> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Déclarations officielles) > Jean-Michel Blanquer présente son bilan au Conseil des ministres et traite (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Jean-Michel Blanquer présente son bilan au Conseil des ministres et traite en particulier des dédoublements, de Devoirs faits et des remplacements

4 décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a présenté un point sur les réformes prioritaires de son ministère.

L’élévation du niveau de chaque élève et la réduction des inégalités constituent les finalités de la politique éducative. Elles trouvent de premières concrétisations grâce à la mise en oeuvre de plusieurs réformes structurantes. Plus que jamais, notamment en cette période de crise sanitaire, l’école de la République doit permettre à chaque élève, quelle que soit sa situation, de s’accomplir.

1. Garantir la maîtrise des savoirs fondamentaux

Chaque élève doit disposer des meilleures conditions pour asseoir ses apprentissages sur des bases solides. C’est pourquoi le Gouvernement a engagé dès 2017 le dédoublement des classes de CP et de CE1 dans les zones d’éducation prioritaire : désormais aboutie, cette mesure a conduit à la création de 10 800 classes depuis 2017 et bénéficie en cette rentrée à 290 000 élèves (20 % d’une classe d’âge). Elle a été étendue en cette année scolaire aux classes de grande section de maternelle en éducation prioritaire : 20 000 élèves en bénéficient dès à présent.

Cette mesure s’accompagne d’un accompagnement pédagogique renforcé à destination des professeurs exerçant en éducation prioritaire : des outils sont mis à leur disposition, une formation spécifique leur est proposée, qui leur permet de préciser leur pédagogie pour mieux accompagner encore les élèves dans leurs apprentissages fondamentaux.
Afin que tous les élèves bénéficient d’un cadre propice aux apprentissages, le Gouvernement a décidé en 2019 de limiter les effectifs à 24 élèves pour l’ensemble des classes de grande section de maternelle, de CP et de CE1 hors éducation prioritaire : aujourd’hui, 74 % de ces classes comptent un effectif inférieur ou égal à 24 élèves. Une attention particulière est portée aux classes multi-niveaux, notamment en milieu rural.

2. Évaluer pour mieux répondre aux besoins de chaque élève

Instaurées depuis 2017, les évaluations nationales des acquis permettent aux professeurs des écoles et aux professeurs de français et de mathématiques en collège et en lycée d’identifier très rapidement les éventuelles difficultés de leurs élèves de CP, CE1, 6ème et 2nde et, ainsi, d’y remédier rapidement. Elles constituent également un outil de pilotage précieux, notamment dans le domaine de la formation, ainsi qu’un élément de communication objectif avec les parents d’élèves.

La France est le seul pays d’Europe à mettre en oeuvre des évaluations standardisées qui concernent l’ensemble d’une classe d’âge. Les résultats des élèves aux évaluations de 2019 ont montré une amélioration significative des résultats, signe que le volontarisme pédagogique porte ses fruits. Celles effectuées à la rentrée 2020 ont permis de mesurer les effets du premier confinement et de déployer un ensemble de réponses personnalisées à destination des élèves rencontrant des difficultés.

3. Garantir un service public d’éducation de qualité

Chaque élève a droit à un service public d’éducation de qualité qui garantisse la continuité de ses apprentissages. À ce titre, l’amélioration de l’efficacité du remplacement des professeurs absents constitue une priorité : aujourd’hui, le taux d’efficacité du remplacement dans le premier degré est de 78,9 % ce qui équivaut, en moyenne, à 2 jours de classe manqués par les élèves sur toute une année scolaire ; dans le second degré, ce taux d’efficacité est de 96,35 %.

L’objectif du Gouvernement est de réduire le nombre d’heures de classe sans solution de remplacement, quel que soit le motif de l’absence du professeur. Depuis 2017, des mesures ont été prises afin que chaque élève bénéficie d’un accueil pédagogique sur l’ensemble du temps scolaire : une allocation de formation aux personnels enseignants a été créée afin que les formations se déroulent hors temps scolaire ; une seconde heure supplémentaire non refusable a été instaurée.

Dans le cadre du Grenelle de l’éducation, des discussions sont engagées pour définir les modalités d’un meilleur accueil pédagogique des élèves.

La mesure « Devoirs faits », déployée au collège depuis 2018, répond à cet enjeu. Elle permet à tous les élèves volontaires de faire leurs devoirs au collège gratuitement, de réviser et de conforter leurs acquis en étant accompagnés par des professeurs et des intervenants en dehors des heures de classe.

« Devoirs faits » bénéficie aujourd’hui à 30 % des collégiens, et notamment à presque 50 % des collégiens en éducation prioritaire renforcée ; 1,5 millions d’heures supplémentaires lui ont été allouées à la rentrée afin de renforcer l’accompagnement des élèves après le premier confinement.

Ce service public de l’étude étoffe par ailleurs son offre avec « e-devoirs faits » qui permettra, notamment dans les secteurs ruraux, d’accompagner un nombre plus important d’élèves soumis à la contrainte des transports scolaires.
 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Educ. prior. (Déclarations officielles) (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article