> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Positions) > Educ. prior. Positions chercheurs > Pré-Assises. En marge de la concertation sur l’éducation prioritaire, Marie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pré-Assises. En marge de la concertation sur l’éducation prioritaire, Marie Duru-Bellat souhaite qu’on "revoie le ciblage" et, pourquoi pas, qu’on envisage d’"attribuer les aides à des élèves quels que soient leurs lieux de résidence et de scolarisation"

5 juillet 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Marie Duru-Bellat : « Repenser le ciblage des aides dans l’éducation prioritaire »
Professeur de sociologie à Sciences-Po Paris

« Créée au début des années 1980, la politique d’ éducation prioritaire affiche un bilan assez décevant. L’un de ses principaux défauts est d’avoir dilué les moyens : aujourd’hui, environ un collégien sur cinq est scolarisé dans une zone d’éducation prioritaire (ZEP).

Il faut par conséquent revoir le ciblage, en se demandant s’il faut continuer à concentrer les moyens sur certaines zones ou plutôt, comme beaucoup le réclament, attribuer les aides à des élèves, quels que soient leurs lieux de résidence et de scolarisation.

Cette deuxième option permettrait de ne plus stigmatiser certains établissements avec l’étiquette ZEP mais elle aurait peut-être pour effet de renoncer à la lutte contre les inégalités entre territoires.

Il faut en tout cas avoir conscience que les principaux leviers d’action utilisés jusqu’ici – primes incitatives pour les enseignants qui vont enseigner dans ces zones et réduction de la taille des classes, avec en général deux élèves de moins que la moyenne nationale – ont été peu efficaces.

Si l’on veut des résultats, il faut réduire plus significativement la taille des classes en CP, notamment, au moment où se font les apprentissages fondamentaux. »

Extrait de lacroix.com du 04.07.12 : Trois mois de concertation pour refonder l’école

Répondre à cet article

2 Messages de forum