> POLITIQUE VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Etudes) > Politique Ville (Dossiers) > La relève. Portraits d’une jeunesse de banlieue, par Claire Marin, Le Cerf, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La relève. Portraits d’une jeunesse de banlieue, par Claire Marin, Le Cerf, février 2018, avec une émission sur France Culture

20 février 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

La relève
de Claire Marin
Collection Actualité
240 pages - févr. 2018 - À paraître
18,00€

Qui sont « les jeunes de banlieue » ? Qui sont ces grands enfants à peine sortis de l’adolescence, mais déjà marqués par les épreuves, les drames de l’exil et de la misère ? Quelles sont les tensions et les forces qui traversent leurs vies, qui les portent ou les fragilisent ? Et comment expliquer les réussites inespérées de certains sur lesquels personne n’aurait jamais parié ?
À travers ce trombinoscope recomposé par la mémoire d’un professeur, au terme de quinze ans d’enseignement, dans des lycées coincés entre un centre commercial et une gare RER, on suit ces vies bouleversantes telles qu’elles s’égrènent au fil des années, dans des discussions, des rencontres, des messages sur les réseaux sociaux. On entend leurs récits de souffrance, de solitude, mais aussi leurs histoires de famille et d’amour. On s’interroge avec eux sur le sens de la loyauté, la force des liens, le poids des origines. On découvre aussi – et heureusement – qu’on ne sait jamais ce dont un élève est capable.
Claire Marin enseigne la philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles, en banlieue parisienne.
Elle est l’auteur de plusieurs essais consacrés à l’épreuve de la maladie et à la relation de soin, comme L’homme sans fièvre, La maladie, catastrophe intime, ou encore Hors de moi.

Extrait de editionsducerf.fr : La relève

 

Les « jeunes de banlieue » sont bien trop divers pour cette appellation

Claire Marin, professeure de philosophie, déconstruit les stéréotypes sur la jeunesse de banlieue en racontant ses rencontres et échanges avec ses élèves.

Extrait de lemonde.fr du 17.02.18 : Les "jeunes de banlieue" sont bien trop divers pour cette appellation

 

La leçon de vie des « jeunes de banlieue »...

Frédéric Worms s’entretient avec Claire Marin, philosophe et écrivain. Qui apprend le plus à qui ? Il y a l’enseignante, Claire Marin, qui raconte dans La relève quinze ans d’enseignement en « banlieue ». Mais il y a aussi la philosophe et l’écrivaine...

Qui apprend le plus à qui ? Il y a l’enseignante, Claire Marin, qui raconte dans La relève quinze ans d’enseignement en « banlieue ». Mais il y a aussi la philosophe et l’écrivaine, Claire Marin toujours, qui raconte dans ce livre ce que lui ont appris, à elle, ses élèves. Ses élèves d’où vient la relève. Leur leçon qui rejoint toute son oeuvre, toute sa philosophie de la vie, de la maladie et du soin. Que lui ont-ils appris donc ? Comment l’ont-ils surprise donc, chaque matin et chaque jour, à la sortie du RER quand celui-ci voulait bien arriver ? Cela va dans les deux sens. Plus de ressources qu’on ne pourrait croire : « on ne sait pas ce dont un élève est capable » pour s’en sortir. Mais aussi tous les maux de la vie qui les entourent : « le malaise est plus profond ». Profond parallèle avec la médecine : l’enseignant ou le médecin ne sont pas face à des élèves ou des patients idéaux, mais réels, compliqués, souffrants, mais aussi agissants et vivants. Elle ne se fera pas toute seule, mais elle est possible et il faut l’accompagner et la soutenir : la relève.

Ce qui me semblait important avec ce livre c’était de déconstruire toutes les représentations simplificatrices que j’entendais à chaque fois que je disais "j’enseigne en banlieue" ou "j’enseigne à Cergy".
Claire Marin

On ne sait pas ce dont est capable un élève. Il y a toujours la possibilité que surgisse au travers de la relation avec un élève des problèmes, des difficultés mais aussi des espoirs, des projets auxquels on n’avait pas pensé. C’est valable dans le pire comme dans le meilleur et ça reste très surprenant même après plusieurs années d’enseignement de voir à quel point un élève peut nous surprendre.
Frédéric Worms

Qui apprend le plus à qui ? Il y a l’enseignante, Claire Marin, qui raconte dans La relève quinze ans d’enseignement en " banlieue ". Mais il y a aussi la philosophe et l’écrivaine, Claire Marin ...

Extrait de franceculture du 15.07.18 : Matière à penser avec Frédéric Worms. La leçon de vide des jeunes debanlieue

Répondre à cet article