> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > Education populaire > Du 16 au 18 novembre 2011 à Créteil, colloque de l’université Paris Est (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Du 16 au 18 novembre 2011 à Créteil, colloque de l’université Paris Est Créteil : "L’éducation populaire au tournant du XXIe siècle"

2 novembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

"L’éducation populaire au tournant du XXIe siècle."
16, 17 & 18 novembre 2011, Amphi 102, Mail des Mèches,
Créteil (entrée dans la limite des places disponibles).

Colloque organisé par
l’Université Paris-Est Créteil, Val de Marne
notamment
. le Centre interdisciplinaire culture, éducation, formation, travail (EA 4384), Équipe Reconnaissance, expérience, valorisation (CIRCEFT-REV),
. l’UFR Sciences de l’éducation et sciences sociales –
Sciences et techniques des activités physiques et sportives (SESS-STAPS),
. l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Sénart Fontainebleau, Département Carrières sociales.

 

Il y a dix ans, un ouvrage collectif avait dressé un bilan des transformations de l’éducation populaire au tournant des années 1970 et souligné les mutations opérées à la faveur de sa reconnaissance par l’État. L’introduction y affirmait que les associations
s’étaient trouvées « instrumentalisées » et que l’éducation populaire s’était « dépolitisée » car son projet originel et global avait « disparu » au profit d’actions segmentées (animation, action culturelle et éducation permanente).

Le présent colloque voudrait rouvrir ces interrogations au regard des évolutions sociétales qui ont suivi ce premier
tournant. La scolarisation croissante, le chômage de masse et spécialement celui des jeunes, la « nouvelle » pauvreté et les travailleurs pauvres ont-ils constitué un nouveau terreau propre à la réaffirmation du projet initial ? Les « métamorphoses de la question
sociale » n’ont-elles pas affecté le monde de l’éducation populaire ? À partir des années 1980 et 1990, de nouvelles associations sont venues s’adjoindre aux grandes associations « historiques » et de grandes associations d’autres secteurs (en particulier humanitaire) ont réclamé leur affiliation. Ce renouveau, redoublé par le succès de nombreuses
universités populaires, ne renverse-t-il pas la tendance à la « dépolitisation » ?

Quels sont les principaux objectifs énoncés aujourd’hui par les acteurs de l’éducation populaire ? S’agit-il de favoriser une promotion individuelle (l’épanouissement) ou collective (l’émancipation, la formation des citoyens) ? La confiance en la pédagogie est-elle toujours perçue comme le moyen privilégié pour conduire l’individu, le citoyen ou le prolétaire sur la voie de sa propre émancipation ? Alors que l’action de l’État s’est passablement transformée avec, notamment, les deux décentralisations, le passage du subventionnement au conventionnement et, plus récemment, les nouvelles règles de gestion de l’argent public, quels ont été les effets de ces transformations sur l’éducation populaire ? sur ses objectifs ? ses agents ? ses publics ?

Pour traiter ces questions, ce colloque, réunissant des conférences et des tables rondes de spécialistes, des présentations de résultats de recherches récentes et des récits d’expériences, s’intéressera tour à tour aux thématiques de l’engagement, du travail bénévole, des politiques d’éducation populaire, des pratiques, des publics et enfin, des relations professionnelles dans l’éducation populaire.

 

Le programme complet

 

Ci-dessous en pièce jointe le plan d’accès

Documents joints

Répondre à cet article