> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Evaluer les élèves en réorganisant les enseignements et en privilégiant le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Evaluer les élèves en réorganisant les enseignements et en privilégiant le co-enseignement au collège REP+ Saint-Exupéry de Mulhouse

12 octobre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Evaluer les élèves en réorganisant les enseignements et en privilégiant le co-enseignement
Expérimentation art.34

Collège REP+ Saint-Exupéry
11 RUE DU LANGUEDOC , 68090 MULHOUSE
Site de la CARDIE académique
Auteur : M. Kula
Mél : ce.0680111B@ac-strasbourg.fr

Evaluer par tâche complexe en privilégiant la coanimation en collège

Plus-value de l’action
En cours

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Elèves de 3e

A l’origine
Cette expérimentation complète le dispositif « semaines expérimentales » existant depuis 2010. Elle fait suite à une réflexion sur ces semaines, sur l’évaluation et sur l’entrée du collège dans le réseau d’éducation prioritaire renforcé.
Le projet d’expérimentation part de deux constats, l’un qui rassemble les points positifs tirés des expérimentations menées depuis quelques années au collège, notamment au cours de l’année 2015 ; et l’autre qui regroupe les points à améliorer analysés à la suite des semaines expérimentales. La parution du référentiel de l’éducation prioritaire a aussi contribué à la réflexion, notamment dans le domaine de l’enseignement et de l’évaluation bienveillante.
Tout d’abord un constat positif a pu être établi à la suite des semaines expérimentales qui ont eu lieu lors de l’année scolaire 2014-2015 :
• Le fait de travailler un sujet précis pendant une durée longue (4 demi-journée de 3h), en interdisciplinarité et en variant les fonctionnements (lieux de travail, temps de travail, travail en grands groupes, en demi-groupes, en très petits groupes) et les activités (activités d’écriture, orale, projets…) a été très bénéfique pour les enseignants et les élèves. Les professeurs ont trouvé une meilleure cohésion et efficacité dans les enseignements. Les élèves ont été plus actifs et plus partie prenante dans la construction de leurs savoirs.
• Une expérimentation sur l’évaluation a été menée lors de ces semaines. Mise en place d’une double évaluation des tâches complexes proposées aux élèves : évaluation de l’investissement et des progrès réalisés pendant toute la durée du travail (observation faite par les enseignants sur le long terme) et une évaluation finale (évaluation sur le travail final par des élèves et par les professeurs). La méthode du curseur a été appliquée. L’évaluation s’est faite avec les regards croisés de plusieurs enseignants sur un même travail.
Un compte rendu de cette évaluation a été remis aux élèves et à leurs parents. Il fait état de ce qui est maîtrisé, et de ce qui reste à améliorer dans les compétences de chaque élève. Il vient en complément du bulletin traditionnel et a été une aide précieuse dans la validation des compétences du LPC.
• Parallèlement à ces semaines, un partenariat avec le collège [REP+] Jean Macé a été organisé pour deux classes autour de la thématique histoire et bande dessinée. Les professeurs d’histoire/géographie, d’arts plastiques et de Lettres se sont accordés sur des progressions communes et des évaluations communes. Les travaux des élèves d’un collège ont été soumis au regard des élèves de l’autre collège. Les uns ont évalué les autres. Des moments de rencontres ont été organisés aussi dans l’année, lors de sorties de classe communes ou lors de visite de partenaires extérieurs : rencontre lors du projet d’étude des génocides du 20ème siècle avec la rencontre avec Hélène Dumas universitaire chercheuse au CNRS ou conférence Shoah et bande dessinée avec l’intervention de Tal Bruttmann, chercheur de Grenoble.
• L’entrée dans le dispositif REP+ est l’occasion de poursuivre la réflexion avec un groupe d’enseignants volontaires qui souhaitent expérimenter dans le domaine de l’évaluation. Cette réflexion doit déboucher sur une réflexion plus large autour de l’organisation des enseignements, des pratiques pédagogiques et des objectifs des enseignements.
• Les nouveaux programmes en projet laissent entendre une volonté de travailler autrement notamment en interdisciplinarité, dans le sens de la future mise en place des EPI. Des progressions nouvelles, communes et par cycles devront forcément voir le jour.

Objectifs poursuivis
• Une évaluation plus cohérente et bienveillante.
• Implication des élèves dans l’évaluation : choix cohérent des items évalués.
• Eviter le syndrome des travaux non-rendus.
• Meilleure coopération interdisciplinaire.
• Une plus grande acquisition des connaissances et des compétences.
• Une remise en question des pratiques professionnelles et des tentatives de remédiation des difficultés.
• Varier les stratégies d’évaluation.

Description
L’emploi du temps des élèves sera établi en fonction des objectifs pédagogiques et des progressions élaborées par les disciplines qui vont travailler ensemble et de ce fait les emplois du temps pourront fluctuer. Un créneau horaire pour les heures de coanimation Lettres/histoire-géographie sera marqué dans l’emploi du temps.
Différents principes vont guider les équipes pour réaliser entre chaque période de congés leur progression et la prise en charge des élèves :
• Principe d’interdisciplinarité : élaboration de progressions communes, d’objectifs communs, d’apprentissage des connaissances et des compétences en commun. Co-animation de séances de cours, partage de compétences…
• Principe de bienveillance, notamment dans l’évaluation : sortir de l’évaluation type examen systématique, laisser de la place à l’oral dans l’évaluation, laisser des choix, des aides, expliciter les attendus, laisser du temps, varier les formes d’évaluation, repérer ce que l’élève sait faire, permettre à l’élève de se corriger, voir l’erreur comme une étape d’apprentissage et ne pas la sanctionner systématiquement…
• Principe de réseau : travailler avec d’autres établissements et d’autres partenaires : accepter de porter et de recevoir des regards extérieurs, partager les compétences d’un établissement à l’autre, partager des moments de travail en commun, travailler avec des ressources extérieures (universitaires, structures culturelles ou autres). Mise en commun de ressources et de matériel.
• Principe de flexibilité et d’adaptation : organiser et réorganiser son emploi du temps en fonction des objectifs pédagogiques et des besoins des élèves.
Entre chaque période de congés, les enseignants qui travaillent ensemble élaborent une progression commune : ils trouvent le plus souvent possible des thématiques communes, des stratégies de travail des compétences communes, des évaluations communes en fonction d’objectifs communs.
En début de chaque période, ce calendrier est proposé à la classe, les objectifs et thématiques sont explicités aux élèves, et l’évaluation est présentée. (Voir annexe). Les séquences sont ensuite animées ou co-animée dans la classe ou dans d’autres lieux selon les besoins par tous les enseignants, ou seulement certains d’entre eux en fonction des besoins. Les horaires hebdomadaires des disciplines varieront en fonction des objectifs pédagogiques. (Voir annexe). Les heures professeurs effectuées en plus de leur service, que ce soit pour coanimer les séances, préparer les calendriers ou mettre en pratique l’évaluation pourront plus certaines d’entre elles être prises sur le quota des heures de pondération REP +.

Une évaluation par tâche complexe est donnée aux élèves en début de séquence. Ceux-ci ont toute la durée de la séquence pour construire leur travail progressivement. Ils disposent de toutes les aides dont ils ont besoin pour effectuer le travail. Ce travail sera ensuite évalué par tous les professeurs qui participent au projet et un bilan des compétences est établi pour chacun d’entre eux. Ce bilan servira à renseigner un bulletin de compétences (voir annexe). Un exemple de progression sur la première période est fourni avec ce dossier.
A l’issue de chaque période une évaluation de type DNB est proposée aux élèves, en leur expliquant comment adapter le travail fait en cours aux exigences d’une évaluation de type examen. Chaque travail, qu’il soit sous forme de tâche complexe ou de type examen est noté. Le principe de l’évaluation par curseur est appliqué. Ainsi la note est compréhensible par les élèves. Une remarque détaillée explicitant cette note accompagne chaque évaluation.
Lors de moments clefs, un enseignement sur site sera mené : il s’agira de se rendre sur place pour rendre concrètes les connaissances transmises aux élèves. Ces moments se feront pour la plupart en partenariat avec le collège Jean Macé. Les moments de rencontre pourront également se faire lors de la visite au collège de professeurs universitaires ou de chercheurs ou tout autre partenaire contacté au préalable afin de seconder les professeurs sur certains sujets.

Le travail autour de la bande dessinée engagé depuis la classe de 4ème est poursuivi. Une bande dessinée sera éditée en fin d’année. Elle rassemblera l’ensemble des travaux réalisés par les élèves des deux collèges au cours de l’année.
Le thème de la métamorphose est privilégié pour l’année à venir. Chaque année un thème transversal différent sera trouvé par l’équipe enseignante.
Une place toute particulière est faite à l’évaluation. Un bulletin d’évaluation des compétences est élaboré (voir annexe), celui-ci fait état des items évalués par les disciplines au cours de l’année et de leur validation le cas échéant. Pour chaque trimestre, l’équipe enseignante sélectionne les items évalués. Une place est réservée pour que les élèves choisissent aussi l’un ou l’autre item sur lequel ils demandent à être positionné. Ce bulletin est présenté au début de chaque trimestre aux élèves. Il est explicité aux familles lors des rencontres de remise de bulletins. Il servira aussi à renseigner le LPC en cours d’année et à valider progressivement la maitrise des compétences. Une note sera attribuée à chaque discipline sur un bulletin disciplinaire, mais aucune moyenne ne sera faite sur le bulletin de compétences. Elle sera remplacée par une remarque générale développée. L’évaluation se fera par tâches simples (notée ou non), respectant les principes de la bienveillance et par tâches complexes. Les évaluations par tâches complexes seront plus fortement coefficientées que les évaluations par tâches simples. Des curseurs d’évaluation seront élaborés pour attribuer un résultat au produit final d’une tâche simple. Les critères et palier d’évaluation seront fixés en commun par les professeurs.

Les évaluations seront corrigées par l’ensemble des enseignants qui ont élaboré le travail. En fonction du travail demandé, les notes seront comptabilisées dans la moyenne de la discipline dominante
En terme d’organisation, des heures d’histoire/géographie/lettres/arts plastiques devront être disposées stratégiquement dans les emplois du temps afin de permettre la coanimation ou les séances longues. Une proposition de répartition de ces heures se trouve en annexe. Il est possible également que les élèves soient libérés sur ces créneaux si le quota horaire pour la classe est atteint sur la période.

Modalité de mise en œuvre
En cours

Trois ressources ou points d’appui
L’analyse des expérimentations des années précédentes montrent aussi des points d’amélioration possibles :
- Les apprentissages classiques en classe et en séances de 55 minutes acquièrent très vite un caractère répétitif et routinier qui lasse les élèves et les enseignants. Des séances de 55 minutes fractionnent trop les enseignements et empêchent une continuité des apprentissages. Pour les disciplines à horaires restreints, le temps qui s’écoule d’une séance à l’autre peut nuire à la continuité pédagogique ;
- Le travail en interdisciplinarité, en dehors des semaines expérimentales, est encore restreint au sein du collège. Ce qui est appris dans une discipline est rarement réinvesti dans une autre discipline, et les élèves ne perçoivent pas toujours que les objectifs et les compétences travaillés sont pourtant semblables d’un professeur à un autre.
- L’enseignement de la géographie manque de concret. En troisième, il s’agit d’étudier la France. Les applications concrètes des enseignements n’ont pas été faites.
- L’évaluation manque encore de bienveillance : elle est dans la quasi-totalité des cas réalisée à l’écrit, type examen. Les applications concrètes des enseignements y sont rarement demandées. La connaissance se suffit souvent trop à elle-même : l’investissement des élèves, l’intérêt, l’autonomie ne sont pratiquement jamais évalués. Peu de choix est laissé à l’élève. Les moyennes trimestrielles manquent de cohérence et de signification. Il existe un décalage important entre évaluation des compétences quand elle est pratiquée et évaluation des connaissances. Les élèves obtenant de mauvais résultats trainent ce handicap durant tout le trimestre, voire toute l’année.
- Les séances de pures révisions du brevet lors des semaines expérimentales n’ont qu’une portée positive très limitée : les élèves qui y participent, progressent peu, voire pas du tout. L’expérimentation proposée dans ce dossier vise à élargir les aspects positifs des travaux en semaines expérimentales à l’ensemble des cours d’histoire/géographie/lettres/arts plastiques d’une classe de troisième et à l’ensemble des cours de sciences/mathématiques/technologie de cette même classe. Elle vise aussi à proposer des ajustements pour pallier aux difficultés mentionnées ci-dessus, notamment en ce qui concerne l’évaluation.

Difficultés rencontrées
En cours

Moyens mobilisés
En cours

Partenariat et contenu du partenariat
• Des historiens ou autres scientifiques spécialisés dans certains sujets : apports scientifiques et mise à jour des connaissances.
• Des structures culturelles : les bibliothèques de Mulhouse, la Filature… accueil d’élèves pour travailler en autonomie ou recherches personnelles complémentaires : mise à disposition de fonds documentaires ou d’espaces de travail.

Liens éventuels avec la Recherche
En cours

Evaluation
• Taux de validation du LPC.
• Taux de réussite au DNB.
• Taux de réussite en seconde, notamment en 2nde GT
• Nombre d’élèves orientés sur leur premier vœu.
• Nombre d’élèves sans solution d’orientation en fin d’année scolaire.
• Nombre d’enseignants d’accord pour revoir leur système d’évaluation ou qui s’approprient les travaux du groupe qui prend en charge les classes de 3ème. • Nombre d’enseignants qui travaillent par tâche complexe.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
En cours

Effets constatés
En cours

Extrait du site Expérithèque : Evaluer les élèves en réorganisant les enseignements et en privilégiant le co-enseignement

Répondre à cet article