> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : CITOYENNETE (doc. généraux) : Edd, Emc, Emi, Histoire-Géo, (...) > Citoyenneté (Positions) > "Pour « forger des esprits républicains », « il est temps de prendre la mesure (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Pour « forger des esprits républicains », « il est temps de prendre la mesure du déficit démocratique » (tribune de Claude Lelièvre dans Le Monde)

25 mai

"Pour « forger des esprits républicains », « il est temps de prendre la mesure du déficit démocratique »
TRIBUNE
Claude Lelièvre
historien de l’éducation

« Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse » : le large périmètre du poste auquel Pap Ndiaye vient d’être nommé est peut-être le révélateur de l’ambition du président pour l’école, à l’aube de ce second quinquennat. Une ambition pas si nouvelle, souligne, dans une tribune au « Monde », l’historien Claude Lelièvre, qui rappelle la place donnée à l’éducation morale et civique après la Libération.

Ce devrait être l’un des deux grands objectifs de l’école si l’on suit ce qu’a déclaré le président de la République, Emmanuel Macron, lors de son discours d’investiture du 7 mai : « Agir (…) pour une école toujours plus inclusive, formant aux savoirs fondamentaux et forgeant des esprits républicains. » Et il se peut que la nomination surprise, ce 20 mai, de Pap Ndiaye à la tête d’un ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse – un libellé et un périmètre très rares – puisse être ainsi comprise.

S’il s’agit de « forger des esprits », il convient de se souvenir du sous-titre donné par Nietzsche à son ouvrage Crépuscule des idoles : « Comment philosopher à coups de marteau » – c’est-à-dire « évaluer à coups de marteau », pour entendre si cela sonne creux ou non… S’agit-il, en particulier, d’aller nettement au-delà de la posture traditionnelle qui consiste à « frapper les esprits » de « principes républicains » réitérés et péremptoires ?

On notera en tout cas que, lors de son premier discours de campagne, le 7 mars à Poissy (Yvelines), Emmanuel Macron a prôné le « décloisonnement » de l’école, qui devrait se faire « avec les familles, les associations et les communes qui s’occupent du périscolaire, parce que faire des républicains, ça ne commence pas le matin à 9 heures pour s’arrêter à 17 heures, quatre ou cinq jours par semaine ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « L’Education morale et civique ne doit pas rester une matière marginale »

Serait-ce une voie de réponse quelque peu inattendue aux propos de Paul Langevin, figurant in extenso dans le célèbre plan Langevin-Wallon [projet de réforme du système éducatif français] au lendemain de la Libération ? « L’école fait faire à l’enfant l’apprentissage de la vie sociale et, singulièrement, de la vie démocratique. Ainsi se dégage la notion du groupe scolaire à structure démocratique auquel l’enfant participe comme futur citoyen et où peuvent se former en lui, non par les cours et les discours, mais par la vie et l’expérience, les vertus civiques fondamentales », écrivait-il.

« Pratique de la vie sociale » [...]

Extrait de lemonde.fr du 24.05.22

Répondre à cet article