> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIO. DEDOUBLEMENTS, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille (Positions politiques et syndicales) > Dans de nombreux départements, enseignants, parents et élus estiment que des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans de nombreux départements, enseignants, parents et élus estiment que des classes rurales sont fermées au profit du dédoublement des CP-CE1 en éducation prioritaire. La position du SNUipp (VousNousIls/AFP)

14 février 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Carte scolaire : la colère des écoles rurales

Blocages d’écoles, manifestations : partout en France, parents d’élèves et enseignants se mobilisent contre la suppression de nombreuses classes en zones rurales. La faute au dédoublement des classes de CP-CE1 dans les écoles REP/REP+ ?

La division par deux les effectifs des classes de CP-CE1 dans les écoles REP et REP+ risque-t-elle d’impacter d’autres établissements situés en zones rurales ? Selon l’AFP, dans de nombreux départements, des enseignants et des parents d’élèves, soutenus par leurs élus locaux, protestent contre des fermetures de classes, prévues pour la rentrée 2018, et qui permettraient en fait selon eux de libérer des postes pour le dédoublement des CP-CE1 en éducation prioritaire.

[...] Pour Francette Popineau, que nous avons interrogée, la « mise en concurrence » malheureuse des écoles rurales et des établissements scolaires REP/REP+ est le fruit d’une « dotation insuffisante pour permettre la mesure phare du gouvernement » – une mesure très coûteuse. Selon elle, le dédoublement des CP-CE1 en éducation prioritaire était une promesse connue d’Emmanuel Macron, mais « elle n’a pas été budgétée ».

« Il manque à peu près 2300 postes, pour 2200 classes, et pour les trouver, il faut donc les prendre dans le dispositif Plus de Maîtres, et dans les écoles rurales, qui paient le prix fort », déplore la secrétaire générale du SNUIPP. Pour elle, pas question de mettre en concurrence les écoles : « qu’on en arrive à faire des comparaisons entre les secteurs est très préjudiciable pour l’Ecole, car tous les enfants doivent avoir les meilleures conditions d’apprentissage possible et être traités à la même hauteur ».

Et de conclure : « il est anormal d’avoir fait une campagne électorale avec une mesure phare pour l’Ecole, sans s’être donné les moyens de la réaliser, sans que cela se fasse au détriment d’autres élèves.

Extrait de vousnousils.fr du 13.02.18 : Carte scolaire : la colère des écoles rurales

Répondre à cet article