> ACTEURS et PARTENAIRES > Maitre surnuméraire ou supplémentaire > Contre la suppression du "Plus de maitres que de classes" : un appel de la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Contre la suppression du "Plus de maitres que de classes" : un appel de la fédération Sgen-Cfdt, et, dans un dossier de "la Voix du Nord", des interviews de responsables syndicaux locaux et du président de l’OZP, et un témoignage d’enseignant

20 mai 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

La fédération Sgen-CFDT soutient l’appel national « Pour la pérennisation du dispositif PDMQDC ». Elle invite ses adhérents et sympathisants à diffuser l’appel du collectif d’enseignants #PDMQDC et à signer sa pétition en ligne.

Plus de maîtres que de classes : Un dispositif réclamé de longue date par le Sgen-CFDT

Pour le Sgen-CFDT, l’idée d’avoir des maîtres supplémentaires pour travailler autrement n’est pas nouvelle. Dès 1977, le Sgen-CFDT adopte au congrès de Grenoble une résolution visant à mettre en œuvre de nouvelles pratiques pédagogiques fondée sur la présence de « maîtres Plus » dans les écoles.

Le dispositif « plus de maîtres que de classes » – PDMQDC introduit par la loi de Refondation est une mise en œuvre de ce principe, principalement dans les écoles REP et REP+.

Pour en savoir plus : Plus de maîtres que de classes : Un maitre + pour la réussite de tous les élèves

Le Sgen-CFDT soutient le dispositif PDMQDC

Pour soutenir ce dispositif, le Sgen-CFDT s’est déjà adressé aux candidats pendant la campagne présidentielle, et par communiqué de presse au nouveau Président de la République au lendemain de son élection. Nous lui demandons de permettre le maintien et le développement de ce dispositif dont les effets sur les conditions d’apprentissage des élèves, sur la manière de travailler en équipe des professeur.e.s des écoles semblent positifs.

Extrait de sgen-cfdt.fr du 16.05.17 : Défendre le dispositif Plus de maîtres que de classes

 

Douze élèves par classe : une mesure survendue ?

Notre président de la République l’a inscrit à l’ordre de ses priorités : diviser par deux les effectifs des classes de CP qui concentrent les plus grandes difficultés scolaires (REP et REP+) dès la rentrée de septembre. Un projet ambitieux qui fait craindre aux syndicats la disparition du dispositif « Plus de maîtres que de classes ».

[...] Marc Douaire, président de l’Observatoire de l’éducation prioritaire se réjouit des priorités fixées par Emmanuel Macron et de cette attention portée aux apprentissages des CP-CE1 : « Mais il faut continuer la réforme entreprise au moins jusqu’en 2019 et confirmer le dispositif « PDMQDC ». En plaçant deux maîtres dans une classe de 24 élèves, on réduit de moitié l’effectif : le contrat est rempli ! Il ne faut surtout pas déconstruire le programme avant d’avoir évaluer ses effets. Ce serait irresponsable. »

Extrait de lavoixdunord.fr du 19.05.17 : Douze élèves par classe : une mesure survendue ?

Dans le même dossier : Témoignage. Cette année, tous les élèves de CP sont devenus lecteurs

Répondre à cet article