La rentrée dans le Val-de-Marne (Le Parisien)

3 septembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 03.09.04 : la rentrée dans le Val-de-Marne

Une rentrée scolaire sous le signe de l’apaisement

« Nous allons pouvoir travailler dès ce demain dans un département apaisé et discuter des problèmes de fond. »

Cette réflexion d’un responsable de l’inspection académique du Val-de-Marne résume le climat qui régnait hier au terme de la première journée scolaire. Pour la première fois depuis des années, pas d’incidents, ou très peu, à déplorer le jour de la rentrée. La reprise des 235 000 élèves val-de-marnais semble s’être déroulée dans le calme. Un résultat dû notamment à l’anticipation de la hausse démographique et aux moyens mis en réserve. « On a pu restituer des moyens dans les ZEP, notamment à Valenton et Champigny », précise-t-on à l’inspection. Même la très mobilisée Fédération des conseils de parents d’élèves FCPE le reconnaît : « L’inspection académique a fait preuve de souplesse. » Résultat : des conflits potentiels désamorcés, du moins pour l’instant.

Voile : une dizaine de cas

Reste la question du voile à l’école, élément marquant de cette rentrée 2004. L’inspection académique du Val-de-Marne avait distribué dans chaque établissement des fiches de signalement à renvoyer à la moindre ouverture de « négociations ». Mais là aussi, la tendance semble avoir été à l’apaisement. Hier soir, le premier bilan dressé par le rectorat de Créteil semblait encourageant. « Globalement, la journée a été très calme sur l’ensemble des trois départements (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Seine-et-Marne) qui comptent en tout près de 800 000 élèves. » Dans l’académie, seules « une dizaine de jeunes filles se sont présentées avec voile ou turban, et ont accepté de l’enlever après discussion », assure le rectorat, sans préciser les établissements en question.

En revanche, deux élèves majeures ont été reçues par leur chef d’établissement devant lequel elles ont affiché leur détermination : si on les empêche de porter le voile, elles cesseront leurs études. Un rendez-vous a tout de même pu être convenu, aujourd’hui, avec les jeunes filles et leur famille pour tenter de les dissuader de quitter le système scolaire. Enfin, dans un établissement de Bobigny (Seine-Saint-Denis) connu pour accueillir des jeunes sikhs, plusieurs garçons se sont présentés avec le traditionnel turban. Après discussion avec la direction du lycée, ils l’ont tous enlevé. De bons points donc pour ce premier jour, qui restent cependant à confirmer. De nombreux élèves du secondaire ne reviendront en classe qu’aujourd’hui ou lundi. Et, dans le primaire, le comité technique paritaire prévu aujourd’hui permettra de faire un point détaillé de la situation. Les parents, mais aussi les enseignants, qu’on a très peu entendus jusque-là, y défendront sans aucun doute leur point de vue.

FC, DR et BH.

Répondre à cet article