> ACTEURS et PARTENAIRES > Enseignants (Identité professionnelle) > Elèves et parents réclament des professeurs dans la ZEP de Nanterre - (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Elèves et parents réclament des professeurs dans la ZEP de Nanterre - (Le Parisien)

15 décembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 14.12.04 : dans la ZEP de Nanterre (Hauts-de-Seine)

Elèves et parents réclament des professeurs pour Noël

Matinée peu ordinaire hier, au lycée polyvalent Louise-Michel, classé ZEP, à Nanterre Elèves et parents, plus de cent cinquante personnes, ont occupé vers 8 h 30 le hall d’entrée de l’établissement pour manifester contre l’absence de trois professeurs titulaires depuis la rentrée scolaire. Des courriers ont été envoyés par les parents d’élèves il y a quelques mois au proviseur du lycée et à l’inspection d’académie. En vain. Les élèves de la filière secrétariat, une soixantaine au total, seraient les plus durement touchés par le problème.

« On risque d’avoir de gros retards dans notre programme »

L’enseignant permanent en secrétariat-comptabilité, la matière principale, est absent depuis septembre. Le poste est, depuis, occupé par un vacataire dont la mission se terminait... hier soir. Et depuis, Chadia, Messaouda ainsi que Haïfa et Marie, en deuxième année de BEP, sont dans l’expectative : « Nous ne savons pas quand sera remplacé notre professeur et surtout par qui, souligne l’une d’elles. Si on nous change de professeur en permanence en cours d’année, on risque d’avoir de gros retards dans notre programme, ce qui pourrait nous pénaliser. A la fin de l’année scolaire, nous avons nos examens. Or, nous voulons les passer dans les mêmes conditions que les autres candidats. » Et d’ajouter : « On préférerait qu’il n’y ait pas de changement et que ce professeur, qui nous connaît tous, ait un contrat jusqu’à la fin de l’année. On sait que c’est possible et c’est pour ça qu’on se mobilise ! » Faute d’élèves, les professeurs n’ont pas fait cours toute la journée d’hier, mais beaucoup soutiennent l’initiative. Une délégation de parents s’est rendue à l’inspection d’académie, située à quelques dizaines de mètres du lycée, pour essayer de peser sur les instances de tutelle. « Un vacataire dispose d’un quota de 200 heures par an, ce qui est l’équivalent de trois mois de cours environ, explique Serge Lion, professeur d’histoire-géographie au lycée.

Lorsque la vacation est terminée et si le professeur titulaire n’est toujours pas revenu, il est fréquent de le remplacer par un autre. Ce qui ne facilite pas la continuité du travail de l’équipe pédagogique. Cette précarité est préjudiciable pour la qualité de l’enseignement qui est dispensé aux élèves et pour l’égalité des chances à l’examen. » Mais les parents n’auront peut-être pas à faire de sit-in jusqu’à mercredi, comme ils l’avaient prévu. L’inspection d’académie assure, de son côté, les avoir entendus. Le message sera transmis à l’administration compétente, à savoir le rectorat. « La contractualisation du vacataire qui a assuré les cours jusqu’à aujourd’hui est envisageable, confirme-t-on à l’inspection d’académie. C’est en tout cas la solution que va proposer l’inspection d’académie au rectorat... » Une bonne nouvelle pour Noël

Marisa Faion.

Répondre à cet article