> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Rapports officiels) > Cartes et données sur la politique de la ville (SIG Politique de la Vlle, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Cartes et données sur la politique de la ville (SIG Politique de la Vlle, Onpv, Insee) Dossier, juin 2019

25 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Cartes et données sur les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV)

La Politique de la ville s’est mise en place progressivement à partir des années 1980 pour essayer de répondre aux difficultés rencontrées par les quartiers urbains les plus défavorisés. Différentes politiques se sont succédé, avec des succès inégaux, certainement insuffisantes pour résoudre l’ensemble des problèmes socio-économiques rencontrés (voir les étapes et les principales caractéristiques de la Politique de la Ville sur le site Géoconfluences). Depuis 2015, les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) ont remplacé les anciennes Zones urbaines sensibles (ZUS) et les Zones de redynamisation urbaine (ZRU).

1) Les ressources du site SIG Politique de la Ville
Le Système d’Information Géographique sur la Politique de la Ville propose depuis plusieurs années une cartographie assez complète des Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Pour accéder au site SIG Politique de la Ville

En France, il y a environ 1 500 quartiers prioritaires de la politique de la ville (1 300 en métropole et 200 en outre-mer). Au total, l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville réunissent plus de 5 millions d’habitants sur 702 communes (dont 147 pour l’Île-de-France).

Basée sur un critère unique, celui du revenu, la méthode retenue pour l’identification des nouveaux quartiers prioritaires en France métropolitaine, à La Réunion et en Martinique, repère les zones de concentration urbaine de population à bas revenus à partir d’un quadrillage fin du territoire. Le principal critère pour le découpage des quartiers a été la concentration en pauvreté définie par l’INSEE en comparant, depuis des données issues d’études effectuées sur un carroyage de 200 mètres ou par IRIS, le revenu des habitants au revenu médian de référence. Pour les territoires ultra-marins, la méthode utilisée a fait l’objet d’adaptations.

Les périmètres des QPV sont téléchargeables sur le site au format kml et shp (pour le format geojson, voir Data.gouv.fr). Un atlas est également disponible au format PDF (ainsi qu’un atlas des Zones franches urbaines ou ZFU)

Un module de cartographie dynamique permet de consulter les cartes et les données directement en ligne

Les périmètres des QPV sont également visualisables sur le site du Géoportail

2) Les ressources de l’Observatoire national de la Politique de la Ville (ONPV)

Créé en janvier 2016, l’ONPV a notamment pour mission d’évaluer les actions en matière de politique de la ville au niveau national. Il fournit des publications ainsi qu’une série de cartes en haute résolution

La géographie prioritaire de la politique de la ville (redéfinie en 2015) - Source : ONPV (carte)
Le réseau d’éducation prioritaire en 2013-2014 - Source : ONPV (carte)

Un rapport d’étude est publié chaque année par l’ONPV. |Voir le rapport 2018->
http://publications.onpv.fr/RAPPORT_2018_T1]

En 2017, la population des QPV reste bien plus jeune que la moyenne de la France métropolitaine. Quatre habitants sur dix ont moins de 25 ans dans les QPV contre trois sur dix en France (QPV inclus). Mais depuis les années 1990 la part de personnes âgées y croît significativement : dans une centaine de quartiers, plus d’un quart des habitants a plus de 60 ans.

La Politique de la ville ayant beaucoup évolué et comportant de nombreux sigles et abréviations, il n’est pas inutile de se référer au lexique de l’ONPV

3) Les ressources de l’INSEE

Des données statistiques sont mises à disposition régulièrement sur le site de l’INSEE

Ces données concernent la démographie, les revenus, le tissu économique, l’éducation, l’insertion professionnelle.

Les principales caractéristiques socio-démographiques des QPV sont les suivantes (cf exemple à partir des Hauts de France) :
Surreprésentation des familles monoparentales
Chômage plus prégnant (près de 30 % de la population active), s’inscrivant dans la durée
Proportion plus élevée d’actifs en emploi sans diplôme
Davantage de locataires vivant dans un logement social
Proportion élevée d’allocataires de la CAF, fortement dépendants des prestations sociales

Des situations très diverses selon les quartiers
Afin de mieux connaître les QPV et leurs habitants, l’État a confié à l’Insee une série de travaux. Différents enjeux sont traités : pauvreté, emploi, logement, éducation. Il s’agit aussi de replacer les QPV au sein de leur unité urbaine.

Quartiers prioritaires de la politique de la ville en Occitanie : les multiples visages de la pauvreté, Insee Dossier Occitanie, n°7, 11 juillet 2018.

Diagnostic social infra-urbain et des quartiers prioritaires de la Communauté de l’agglomération havraise, Insee Dossier Normandie, n°1, 30 mai 2018.
Les quartiers prioritaires de la politique de la ville en Martinique : une pauvreté marquée, mais des profils atypique, Insee Analyses Martinique, n° 2, 2 octobre 2018

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville dans les Pays de Loire (2017)

Quartiers prioritaires de la politique de la ville : des mobilités résidentielles aussi fréquentes que dans l’ensemble de Rennes Métropole, Insee Analyses Bretagne, n°83, 16 avril 2019.

Articles connexes : (voir les liens sur le site

Rapport de l’Observatoire des territoires sur l’impact des mobilités en France

Gentrification et paupérisation au coeur de l’Île-de-France (évolutions 2001-2015)

Intérêt et limites du zonage en aires urbaines

L’accès aux services publics dans les territoires ruraux

Les cartes et données sur le Grand Débat National

Extrait de cartonumerique.blogspot.fr du 23.06.19

 

Voir aussi
Journée OZP 2019. Enjeux d’une évaluation de la carte de l’éducation prioritaire. Trois outils : IPS, SIG et IRIS, par Marc Bablet

Répondre à cet article