familles est « une liberté fondamentale de l’enseignement privé ». « Être contraignant sur le choix des élèves, c’est dénaturer l’esprit du privé ! », s’exclame-t-elle

Extrait de lefigaro.fr du 14.04.23

Répondre à cet article