> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Santé et Rythmes > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Déclarations officielles) > Harcèlement : - ce qu’a dit le ministre aux personnels - Les fédérations (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Harcèlement : - ce qu’a dit le ministre aux personnels - Les fédérations de parents d’élèves satisfaites d’être partie prenante (ToutEduc)

15 juin 2023

Harcèlement : ce qu’a dit le ministre aux personnels

Hier, Pap Ndiaye a réuni en visioconférence les inspecteurs de l’éducation nationale, les chefs d’établissements et chefs d’établissement adjoints “pour leur apporter tout son soutien, ainsi qu’à leurs équipes, car ils sont en première ligne et que leur mission est d’une extrême difficulté“, fait savoir le ministère de l’Education à la presse.

Il fait état, sur 8 900 établissements publics, de 6 900 connections alors que 14 000 chefs d’établissements et autres personnels avaient été conviés. Un tchat permettait de poser directement des questions, 444 ont été posées, le ministre “répondant à une partie“ directement (sur les référents harcèlement, la notification pour fait établissement, la contrainte sur les réseaux sociaux..), tandis que toutes “trouveront une réponse sur la plateforme pHARe“.

“Le ministre, indique encore le ministère, a notamment estimé que ces drames “affectent terriblement l’institution de l’éducation nationale et en premier lieu les équipes éducatives qui, non seulement subissent le traumatisme du deuil, mais sont en plus parfois accusées de n’avoir pas su éviter le pire". Il a ajouté que le harcèlement entre mineurs était “un fléau dont prend progressivement conscience la société et qui dépasse largement les portes de l’école.“

A été annoncée “une grande campagne nationale de prévention“ (spots de prévention diffusés à la télévision, sur les réseaux sociaux, campagne d’affichage sur les risques que ceux-ci représentent pour les enfants) par le ministre qui a “également engagé plusieurs échanges avec les plateformes (Meta, Tik Tok, Snapchat) cette semaine“.

Par ailleurs, le ministre a demandé qu’une heure d’échange sur le sujet du harcèlement et du cyberharcèlement ait lieu à très court terme dans toutes les classes de collège “parce que les élèves entendent aussi ce qui se dit dans les médias, en ont forcément été affectés, se posent des questions et ont besoin d’en parler avec leurs professeurs“, mais également “parce que les vacances approchent et qu’il faut que chaque collégien parte en ayant parfaitement en tête les numéros 3018 et 3020“, ou encore “parce qu’il faut passer de nouveau des messages sur les risques des réseaux sociaux“. Il précise qu’ “il ne s’agit pas d’une usine à gaz : elle pourra être organisée selon diverses modalités (en Vie de classe, en EMC ou avec tout enseignant qui se propose d’animer ces échanges parce qu’il a suivi la formation pHARe ou qu’il a une sensibilité particulière pour cette question).“

A noter que le directeur général des affaires colaires, Edouard Geffray “a rappelé les outils mis à disposition“ et que le secrétaire général Thierry Le Goff “a rappelé la procédure en matière de signalement, en soulignant que les chefs d’établissement ne sont pas et ne doivent pas être seuls face à ces situations“ et qu’ils “ne doivent pas hésiter à interpeler les acteurs“ qui interviennent en appui dans les services départementaux et académiques.

Extrait de touteduc.fr du 14.06.23

 

Les parents d’élèves satisfaits d’être "partie prenante de la mise en œuvre de la lutte contre le harcèlement"

Le ministère de l’Education nationale et les quatre principales associations de parents d’élèves publient un communiqué commun (un fait exceptionnel, ndlr) pour affirmer que "les parents ont un rôle essentiel à jouer aux côtés des équipes éducatives" pour faire reculer harcèlement et cyberharcèlement. Cette communication intervient après que Pap Ndiaye a rencontré les représentants de la FCPE, de la PEEP, de l’APEL et de l’UNAAPE qui "ont accueilli positivement l’organisation (...) d’une heure de sensibilisation sur la thématique “harcèlement et réseaux sociaux".

Le ministre et les fédérations ou union "se sont engagés à une mobilisation commune des parents et de la communauté éducative autour d’un objectif partagé : permettre à tous les enfants de vivre sereinement leur scolarité et de se construire dans un environnement protégé (...). Les parents d’élèves (...) seront partie prenante de la mise en œuvre de la lutte contre le harcèlement dans les instances locales et nationales, en particulier via le programme pHARe."

 

Les parents d’élèves satisfaits d’être "partie prenante de la mise en œuvre de la lutte contre le harcèlement"

Le ministère de l’Education nationale et les quatre principales associations de parents d’élèves publient un communiqué commun (un fait exceptionnel, ndlr) pour affirmer que "les parents ont un rôle essentiel à jouer aux côtés des équipes éducatives" pour faire reculer harcèlement et cyberharcèlement. Cette communication intervient après que Pap Ndiaye a rencontré les représentants de la FCPE, de la PEEP, de l’APEL et de l’UNAAPE qui "ont accueilli positivement l’organisation (...) d’une heure de sensibilisation sur la thématique “harcèlement et réseaux sociaux".

Le ministre et les fédérations ou union "se sont engagés à une mobilisation commune des parents et de la communauté éducative autour d’un objectif partagé : permettre à tous les enfants de vivre sereinement leur scolarité et de se construire dans un environnement protégé (...). Les parents d’élèves (...) seront partie prenante de la mise en œuvre de la lutte contre le harcèlement dans les instances locales et nationales, en particulier via le programme pHARe."

Répondre à cet article