> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions politiques > Le Café analyse les mesures Macron pour l’éducation prioritaire

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le Café analyse les mesures Macron pour l’éducation prioritaire

28 avril 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

La mesure phare du candidat c’est la diminution des effectifs élèves en CP et CE1 en éducation prioritaire à 12 élèves par classe. E Macron en attend une nette amélioration du niveau des élèves. Celle ci avait été calculée par Thomas Piketty et Matthieu Valdenaire, à partir des cas de dédoublements constatés, dans une étude un temps censurée par le ministère de l’éducation nationale. Selon elle, la diminution de 5 élèves des tailles de classes de l’éducation prioritaire conduirait à une réduction des inégalités de réussite de 37% au primaire. 
 
La mesure préconisée par E Macron devrait concerner tous les CP de Rep+ et la plus grande partie des CP de Rep dès la rentrée 2017, promet l’entourage du candidat. Pour cela il compte affecter les 5161 maitres surnuméraires en CP. Pour la rentrée 2018, 7 000 postes supplémentaires seront affectés à cette mesure , 5000 par création de postes (et ce seront les seuls postes créés sous le quinquennat) et 2000 par redéploiement de moyens. Voilà pour le calcul du candidat.
 
Il y a en fait environ 8000 classes de CP et autant de CE1 en éducation prioritaire. En CP 1500 ont moins de 13 élèves et ne sont pas concernées. Seulement 850 en comptent plus de 24. Les autres se situent entre 12 et 24. Le nombre de 12 000 postes annoncé pour appliquer la mesure semble réaliste.
 
Par contre il ne répond pas à la question des locaux qui dépendent des communes. Selon l’équipe d’E. Macron, les communes populaires seraient aidées par l’Etat et 200 millions seraient déjà prévus dès la rentrée 2017 pour financer des constructions de classe.
 
Une autre mesure concerne l’éducation prioritaire, c’est l’engagement de n’y affecter que des enseignants expérimentés. Aucun débutant ne devrait commencer sa carrière en Rep+ sauf volontariat. Pour réussir cela, E Macron veut s’appuyer sur des postes à profil. Dans le secondaire tous les enseignants de Rep+ seraient choisis par le chef d’établissement en fonction du projet d’établissement. E Macron n’est pas le premier ministre à miser sur des postes à profil pour recruter en Rep+. Aucun n’a réussi jusque là. Mais le candidat d’En Marche use d’une botte secrète : il offre une prime supplémentaire de 3000 euros aux enseignants des Rep+. Celle ci s’ajoutera à la prime de 2300 € déjà versée. Ainsi un enseignant en Rep+ gagnerait près de 500 euros de plus par mois et E Macron estime que cela devrait décider des enseignants expérimentés à venir en Rep+. Ca reste à voir...
 
Les autres politiques de solidarité sont nettement moins travaillées. Le candidat d’En Marche promet de continuer les expérimentations de mixité sociale au collège lancées par N Vallaud Belkacem. Il souhaite y entrainer l’enseignement catholique mais ne mise que sur la négociation pour y arriver.
 
La lutte contre le décrochage s’appuiera de l’aide aux devoirs donnée par des associations, des stages d’été, bref rien de nouveau.. La seule nouveauté concerne l’effort réalisé auprès des décrocheurs pour leur formation : le candidat veut lancer un plan de formation touchant un million de décrocheurs.
 
Extrait de cafepedagogique.net du 28.05.17 : Macron : Autonomie et responsabilité

Répondre à cet article