> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Inégalités territoriales > Les inspections générales font le bilan de l’usage des moyens attribués aux (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les inspections générales font le bilan de l’usage des moyens attribués aux académies pour la rentrée 2012. Les résumés du MEN et de Tout Educ

19 juillet 2013

Recherche
Bilan de l’usage des moyens attribués aux académies pour la rentrée 2012
Rapport conjoint IGEN / IGAENR - Décembre 2012

Les observations menées dans toutes les académies entre le 15 octobre et le 15 décembre 2012 ont permis de constater que les mesures dites d’urgence ont été mises en place de façon efficace dans des délais restreints. Elles ont été bien accueillies sur l’ensemble du territoire et ont permis de faire face dans de meilleures conditions aux augmentations d’effectifs, plus importantes que prévu, ce qui n’a pas toujours contribué à leur donner une grande visibilité.

La mission a été amenée à constater une grande souplesse d’utilisation par les académies des assistants de vie scolaire, qu’elles ont affectés à la fois sur des postes en vie scolaire et sur des missions d’accompagnement aux élèves en situation de handicap, quelle que soit la forme que cet accompagnement prenne. Le vivier qu’ils constituent devient complémentaire de celui des auxiliaires de vie scolaire, dont l’augmentation a été également bienvenue : il a permis, dans presque toutes les académies, de faire face à une demande croissante des familles. Cette complémentarité de fait entre des catégories de personnels de statuts et de profils différents pourrait inciter à revoir l’appellation des personnels pour lesquels il faudrait éviter la confusion entre statut et missions.

La mesure phare des affectations d’assistants de prévention et de sécurité était en cours de déploiement au moment de l’observation mais on peut déjà constater que le dispositif de formation est particulièrement performant, que les assistants sont attendus avec intérêt dans les EPLE. Il restait, à la date de rédaction du rapport, à bien définir le périmètre et le contenu de leur action.

Le rapport recommande une vigilance particulière sur les coûts induits par les différentes mesures, qui ne sont pas inscrits à l’origine dans les dotations aux académies, et une grande attention au devenir professionnel des personnes recrutées sous statut contractuel.

Extrait de education.gouv.fr de juillet 2013 : Recherche
Bilan de l’usage des moyens attribués aux académies pour la rentrée 2012
Rapport conjoint IGEN / IGAENR - Décembre 2012

 

Le ministère de l’Education nationale vient de publier sur son site un rapport daté de décembre 2012 sur "l’usage des moyens attribués aux académies pour la rentrée 2012", donc sur les mesures d’urgence décidées après l’alternance. Les inspecteurs estiment que ces mesures "ont été généralement bien accueillies", mais qu’elles "n’ont pas eu d’incidences significatives", même si elles ont "contribué à pacifier un climat potentiellement conflictuel". Dans le premier degré, les 1 000 créations d’emplois "ont surtout permis de faire face à une augmentation des effectifs d’élèves plus importante que prévue" et dans le second degré, les différents échelons opérationnels ont pu ajuster la carte scolaire, mobiliser des ressources pour l’accueil des professeurs stagiaires et l’allègement de leur service de trois heures, renouveler les contrats aidés. Quant au recrutement de 280 enseignants bi-admissibles à l’agrégation, il est passé "inaperçu". Pour ce qui est des APS, les "assistants de prévention et de sécurité", leurs missions étaient encore, au moment de la rentrée "bien imprécises".

Les trois inspecteurs généraux (IGEN et IGAENR), Jean-Pierre Bellier, Pascal Jardin et Françoise Monti, tirent de ce bilan quelques enseignements. "Une dotation en moyens supplémentaires [doit être] centrée sur les besoins réellement constatés dans les académies (...)". Elle devrait être "anticipée et ses modalités de mise en œuvre bien explicitées pour éviter désillusion et surenchères". Elle devrait être suivie d’une "évaluation [par les académies] des coûts réels de ces mesures" et accompagnées d’une politique de communication des rectorats.

Ils ajoutent que "les différentes dénominations et modalités de recrutement et d’affectation des personnels sous contrats d’AED [assistants d’éducation] génèrent confusion et dérives". Il conviendrait de les simplifier "et de laisser une plus grande souplesse aux académies quant à leur emploi en fonction des besoins réels constatés". De même pour les APS, "il conviendrait de recadrer clairement [leurs] missions". Dans l’académie de Strasbourg, Pôle emploi avait d’ailleurs passé une annonce sous la dénomination d’agent de sécurité !

Rappelons que ces mesures d’urgence concernaient :
– la création de 1 000 emplois de professeurs des écoles,
– des décharges de trois heures pour les jeunes professeurs entrant dans le métier,
– la création de 2 000 emplois d’assistants d’éducation,
– la création de 1 500 emplois d’auxiliaires de vie scolaire,
– la création de 100 emplois de conseillers principaux d’éducation,
– la création de 500 emplois d’assistants de prévention et de sécurité,
– la reconduction de 15 000 contrats aidés qu’il avait été envisagé de supprimer,

auxquelles s’est ajouté le recrutement de candidats bi-admissibles à l’agrégation là où les jurys de CAPES n’avaient pas pourvu tous les postes. Les moyens ont été délégués aux académies entre le 15 juin et le 10 juillet alors que "le processus de préparation de rentrée [était] pourtant quasiment achevé".

La laecture du rapport par Tout Educ du 18.07.13 : Rentrée 2012 : les moyens supplémentaires sont passés pratiquement inaperçus (inspections générales)

Répondre à cet article