> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage et absentéisme > Décrochage (Rapports officiels) > Apprentissage, missions locales, écoles de la 2ème chance, Epide. : quelques (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Apprentissage, missions locales, écoles de la 2ème chance, Epide. : quelques chiffres tirés du "jaune budgétaire"

15 novembre 2013

Apprentissage, missions locales, écoles de la 2ème chance, EPIDE : quelques chiffres tirés du "jaune budgétaire"

"En 2011, près de 32 milliards d’euros ont été consacrés à la formation professionnelle continue et à l’apprentissage", indique "le jaune budgétaire" annexé au projet de loi de finances. Il permet de faire un état des lieux de la formation des jeunes hors statut scolaire. À la fin 2012, l’effectif d’apprentis était de plus de 438 000 (dont près de 13 000 dans le secteur public) et près d’un tiers des nouveaux contrats "préparent à un diplôme ou titre de l’enseignement supérieur".
Au 1er janvier 2012, le réseau des missions locales comptait 454 structures et elles ont accueilli cette année-là 507 000 jeunes. Les écoles de la deuxième chance ont accueilli plus de 13 000 jeunes et prévoyaient d’en d’accueillir plus de 14 000 en 2013 sur plus de 107 sites. Pour ces E2C, 24 millions étaient inscrits en loi de finances 2013 mais il y avait eu sous-consommation de la ligne en 2012. En ce qui concerne l’EPIDE (établissement d’insertion de la défense), il a en moyenne un peu plus de 2 000 places occupées par an, pour un coût de 41 290 €, soit quelque 83 millions.

A noter que le Gouvernement a transmis "ses premières propositions concernant la réforme de l’apprentissage" pour atteindre 500 000 apprentis d’ici 2017, une croissance qui ne doit pas se faire "au détriment des autres voies de formation professionnelle complémentaires de l’apprentissage, en particulier la voie scolaire", indique le site Localtis. Pour que la taxe d’apprentissage et la contribution supplémentaire à l’apprentissage aillent davantage aux CFA, "une part de la taxe sera régionalisée, et son produit réparti selon les règles nationales favorables au développement de l’apprentissage". Le Gouvernement prévoit aussi une réduction du nombre des organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage, la possibilité pour les entreprises de conclure un contrat d’apprentissage en CDI, un dispositif national de suivi statistique des ruptures plus performant, l’identification des apprentis en situation de décrochage, et une meilleure reconnaissance des maîtres d’apprentissage.

- Le jaune budgétaire (199 pages)

- L’article de Localtis

Extrait de ToutEduc du 31.10.2013 : Apprentissage, missions locales, écoles de la 2ème chance, EPIDE : quelques chiffres tirés du "jaune budgétaire"

Répondre à cet article