> EDUCATION PRIORITAIRE > Educ Prior. Ile Maurice > Une fondation aide les ZEP de l’Ile Maurice

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une fondation aide les ZEP de l’Ile Maurice

25 octobre 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « L’Express.mu » du 24.10.05 : La Fondation espoir et développement pour la dignité

Il vaut mieux apprendre à quelqu’un à pêcher que de lui donner un poisson.” La Fondation espoir et développement (FED), créée en 1999 par le groupe Beachcomber, a fait sienne cet adage, démontrant ainsi que son but s’inscrit plus dans la durée que dans l’assistanat ponctuel.

La fondation, qui a fait le point sur ses activités passées et ses orientations futures, s’est réunie la semaine dernière. Une de ses prérogatives dans le contexte social actuel est le problème de l’emploi. Le Projet emploi jeunes 2005 - 2006 répond à la philosophie de la fondation. C’est à dire rendre la dignité à tous les rejetés du système scolaire.

En sus de leur offrir une formation adéquate, elle leur propose des stages dans les hôtels du groupe Beachcomber où ils peuvent même trouver de l’emploi. Ceux que l’hôtellerie n’intéresse pas peuvent bénéficier de micro-crédits pour créer leur petite ou moyenne entreprise. En 2006, un cours professionnel en informatique sera institué pour combattre la fracture digitale, une autre forme d’exclusion chez les jeunes.

Les réalisations de la FED sont multiples. D’avril 1999 à septembre 2005, elle a consacré Rs 20 200 000 à l’éducation et à la formation. Elle participe, depuis 2004, au projet Zones d’éducation prioritaires lancé conjointement par le Joint Economic Council et le ministère de l’Education.

Depuis plusieurs années, elle travaille en collaboration avec les centres Adolescent Non-Formal Education Network, répartis dans toute l’île, qui proposent une éducation adaptée à quelque 600 jeunes de 12 à 15 ans des milieux sociaux vulnérables. Si l’éducation reste une des priorités de la FED, d’autres secteurs tels la santé, la culture et les loisirs ne sont pas négligés pour autant. La fondation œuvre avant tout pour une meilleure intégration sociale et économique de chaque Mauricien.

Premila Dosoruth

Répondre à cet article