> EDUCATION. GENERALITES > Education. Niveau Maternelle et Petite enfance > Maternelle (Rapports officiels) > Deux études dans Education & formations (DEPP, 2001 et 2003) sur la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Deux études dans Education & formations (DEPP, 2001 et 2003) sur la scolarisation à deux ans

août 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site "Education prioritaire"

- Scolarisation à deux ans et réussite de la carrière scolaire au début de l’école élémentaire, par Jean-Paul Caille. Education & formations, n° 60, juillet-septembre 2001)

Présentation : L’observation pendant les premières années de scolarité primaire d’un panel de 8 661 écoliers que suit le ministère de l’Éducation nationale depuis 1997,
montre que les chances d’accéder au CE2 sans redoubler sont d’autant plus grandes que l’élève est entré précocement à l’école maternelle. Mais la différence de
réussite entre les enfants scolarisés à 2 ans et leurs camarades entrés à l’école
maternelle à 3 ans est faible. En revanche, le petit nombre d’écoliers entrés à l’école
maternelle après 3 ans rencontre des difficultés relativement marquées.

La scolarisation à 2 ans a peu d’effet sur les inégalités sociales de réussite qui restent sensibles au cours des deux premières années d’école élémentaire. En
termes de carrière scolaire, ce sont les enfants de cadres et les élèves étrangers ou issus de l’immigration qui semblent tirer le plus grand bénéfice de cette mesure.

 

- Faut-il scolariser à deux ans ? Education & formations, n° 66, juillet-décembre 2003

Présentation : L’école maternelle française est fréquemment citée comme l’un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd’hui vive pour que les enfants y soient accueillis dès l’âge de deux ans.
Si la demande de ces familles est, en partie, liée à des considérations financières - elles économisent ainsi tout ou partie du coût de la garde du jeune enfant - ou aux difficultés qu’elles rencontrent pour faire assurer cette garde, elle trouve sa justification dans leur souci de favoriser la réussite scolaire ultérieure de leurs enfants.
Or, si les analyses conduites sur les résultats des élèves montrent, au niveau global, un léger avantage au bénéfice des élèves scolarisés à deux ans, en l’absence de données détaillées sur les conditions d’accueil de ces élèves, le principe d’un accueil systématique à l’école fait l’objet de vives controverses.

 

Voir la bibliographie des recherches sur le site Education prioritaire

Répondre à cet article