> 8 - PÉDAGOGIE, ACTIONS LOCALES, FORMATION(S) > LES PEDAGOGIES > Pédag. et Numérique (généralités) > Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre en dehors de l’école ? (André (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre en dehors de l’école ? (André Tricot, Les notes du Conseil scientifique de la Fcpe, janvier 2019)

21 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre en dehors de l’école ?
André TRICOT, CNRS, Université de Toulouse

Les notes du Conseil scientifique de la Fcpe, n°2, janvier 2019

[...] A travers quelques exemples, je vais me consacrer uniquement aux apprentissages réalisés lors de l’utilisation quotidienne, non scolaire, d’outils numériques.

[...] Si les filles et les garçons passent autant de temps devant les écrans, ce n’est, en moyenne, pas devant les mêmes écrans, pas pour regarder ni faire la même chose. Les enfants d’origine sociale modeste regardent plus la télévision tandis que ceux d’origine plus aisée regardent plus les autres écrans (consoles, ordinateurs, tablettes, téléphones portables), et sont souvent moins « contrôlés » par leurs parents. Oui, le temps passé sur une console, une tablette ou un ordinateur après le dîner est de plus d’une heure pour 52,6 % des collégiens, dont 14,7 % qui y passent plus de 2 heures. Une fois au lit, 51,7 % utilisent régulièrement un appareil électronique. Oui, ces pratiques perturbent le sommeil de ces adolescents de façon importante (Royant-Parola, Londe, Tréhout & Hartley, 2017).
Mais, comme le montre cette même étude, la principale cause de perturbation du sommeil des collégiens, c’est le collège lui-même (il suffit pour cela de comparer le temps de sommeil les jours d’école et les jours de repos) !

[...] Conclusion
Finalement, comme parents, aujourd’hui comme hier, nous pouvons essayer de protéger nos enfants de la violence, tout en essayant d’éviter que cette protection ne génère un rapport anxieux au monde.
Et nous recherchons cet équilibre sans être certains de le trouver. L’enquête d’Anne Cordier montre d’ailleurs que « les parents démissionnaires qui ne savent rien de ce que font leurs enfants »... constitue largement un mythe ! Beaucoup de parents sont à l’écoute de leurs enfants et savent les prévenir des dangers importants. L’enquête HBSC montre que les adolescents qui estiment avoir de l’aide et de l’affection de la part de leur famille sont plus nombreux à déclarer une durée inférieure à 2 heures devant la télévision, idem devant la console et idem devant les autres écrans (2h par jour devant chacun des trois types d’écran étant considéré comme un seuil bas dans cette enquête). Pour le reste, les enfants apprendront le monde avec nous et avec leurs professeurs, tout comme hier. Ce qui
est difficile pour l’école, c’est de réussir à rester à l’écart des soubresauts du monde pour ne prendre en compte que les véritables lames de fond.
Je crois que l’apprentissage d’un rapport critique à l’information est une de ces véritables lames de fond, comme en attestent la création du Centre de liaison pour les moyens d’information dès 1983, aujourd’hui Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clémi), ou la page des « décodeurs » du journal Le Monde.
Extrait de fcpe.asso de janvier 2019 : Qu’est-ce que le numérique permet d’apprendre en dehors de l’école ?

Répondre à cet article