> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESS. , APPRENTISSAGE > MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Etudes univers.) > Pour réduire les inégalités sociales : "A portée de mots. Parler avec son bébé (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pour réduire les inégalités sociales : "A portée de mots. Parler avec son bébé peut changer sa vie", par Florent de Bodman, Autrement, 2021, 253 p. (ToutEduc)

18 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Parler avec les bébés pour changer leur destin (ouvrage)

Florent de Bodman est de ces énarques qui ont découvert, depuis Bercy, combien la réalité sociale était passionnante. Chargé du suivi de politiques sociales, il est saisi de vertige devant le gâchis humain que représente l’échec scolaire, et comprend que le problème ne peut être traité (sinon résolu) qu’en "misant" sur la petite enfance et son accès au langage. "Dans les années 2000, le prix Nobel d’économie James Heckman a formulé une hypothèse inattendue : une puériculturice a plus d’impact social qu’un professeur d’université." Il quitte le ministère des finances et co-fonde l’association "1001 mots" dont il est le directeur. Il publie chez Autrement "A portée de mots" où il plaide auprès des parents pour qu’ils parlent avec leur bébé, ce qui "peut changer sa vie" puisque les enfants de milieux défavorisés ont entendu à 3 ans (d’après des chercheurs américains) quatre fois moins de mots, et ont un vocabulaire deux fois moins étendu qu’un enfant des beaux quartiers.

Il ne manque pas d’arguments, et son association propose d’accompagner les familles désireuses d’augmenter "la richesse des interactions verbales du parent avec son enfant", elle recherche les meilleurs moyens d’y parvenir et pense "être en train d’inventer un service ayant des effets forts, que les parents seront très désireux d’adopter". Elle prévoit "d’inclure 4 000 familles en 2022 et 10 000 en 2023", elle en accompagne actuellement 2 000.

Mais l’auteur sait aussi que c’est l’Etat qui "détient la clé pour développer fortement" les projets locaux et associatifs et que pour pallier les manques dans le développement du langage, s’appuyer sur les personnels des crèches peut être très efficace. Il cite notamment à ce sujet le programme expérimental américain Abecedarian et le programme français Parler bambin (voir à ce sujet leur remise en cause, ToutEduc ici), et propose que le Gouvernement se donne pour objectifs la création de 200 000 nouvelles places de crèches dans 10 ans, "afin que 30 % d’enfants pauvres soient accueillis à la crèche (contre 5 % aujourd’hui)". Au total, il demande que la prochaine mandature voie quelque 10 Mds€ investis dans la petite enfance, "un investissement particulièrement efficace, s’il est bien orienté vers ceux qui en ont le plus besoin".

"A portée de mots, parler avec son bébé peut changer sa vie", Florent de Bodman, Autrement, 253 p., 19€

Extrait de touteuc.fr du 01.09.21

Répondre à cet article