> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : MATHS et SCIENCES (doc. généraux) > Mathématiques et Sciences (Etudes, Dossiers et Guides) > Apprentissage des mathématiques en primaire et inégalités sociales, par Annie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Apprentissage des mathématiques en primaire et inégalités sociales, par Annie Feyfant (Veille & analyses IFE, juin 2015)

30 juin 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Par Annie Feyfant, IFE
Pour évaluer la situation, une conférence de consensus est organisée par le CNESCO et l’IFÉ, en novembre 2015, afin qu’un jury d’usagers et d’acteurs de l’éducation auditionne des experts et publie les conclusions de ses travaux. Elle porte sur les premiers apprentissages, relatifs aux nombres et aux opérations. La question s’est posée d’utiliser le terme de numération, jugé finalement trop polysémique (représentation du nombre, comptage, dénombrement, énumération, etc.). Et les opérations dans tout ça ?

[...] Voir les pages 22-24 à partir de Théorie sociale et mathématiques

[p. 23 Données sociologiques
Les recherches établissent le poids important du milieu familial sur la réussite scolaire (Feyfant, 2011b). Si l’enquête TIMSS 2011 ne fait pas apparaître une corrélation automatique entre milieu défavorisé et performances médiocres, les 9 % d’élèves qui bénéficient de peu de ressources culturelles (dont les livres) à la maison ont des performances moyennes inférieures (436 au lieu de 555). De même les élèves qui ne parlent pas la langue de scolarisation dans leur foyer voient leur performances réduites, dans une moindre mesure (477 au lieu de 501).
Les attentes parentales sur la scolarisation de leurs enfants impactent également les résultats aux tests. Plus longues sont les études envisagées, plus hautes sont les performances (gain de 18 % des performances).

L’enquête CEDRE 2014 montre que les performances des élèves sont de plus en plus liées à l’origine sociale , aussi bien en fin de primaire qu’en fin de collège.
D’autres facteurs, déclinés par les recherches sur la réussite scolaire ou les difficultés des élèves de milieu défavorisé, se retrouvent encore dans TIMSS 2011 (ou les précédentes versions) : scolarisation précoce (+10 %), valorisation des mathématiques par les chefs d’établissement, les enseignants, les parents, les élèves (+6 % en moyenne), environnement sécurisé de l’école (+6 %), climat scolaire serein (+10 %), harcèlement (6 %).
[...]

Extrait de ife.ens-lyon.fr juin 2015 : Apprentissage des nombres et opérations : les données du problème

 

Voir aussi L’enseignement des maths au primaire concerne tous les partenaires, y compris les parents

Voir aussi le mot-clé Maths et Sciences (gr 4)/

Répondre à cet article