Le SNES 93 : 108 des 120 collèges du 93 mériteraient d’intégrer les dispositifs d’éducation prioritaire

8 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

En jan­vier der­nier, le minis­tère de l’Education natio­nale pré­sen­tait son plan de refon­da­tion de l’éducation prio­ri­taire. Mathieu Logothetis, pro­fes­seur d’histoire géo­gra­phie à La Courneuve et res­pon­sable Snes-FSU du 93, fait le point sur la situa­tion en Seine-Saint-Denis.

Vincent Peillon a annoncé la mise en place du sys­tème REP+ dans le cadre de sa réforme de l’éducation prio­ri­taire. Qu’est-ce que cela change pour vous ?

Pas grand-chose. Il s’agit d’un nou­veau sta­tut qui ne concerne que six col­lèges de Seine-Saint-Denis. Six établis­se­ments clas­sés Eclair et qui deviennent des REP +. Pourquoi a-t-on choisi ces six établis­se­ments sur les treize bap­ti­sés Eclair ? Nous l’ignorons. Les cri­tères d’attribution sont flous : est-ce la rec­trice qui les a sélec­tion­nés ou les chefs d’établissements qui ont direc­te­ment can­di­daté ? Par ailleurs, le ministre Vincent Peillon avait été clair dès le début, à savoir qu’il allait tenir compte de la poli­tique d’austérité du gou­ver­ne­ment... Donc nous ne nous atten­dions pas à grand-chose ! D’autant plus que nous savions qu’il n’y aurait que 100 établis­se­ments REP + sur toute la France... Mais les ensei­gnants ont été sur­pris car beau­coup d’annonces dans la presse don­naient l’impression d’une grosse réforme, d’un grand chan­ge­ment... D’où l’effet de douche froide.

Quel est le pro­blème de cette réforme ?
La réforme ne com­prend pas d’enveloppe bud­gé­taire sup­plé­men­taire. Or, il est annoncé que les ensei­gnants des REP + vont être déchar­gés d’une heure et demie de cours par semaine, ce qui signi­fie que l’on va prendre des heures pour les REP+ dans les autres établis­se­ments... On va dépouiller les « pauvres » pour les « encore plus pauvres ». De plus, les cri­tères d’attribution de ces dis­po­si­tifs sont opaques. Du point de vue du SNES-FSU, il fau­drait que 108 des 120 col­lèges de Seine-Saint-Denis soient inté­grés aux dis­po­si­tifs d’éducation prio­ri­taire (en Seine-Saint-Denis, 64 col­lèges sur 120 dépendent de l’éducation prio­ri­taire). Dans le meilleur des col­lèges classé Eclair, il y a 35% d’élèves dont les familles sont au RSA, vous ima­gi­nez les autres ! Dans le 93, la clas­si­fi­ca­tion n’est pas volée.

Extrait de vousnousils ;fr du 07.03.14 : 108 des 120 collèges su 93 mériteraient d’intégrer les dispositifs d’éducation prioritaire

Répondre à cet article