> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > Vacances (généralités) > Confinement et inégalités sociales : l’exemple de l’effet "revers de l’été" (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Confinement et inégalités sociales : l’exemple de l’effet "revers de l’été" (The Conversation)

6 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

[Continuite pedagogique]
Inégalités scolaires : des risques du confinement sur les plus vulnérables

[...] Le risque d’un « revers du confinement »
Un effet bien connu des chercheurs en éducation est l’effet « revers de l’été ». En effet, pendant l’année scolaire, les enfants issus de familles avantagées et ceux issus de familles défavorisées sur le plan socio-économique affichent des gains assez similaires.

Pendant les mois d’été en revanche, de grandes disparités apparaissent : les compétences scolaires des enfants de statut socio-économique élevé continuent à progresser alors que la courbe de progrès s’aplatit (voire s’inverse) pour les enfants venant de familles défavorisées. Cet effet est étayé par de nombreuses études. Par exemple, c’est surtout pendant la période d’été que les progrès en lecture d’élèves de CP-CE1 corrèlent avec l’origine sociale des élèves.

De même, une étude longitudinale réalisée sur des cohortes d’élèves suivies de l’école primaire à l’âge de 22 ans a montré que les différences qui apparaissent pendant les mois d’été au cours des années d’école élémentaire expliquent en grande partie les différences de réussite selon le statut socio-économique dans l’enseignement secondaire, ainsi que la probabilité de s’engager dans une filière de l’enseignement supérieur.

Les vacances d’été ne durent que deux mois chaque année et nous venons de voir que les effets qu’elles produisent sur la scolarité des élèves sont larges et durables. Il y a donc de fortes raisons de s’inquiéter de la situation de confinement, surtout si celle-ci doit se prolonger et qu’aucune action n’est mise en place pour en contrer les effets négatifs.

Avec deux enregistrements vidéos de Sébatien Goudeau (Psychologie sociale, Paris 5) et de Bernard Lahire

Extrait de theconversation.com du 31.03.20

Répondre à cet article

1 Message

  • A l’inégalité sociale (quartiers défavorisés, abandonnés par les pouvoirs publics, logements exigus,repas de cantines...) s’ajoute l’inégalité culturelle, numérique...
    Quid des cours particuliers et autres sites/boîtes privées que certaines familles peuvent offrir à leur progéniture, des écoles privées sous contrat qui pour certaines accueillent en ce moment des enfants de certains personnels (pb de la mixité qui revient au galop) ? Quid des suivis RASED, CMP, ASE, ... actuellement stoppés ?
    "Empêchements barrières" à certains étages de la pyramide sociale...
    Pourquoi ne pas accueillir avec les enfants des personnels soignants et autres personnels réquisitionnés actuellement les (certains ?) enfants dits "fragiles" ?
    Tout cela est à réfléchir, et rapidement !

    Répondre à ce message