> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > Latin - grec : "restaurer les humanités", y compris en Education (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Latin - grec : "restaurer les humanités", y compris en Education prioritaire, dans l’académie d’Aix-Marseille (comme au collège REP+ Paul Gauthier de Cavaillon)

13 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Latin - grec : "restaurer les humanités" à l’occasion de la réforme (académie d’Aix-Marseille)

La réforme du collège "prévoit de permettre à plus d’élèves de connaître les langues de l’Antiquité, que sont le latin et le grec. Au collège [REP+] Paul Gauthier (de Cavaillon), nous nous inscrivons dans cet objectif par le biais de deux dispositifs", un enseignement pratique interdisciplinaire "langues et cultures de l’antiquité" au premier trimestre en 5ème, puis un "enseignement de complément" du latin et du grec conjointement, à raison de 2h par semaine en 5ème, et de 2h30 par semaine en 4ème et 3ème (le site du collège ici).

Les Langues et Cultures de l’Antiquité (LCA) au collège Paul Gauthier à la rentrée 2016

Ce collège s’inscrit dans une expérimentation lancée dans l’académie et qui concerne 22 établissements, dont deux en REP+ et plusieurs en REP, indique à ToutEduc Isabelle Lieveloo, IA-IPR de lettres, qui, avec un collègue, a travaillé l’an dernier à sa mise en place. "Nous voulons revivifier l’enseignement du grec qui est menacé de disparition dans certains départements, comme le Vaucluse. L’enseignement conjoint du grec et du latin se pratique déjà depuis longtemps, ici ou là, mais en général à partir de la 3ème. Au lycée, on constate un déficit terrible, et des parcours erratiques d’élèves qui abandonnent le latin pour le grec, puis reviennent au latin. A l’université, il n’y a plus beaucoup d’étudiants en lettres classiques."

Des lycées où le grec avait disparu

Les deux inspecteurs ont bénéficié, ajoute Isabelle Lieveloo, "du volontarisme du recteur", bien décidé à lancer le mouvement et à "restaurer les humanités" en s’appuyant d’abord sur la publication d’une brochure distribuée l’an dernier aux élèves de 6ème pour les convaincre qu’il ne s’agit pas de "langues mortes", et sur un dispositif innovant. "La réforme prévoit un EPI ’Langues et cultures de l’antiquité’ et un enseignement de complément d’une heure en 5ème, de 2h en quatrième et de 4h (2 de latin, 2 de grec) en 3ème. Nous proposons de lisser ces 7 h avec 1h30 en 5ème, 2h30 en 4ème et 3h en 3ème. Nous nous sommes adressés à des collèges situés dans des secteurs où les langues de l’antiquité étaient en péril, des établissements dont le principal était d’accord et où les enseignants savaient susciter l’envie. Nous avons aussi travaillé avec 11 lycées qui s’engagent à assurer la continuité de cet enseignement conjoint, des établissements où le grec avait disparu, pas ceux où cet enseignement se maintient et aurait été fragilisé."

Les deux inspecteurs ont organisé deux journées de formation et mis à la disposition des enseignants des ressources pédagogiques pour cet enseignement conjoint. Ils ont de plus plaidé pour que l’EPI "LCA" se mette en place dans tous les collèges de l’académie, et ils pensent avoir réussi dans la plupart des cas. Ils attendent des informations sur le nombre d’élèves qui s’inscriront pour cet enseignement de complément, le plus souvent en janvier, dans le prolongement de l’EPI.

Extrait de touteduc du 09.09.16 : Latin - grec : "restaurer les humanités" à l’occasion de la réforme (académie d’Aix-Marseille)

Répondre à cet article