> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Pauvreté, Aide sociale > Les mots partagés, Atelier Lirécrire d’ATD Quart Monde Brest (Les portraits du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les mots partagés, Atelier Lirécrire d’ATD Quart Monde Brest (Les portraits du jeudi, Cahiers pédagogiques)

9 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Les mots partagés
Atelier Lirecrire
Les portraits du jeudi, par Monique Royer

Comme tous les vendredis, des militants et des alliés d’ATD Quart Monde Brest se sont réunis le 19 mars pour un atelier Lirecrire numérique où leurs paroles s’écoutent, s’enrichissent, se transforment en textes. Ce jour-là, j’étais invitée au partage, en visio. À mon tour, je vous convie pour la visite d’un espace d’extrême fraternité et dignité.

Le rendez-vous est fixé à 9 h 30 au local d’ATD (Agir Tous pour la Dignité) et à distance. Ici aussi la jauge et les gestes barrières sont de mise. Les participants arrivent petit à petit. Patrick, journaliste à la retraite, est là pour les accueillir. Des riches partages vécus lors des ateliers d’écriture qu’il avait animés précédemment est né « l’écrit des sans-voix ».

Monique, ancienne enseignante en Segpa () et en classe relais, est déjà présente, prête à guider dans les méandres des connexions en visio. Elle a rejoint ATD Quart Monde il y a trois ans, apportant avec elle le volet numérique et l’expérience du projet intergener@tions, qui liait des collégiens décrocheurs à des personnes âgées vivant en Ehpad par la découverte d’internet et de l’apprentissage tout au long de la vie.

Patrick et Monique sont des « alliés », ils n’ont pas connu la grande pauvreté et s’investissent bénévolement aux côtés de « militants » qui vivent ou ont vécu la misère. L’atelier Lirecrire numérique est né de leur rencontre et du souhait des militants ATD. Alliés comme militants ont en commun des valeurs humaines et essentielles : le refus de la misère, la quête de la dignité et l’envie d’apprendre ensemble, les uns des autres.

Ici, on pose les mots, on ose l’expression, on apprivoise le numérique. Et, si besoin entre les séances, on apprend encore dans les permanences PAPI (Point d’accès public à internet) ; il en existe plus d’une centaine à Brest et alentour.

Monique Royer

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 25.03.21

Répondre à cet article