> II- EDUCATION PRIORITAIRE (Politique. d’) : Types de documents, Concept, (...) > EDUC. PRIOR. TYPES DE DOCUMENTS > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports et débats parlementaires > Le Rassemblement national et l’éducation prioritaire : une mission (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le Rassemblement national et l’éducation prioritaire : une mission parlementaire présidée par le député RN Roger Chudeau

19 décembre 2022

Education prioritaire : une mission parlementaire présidée par un député Rassemblement national
Roger Chudeau, « M. Education » du RN à l’origine de la mission, a été notamment professeur agrégé, proviseur, inspecteur général et conseiller ministériel. La rapporteuse, Agnès Carel, est une députée Horizons.
Par Sylvie Lecherbonnier

La nouvelle a surpris dans les cercles éducatifs. La mission sur l’éducation prioritaire qu’a lancée mi-novembre la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale avec une vingtaine de députés de tous horizons politiques, a pour président un député du Rassemblement national (RN). Roger Chudeau, élu du Loir-et-Cher, en est à l’initiative : il a demandé que l’éducation prioritaire fasse l’objet d’une étude approfondie. « Cela fait plus de quarante ans que cette politique existe et près de 20 % des élèves y sont scolarisés. Nous sommes en droit de vouloir l’évaluer », déclare-t-il au Monde.

Si son parti a jusqu’alors été peu disert sur l’éducation, Roger Chudeau, également à l’origine d’une proposition de loi sur le port de l’uniforme à l’école, veut qu’elle occupe désormais « une place éminente dans les réflexions et l’action du groupe RN au Parlement », comme il le dit dans une tribune récente publiée dans Valeurs actuelles.

Le nouveau « M. Education » du RN n’est pas un inconnu dans le milieu éducatif et en connaît parfaitement les rouages : il a été professeur agrégé d’allemand, proviseur, inspecteur général. Il a conseillé Gilles de Robien lorsqu’il était ministre de l’éducation, de 2005 à 2007, puis François Fillon lorsqu’il devint premier ministre en 2007 avant de prendre les fonctions de directeur de l’encadrement au ministère de l’éducation nationale. Politiquement, après avoir été membre du parti Les Républicains, il s’est rapproché de Marine Le Pen en 2021 – il a participé à la rédaction du volet éducation de son programme.

« Le RN est contre l’éducation prioritaire »
« Sans le dire toujours explicitement, le RN est contre l’éducation prioritaire qui, selon lui, donnerait une prime aux élèves étrangers au détriment des Français », souligne Ismail Ferhat, professeur à l’université Paris-Nanterre, qui a analysé les programmes du parti depuis trente ans.

Roger Chudeau exprimait son point de vue en 2021 dans un livret intitulé Comment faire de l’école publique un rempart contre l’islamisme ? réalisé pour l’Issep, l’école de Marion Maréchal : « La plupart des établissements conquis par l’islamisme ou à tout le moins empêchés de fonctionner normalement se trouvent dans des réseaux d’éducation prioritaire […]. Cela démontre l’échec manifeste de ces zones », écrivait-il alors, s’interrogeant également sur l’efficacité des dédoublements en CP et CE1.

La mission parlementaire, par essence transpartisane, a choisi un intitulé large et consensuel pour donner un cadre à ses travaux : « Bilan et panorama de l’éducation prioritaire ». Une manière d’assurer « des débats apaisés » sur « un sujet trop important pour qu’on avive les tensions », confie, anonyme, un parlementaire membre de la majorité présidentielle. Roger Chudeau adopte lui-même un profil bas : « Je gère cette mission comme j’aurais pu le faire lorsque j’étais inspecteur général. Je mets mes positions politiques en retrait. La politique reviendra en son temps, quand le rapport sortira. »

[...] Chez les acteurs de l’éducation qui seront ou s’attendent à être auditionnés pourtant, on s’interroge sur le fait de participer aux échanges. La plupart font le choix d’y aller, à l’instar de Marc Douaire, président de l’Observatoire des zones prioritaires : "ce n’est pas le RN qui nous invite mais l’Assemblée. Nous y allons pour exposer notre vision de l’éducation prioritaire, à l’opposé de celle de ce parti". [...]

Extrait de lemonde.fr du 17.12.22

 

Voir aussi les autres articles du dossier du Monde

Carte de l’éducation prioritaire : l’inéquitable répartition des moyens (dossier du Monde)
A Clermont-Ferrand, un des collèges qui ont l’Ips le plus faible de France n’est pas classé en REP (Le Monde)

Répondre à cet article