> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > RYTHMES scolaires, Org. temps scol. (gr 5) > Rythmes scolaires (Positions politiques, syndicales et associatives) > La réforme des rythmes scolaires 2012-2017, par Jean-Paul Delahaye (deuxième (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La réforme des rythmes scolaires 2012-2017, par Jean-Paul Delahaye (deuxième et troisième parties)

24 août Version imprimable de cet article Version imprimable

La réforme des rythmes scolaires. Troisième partie

3. La réforme portée par Vincent Peillon en 2012-2014 répond point par point aux différentes demandes formulées depuis 2010.

Le dernier mot de ce rapide rappel peut être donné à l’organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui a longtemps souligné le nombre exceptionnellement faible de jours de classe en France et qui avait salué le retour aux quatre jours et demi comme allant « dans le bon sens ». Éric Charbonnier expert à l’OCDE soulignait dans le journal Le Monde du 24 novembre 2015 que, si l’écart avec nos voisins s’était réduit avec le passage de la semaine de quatre jours à quatre jours et demi, il n’en restait pas moins que « la France, avec ses semaines de 4,5 jours – contre 5 jours dans la plupart des pays – est toujours le pays qui a le plus petit nombre de jours d’école ». « On continue malgré tout à interroger les nouveaux rythmes, la fatigue qu’ils induisent… Manifestement on se trompe de débat »[4]. C’est ce que disait encore récemment le Sénat dans un nouveau rapport le 7 juin 2017 intitulé « Rythmes scolaires ; faire et défaire, en finir avec l’instabilité » qui demandait de « faire prévaloir l’intérêt de l’enfant » et de « conserver le principe d’une semaine scolaire d’au moins quatre jours et demi à l’école élémentaire »[5]. Ajoutons que, outre le bénéfice pédagogique pour les enfants de la cinquième matinée de classe, l’offre d’activités périscolaires a considérablement augmenté. Avant la réforme seulement 20 % des enfants en bénéficiaient. En 2016-2017, ils sont plus de 70 %[6] !

Mais tout cela n’a pas empêché le « nouveau monde » autoproclamé et élu en 2017 de balayer l’intérêt des enfants et de restaurer ce qu’il faut bien appeler « l’ancien monde » des adultes de 2008.

Jean-Paul Delahaye, ancien conseiller spécial de Vincent Peillon
et ancien directeur général de l’enseignement scolaire (2012-2014).

Extrait de blogs.mediapart.fr/delahaye-jp du 21.08.20
 

 

La réforme des rythmes scolaires 2012-2017 (deuxième partie)

2. Un faible soutien gouvernemental qui se manifeste dès le début du quinquennat.

Prenant appui sur les résultats de la consultation organisée par la commission mise en place par Luc Chatel en 2011, Vincent Peillon et son équipe (Bruno Julliard et moi-même) engagent dès novembre 2011, à la demande du candidat François Hollande, une nouvelle et large concertation avec tous les partenaires (collectivités locales, organisations syndicales, parents d’élèves, associations, experts…).

Extrait de blogs.mediapart.fr/delahaye-jp du 03.08.20

Lire la première partie

Répondre à cet article