> ARCHIVES : Ozp, Bnf, An... > 800 articles à caractère local, 2005-2008, non indexés > année 2006 > avril 2006 > 19/04/06 - La réforme des ZEP se met en place à La Réunion

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

19/04/06 - La réforme des ZEP se met en place à La Réunion

19 avril 2006

Extrait de « Clicanoo » du 19.04.06 : Le recteur visite trois établissements à Saint-Pierre

Le collège de Terre-Sainte est prêt à intégrer le réseau ambition réussite qui concernera aussi dix-huit autres établissements à la Réunion dès la prochaine rentrée. Un nouveau dispositif qui va se substituer aux zones d’éducation prioritaire (ZEP) et qui à Saint-Pierre sera couplé à une équipe de réussite éducative dont l’organisation a été présentée hier au recteur Paul Canioni en visite dans le Sud.

La politique de l’État en matière de relance de l’éducation prioritaire joue sur plusieurs tableaux. De nouveaux dispositifs, portés par le ministère de Jean-Louis Borloo ou celui de l’Éducation Nationale, vont être mis en place dès la prochaine rentrée. Ce sera notamment le cas au collège de Terre-Sainte à Saint-Pierre qui va intégrer le réseau ambition réussite qui succède aux zones d’éducation prioritaire (ZEP). Un établissement où s’est rendu hier le recteur Paul Canioni pour évoquer un autre dispositif : les équipes de réussite éducative. Cet outil découle en droite ligne de la loi de cohésion sociale de juillet 2004 qui prévoit 750 équipes de réussite éducative sur l’ensemble du pays. Le collège de Terre-Sainte et les écoles qui travaillent déjà avec lui en réseau ne sont pas les seuls à plancher sur ce dispositif à la Réunion. Au total six projets ont été retenus sur l’ensemble de l’île. Ils ont été présentés au plan national le mois dernier et sont aujourd’hui en cours de finalisation. L’idée directrice est ici de s’attaquer plus aux causes qu’aux conséquences de l’échec scolaire. Ce travail en amont passe par l’accompagnement individualisé des enfants de 2 à 16 ans qui présentent des signes de fragilité, que ce soit dans les dimensions éducative, sociale, péri-éducative, de santé, culturelle et sportive. Un accompagnement qui sera mené par des équipes pluridisciplinaires associant des enseignants, les équipes sociales des collectivités locales et le monde associatif.

Diagnostiquer les risques d’échec

“On travaille dessus depuis un an avec la mairie de Saint-Pierre et le contrat de ville”, soulignait hier Christian Paquien, principal du collège de Terre-Sainte. Un partenariat qui a déjà permis de définir un certain nombre de projets d’action qui restent à valider. Ils portent à la fois sur l’apprentissage du langage, l’accompagnement à l’éducation, l’orientation et la santé. “Ce qui nous préoccupe c’est la réussite des élèves”, rappelait le recteur Paul Canioni. Aussi, les risques d’échec doivent être diagnostiqués le plus tôt possible pour éviter que l’élève n’échoue dans son apprentissage et ne se prive du “socle éducatif” indispensable à une scolarisation normale. D’ores et déjà, une soixantaine d’enfants de 2 à 6 ans et un peu plus de 200 jeunes de 6 à 16 ans ont été identifiés comme présentant des retards d’apprentissage ou des difficultés sociales qui peuvent nuire à leur parcours scolaire.

Les besoins sont particulièrement importants à Terre-Sainte, un quartier classé en zone urbaine sensible où le collège et cinq écoles sont déjà associés au sein d’une zone d’éducation prioritaire pour soutenir les élèves en difficultés. Des difficultés qui s’illustrent notamment dans les faibles résultats aux évaluations nationales que ce soit en CE2 ou en sixième. Cette ZEP, sur laquelle les équipes en place ont fait un travail considérable pour soutenir les élèves, doit laisser la place à la prochaine rentrée au réseau ambition réussite. Cela revient à substituer “une logique de besoins à une logique géographique, on travaillera désormais en réseau”, expliquait hier le recteur.

Mais les deux dimensions risquent bien de se superposer. Les élèves qui rentrent au collège proviennent en très grande partie des écoles environnantes comme c’est le cas à Terre-Sainte. Quant à savoir si ce changement de dénomination entraînera réellement des moyens supplémentaires, il faudra certainement attendre la rentrée pour en juger vraiment.

PL

Répondre à cet article