> INEGALITES SCOLAIRES > PAUVRETE et AIDE SOCIALE > Lutte contre la pauvreté des enfants : Emmanuel Macron privilégie la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lutte contre la pauvreté des enfants : Emmanuel Macron privilégie la prévention (ToutEduc)

17 octobre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Lutte contre la pauvreté des enfants : E. Macron privilégie la prévention

Le président de la République participera, demain 17 octobre, à l’occasion de la "Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté", au lancement d’une grande concertation pour la lutte contre la pauvreté des enfants, un dossier dont il a chargé Agnès Buzyn et qui devrait donner lieu, "le plus rapidement possible", selon l’entourage d’Emmanuel Macron, à la nomination d’un délégué interministériel.
Il s’agit, explique l’Elysée, de renouveler l’approche de ce dossier en ciblant les enfants et les jeunes et en misant sur la prévention, en investissant sur tout ce qui permet de réduire "les facteurs de reproduction" de la pauvreté.

C’est ainsi que les "CP à 12", en évitant l’échec scolaire précoce, participent de cette stratégie. De même, demain, le président se rendra dans la crèche du groupe privé "les petits chaperons rouges" de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Elle a mis en oeuvre un programme inspiré du dispositif "Parler bambin" pour le développement du langage, un atelier Montessori, des horaires atypiques et un accompagnement à la parentalité (mais sans être "à vocation d’insertion professionnelle", ni prévoir d’accompagnement à la recherche d’emploi, voir ToutEduc ici).

La nouvelle approche que revendique l’Elysée est également marquée par la transversalité. La concertation sera donc organisée par thèmes : les outils de la prévention, l’accompagnement social, la lutte contre la grande précarité, des modes de gouvernance qui privilégient le local et la mise en synergie de toutes les politiques publiques, et donc de tous les acteurs, les collectivités, les associations, les caisses d’allocations familiales, mais aussi les personnes concernées.
D’ici mars ou avril, ces chantiers devraient déboucher sur "un document d’orientation stratégique". La quarantaine d’experts, universitaires, associatifs, entrepreneurs qui y participeront sera connue demain. Les principaux ministres concernés sont Agnès Buzyn (Solidarités et Santé), Muriel Penicaud (Travail), Jean-Michel Blanquer (Education nationale) et Marlène Schiappa (Egalité entre les femmes et les hommes).

En ce qui concerne le rôle de l’Ecole, l’entourage d’E. Macron assure à ToutEduc que "le rapport Delahaye sera au coeur de la concertation" qui s’ouvre. De même la généralisation de la Garantie jeunes figure parmi les sujets qui vont être investigués, tout comme l’hypothèse d’une recentralisation du RSA. L’Elysée donne en revanche peu d’indications sur les mesures qui pourraient être prises en urgence pour prévenir les drames de la grande pauvreté cet hiver, comme l’a fait remarquer une consoeur du Monde.

Extrait de touteduc.fr du 166.10.17 : Lutte contre la pauvreté des enfants : E. Macron privilégie la prévention

 

Note du QZ : Un commentateur radio ce matin ajoutait la scolarisation des moins de trois ans aux mesures de lutte contre la pauvreté des enfants.

Répondre à cet article