> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Archivage et Archives > Archivage de l’EP (local, académique et national) > Projet d’archivage sur l’éducation prioritaire en France. Appel à tous les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Projet d’archivage sur l’éducation prioritaire en France. Appel à tous les acteurs

27 mars 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet d’archivage sur l’éducation prioritaire en France (février 2015)

A l’initiative de Jean-Yves Rochex, directeur du laboratoire ESCOL-CIRCEFT de l’Université Paris 8, et de Lydie Heurdier-Deschamps, historienne de l’éducation rattachée au laboratoire, un projet de recensement puis d’archivage de tous les fonds relatifs à l’éducation prioritaire a vu le jour.

Co-piloté par le binôme, en partenariat avec l’OZP et avec le soutien de la DGESCO, ce projet a été soumis à la direction des Archives nationales et a retenu son attention. Des réunions communes de travail ont déjà eu lieu.

Dans un premier temps, il s’agit de recenser auprès du plus grand nombre d’acteurs possibles les documents existants. Dans un second temps, selon la localisation et la composition du fonds, de définir avec les services d’archives le meilleur lieu d’archivage (national ou départemental). Tous les supports sont aujourd’hui collectés par les archives, y compris le numérique.

Ce qui incite aujourd’hui à se préoccuper de l’archivage est, d’une part, le vieillissement d’un grand nombre des acteurs engagés dès l’origine dans les ZEP, avec l’absence de garanties que les archives dont ils disposent soient conservées après leur décès, et d’autre part, la nécessité de traiter scientifiquement l’histoire des ZEP, bien au-delà des opinions toutes faites et déclarations politiques sommaires.

Plus de 20 % des écoles et collèges de France ont été ou sont concernés par l’éducation prioritaire, certains établissements depuis 1981. Leur histoire a été parfois ébauchée mais un gros travail historique reste à faire pour comprendre et rendre compte de la scolarisation des populations les plus défavorisées socialement, des années 1980 aux années 2010.
Seule une infime partie de la vie des multiples ZEP est disponible pour les chercheurs. Ce qui concerne les politiques académiques ou départementales est parfois accessible, quand un versement plus large a inclus ces sources-là. Au niveau national, les traces de la politique ministérielle conduite de 1981 à 2000 sont partiellement consultables. Mais cette politique fortement décentralisée, au moins jusqu’à 2006, a reposé sur un grand nombre de militants qui ont œuvré, parfois sans discontinuer à sa réussite.

Autrement dit, cette collecte sera composée de fonds publics et de fonds privés, pour compléter l’existant parcellaire et l’enrichir de données, plus larges dans l’espace et dans le temps.

De nombreux acteurs, à tous les niveaux institutionnels (ministère, rectorats, inspections académiques, inspections primaires, établissements du 1er et 2d degrés) mais aussi des enseignants de base, militants ou non des mouvements pédagogiques ou syndicaux, possèdent, dans leurs services et établissements, voire même à leur domicile, des traces institutionnelles et pédagogiques des projets mis en œuvre sur les territoires concernés, ainsi que des productions (par exemple, journaux de ZEP, enregistrements audio et vidéos).

Nous faisons donc appel à vous pour lister ce dont vous disposez, avant de nous transmettre ces inventaires à l’adresse électronique suivante :
archives.zep@univ-paris8.fr

Merci par avance de votre participation à ce grand projet partenarial.

En pièce jointe, la matrice, mise à jour, de l’inventaire de dépôt d’archives

Documents joints



  • Excel - 9.9 ko

Répondre à cet article

15 Messages de forum