> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Pauvreté, Aide sociale > Pauvreté, Aide sociale (Actions et Situations locales) > Les associations alertent sur le nombre très élevé d’enfants à la rue (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

- Les associations alertent sur le nombre très élevé d’enfants à la rue (Maire-Info) - Dans l’Oise, l’initiative d’une collectif d’enseignants (Fenêtre sur cours)

27 décembre 2019 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les associations alertent sur le nombre très élevé d’enfants à la rue (Maire-info

9 447 places hivernales sont à ce jour ouvertes, dont 3 213 dans des centres d’hébergement en Île-de-France. Le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a fait un point d’étape, mercredi 18 décembre, sur le plan hivernal 2019-2020, qui a été déclenché le 1er novembre. À cette occasion, le ministre a reconnu que « les besoins restent importants ».

Un euphémisme pour les 36 associations du Collectif des associations unies, qui avaient l’intention de donner, ce même jour, un coup de semonce. Elles ont dû le reporter en raison des grèves. Les associations souhaitaient présenter une photographie de la crise de l’hébergement « au-delà du périphérique parisien », en faisant venir des acteurs de Rennes, Toulouse, Lyon, etc., pour témoigner. « Car les remontées du terrain montrent que toutes les grandes villes connaissent un pic de familles et d’enfants à la rue », alerte Florent Guéguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (ex-Fnars), et porte-parole du Collectif.

Extrait de maire-info.com du 19.11.19

 

Fenêtre sur cours, décembre 2019, page 10
Grand Angle
Pas sans toit
Dans l’Oise, un élan de solidarité parti des écoles s’est levé afin qu’aucun enfant ne dorme dans la rue.

39 mamans et enfants ont été mis à l’abri, les hommes sont restés à la rue, ainsi qu’une famille avec trois enfants. Aline, 6 ans et Alexandra, 8 ans et leur maman enceinte, viennent d’Angola. Elles attendent avec des maîtresses de l’école élémentaire Camus où les filles sont scolarisées depuis la rentrée de novembre. Hier soir, elles étaient dans un foyer mais la semaine dernière, sans solution d’hébergement, c’est la solidarité qui leur a permis de dormir à l’hô-tel. Claire Michot de l’école Camus fait partie du collectif Pasdanslaruesolidari-té* créé par des enseignants de Beauvais.

Extrait de snuipp.fr du 10.12.19

Répondre à cet article