> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Textes et Rapports officiels, Déclarat. (...) > Une méthode de lecture élaborée en EP à Paris va être testée (en lien avec la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une méthode de lecture élaborée en EP à Paris va être testée (en lien avec la Depp et le Csen) dans 500 écoles de 10 départements (déclaration de J.-M Blanquer à ToutEduc)

23 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Exclusif. La méthode de lecture élaborée à Paris testée dans 10 départements

Lors de la conférence de presse de rentrée, Jean-Michel Blanquer a annoncé l’utilisation expérimentale de la méthode de lecture mise au point dans le cadre du "Plan Lecture" parisien par "500 écoles de 10 départements" (ici). ToutEduc a interrogé le ministère de l’Education nationale à ce sujet. Celui-ci précise qu’il ne s’agit pas d’une expérimentation scientifique à proprement parler, avec groupe témoin, mais du déploiement dans dix départements (dont un DOM) de la méthode élaborée pour la lecture - écriture au cours préparatoire par une IEN, Isabelle Goubier, trois conseillères pédagogiques, Catherine Dorion, Catherine Richmann et Catherine Mesme et des enseignants en éducation prioritaire au cours de journées de formation.

Leur travail a fait l’objet d’une description incluse dans l’un des documents mis en ligne par le Conseil scientifique de l’Education nationale, "Pédagogie et manuels pour l’apprentissage de la lecture, comment choisir ?" (ici (PDF)). A Paris avaient donc été choisis deux manuels, "Lecture piano" (Sandrine Monnier-Murariu, Retz) et "Je lis, j’écris (Reichstadt, Terrail et Krick, Les lettres bleues). Mais, selon les informations recueillies par ToutEduc, le groupe est allé plus loin et a produit une méthode originale en puisant dans les méthodes existantes des éléments "testés et amendés". Il n’a pas été à proprement parler suivi par une équipe de recherche mais a pu échanger avec "certains membres du Conseil scientifique". Les enseignants qui vont l’utiliser disposeront donc d’un "livre du maître" tandis que les élèves auront un manuel et un cahier d’exercices. Ces trois outils sont des "documents internes" qui n’ont pas vocation à être publiés et qui ne sont diffusés qu’aux enseignants qui se sont portés volontaires.

En effet, la proposition qui leur était adressée par l’institution a intéressé plusieurs centaines d’enseignants, et ont été privilégiés, outre les volontaires, ceux qui n’utilisaient pas de manuels. "Nous avons à ce jour quelque 350 classes, certains enseignants ont hésité, ont dit oui avant les vacances et non après, ou l’inverse", d’autres pourraient se décider dans les jours à venir. Il s’agit toujours de développer lecture et écriture, et l’utilisation des outils parisiens n’interdit pas de compléter avec d’autres manuels. Aucune formation dédiée n’est prévue, "il n’y aura aucun surencadrement" ajoute le ministère qui n’a pas prévu de confier un rôle spécifique aux inspecteurs de circonscription.

Un appel à manifestation d’intérêt sera lancé "dans les prochains jours" et la DGESCO (direction générale de l’enseignement scolaire) choisira, avec la DEPP et en lien avec le CSEN, une ou plusieurs équipes de chercheurs pour un suivi de cette démarche, "voir ce que ça donne", si le volontariat introduit un biais, si la méthode provoque des changements, quels sont ses avantages et ses inconvénients... Les attendus porteront "sur la progression des élèves dans leurs apprentissages" et sur "les évolutions dans les pratiques professionnelles des professeurs".

Extrait de touteduc.fr du 21.09.20

Répondre à cet article