> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Climat, Harcèlement, Exclusion) > Des élèves réalisent un court métrage sur le harcèlement scolaire au collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Des élèves réalisent un court métrage sur le harcèlement scolaire au collège REP+ Jean Jaurès de Pantin (93)

25 mars

Le harcèlement scolaire : au collège Jean Jaurès de Pantin, on ne s’en fout pas !

En 2020-2021, Fouzia, Sékou, Razane, Safia, Assia, Marc et Sarah, élèves de 4e du collège Jean Jaurès de Pantin, ont participé à un projet d’envergure : la réalisation d’un court métrage dans le cadre de la prévention du harcèlement dans les établissements scolaires Et tout le monde s’en fout : le harcèlement scolaire.
Pendant 3 mois, Mme Marie Cotte, médiatrice scolaire dans le collège, et Mme Chloé Christou, conseillère principale d’éducation, ont accompagné les sept élèves dans leur travail de recherche sur la thématique puis dans l’écriture du court métrage.
L’objectif était de faire passer un message qui ne soit pas moralisateur mais qui propose des solutions avec un discours adapté aux adolescents afin qu’ils soient plus sensibles aux propos.
Le projet a été mené en partenariat avec la société de production MiA dans le cadre du dispositif "Médiation à l’école" proposé par l’association Citéo, opérateur de médiation sociale du réseau France médiation. Ce dispositif permet notamment aux écoles et aux établissements scolaires de disposer de médiateurs qui contribuent à en faire des lieux où il fait bon vivre.

De l’écriture du scénario...

Le format de départ pour le court métrage s’est imposé dès le début : la société de production qui allait assister la jeune équipe produisait la Web série Et tout le monde s’en fout, de courts épisodes dans lesquels un personnage, selon une mise en scène identique pour chaque épisode, partage ses réflexions sur la société et l’actualité. Le format était idéal pour que les élèves y développent leur message contre le harcèlement.

Lors d’ateliers le mardi soir et le mercredi après-midi, des élèves volontaires et particulièrement motivés ont étudié le format qui leur était proposé : dans un premier temps, ils ont analysé la construction de chaque épisode pour en identifier la trame et le rythme afin que leur futur scénario s’inscrive dans la même logique.

Puis ils se sont lancés dans le travail de recherche d’informations, afin d’écrire le scénario qu’ils allaient ensuite jouer à l’écran ; par groupe, ils se sont attelés à trouver les éléments autour desquels leur discours allait s’organiser :
 définitions des différents types de harcèlement et ses conséquences, statistiques
 définition et rôle des témoins
 solutions en cas de situation de harcèlement.

Les élèves se sont pleinement investis dans le projet et l’organisation du travail a été très rigoureuse. Rien ne fut laissé de côté : le scénario devait comprendre toutes les indications scéniques nécessaires et tout devait donc être pensé et réfléchi pour prévoir les différents plans afin qu’ils s’enchaînent de façon harmonieuse.

Ce projet a été l’objet d’un travail très complet sur l’éducation aux médias : comment construire un message pertinent et l’adapter à un jeune public, quel vocabulaire technique utiliser, et, bien sûr, l’importance de la vérification des sources.

L’acteur principal et un des auteurs de la série d’origine se sont déplacés à deux reprises pour venir assister les élèves dans leur rédaction et leur ont confié quelques pistes pour redynamiser le scénario : le travail était déjà bien avancé et ils ont été très étonnés du professionnalisme des élèves.

... au jeu d’acteur

Après le travail d’écriture, et une fois les textes appris, est venu le temps des répétitions : trois acteurs et quatre assistants de réalisation se sont réunis pour répéter tous les jours pendant leur pause déjeuner. Les élèves avaient très à cœur d’être fin prêts le jour du tournage.

En février, le groupe s’est rendu dans les locaux de la société de production pour faire face aux caméras. Ils y ont investi les décors existants, y ajoutant quelques touches personnelles pour les adapter au contexte de leur scénario. Très peu de scènes ont dû être reprises et, une fois encore, les professionnels ont montré leur admiration devant tout le travail effectué par les élèves et leurs encadrantes.
Il est vrai que le résultat est bluffant : les acteurs sont lumineux, les propos sont fluides, le rythme est enlevé, les arguments et contre arguments s’enchaînent de façon cohérente, le tout teinté d’une touche d’humour qui n’amoindrit pas l’impact du message initial, bien au contraire.

Devant cette réalisation si aboutie, l’équipe de production a même décidé d’intégrer l’épisode écrit et joué par les élèves à la série originale.

Le court métrage a également reçu la reconnaissance des spectateurs en obtenant le Prix des festivaliers au Festival vidéo de l’académie de Créteil (FVAC) et le Prix du public au festival du Film de prévention et de citoyenneté jeunesse, Festiprev de La Rochelle.

Le court métrage sera projeté le jeudi 14 avril 2022, à 19h, au Ciné 104, 104 avenue Jean Lolive à Pantin – les personnes intéressées peuvent contacter Mme Christou Chloe.Christou@ac-creteil.fr avant le 1er avril 2022.

Bravo les artistes !

Et tout le monde s’en fout du harcèlement ce sont :
 18 heures d’atelier d’écriture
 7 heures de répétition
 8 heures de tournage dans les studios
 1 vidéo de 5 minutes écrite et jouée par les élèves
 et surtout une magnifique production finale, à voir et à revoir.

► Pour visionner le court métrage https://tube-creteil.beta.education.fr/videos/watch/319dbb63-bebd-43dd-9268-3685afa622c4

© DSDEN93 - article actualisé le 22 mars 2022

http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/spip.php?article8545

 

Voir le mot-clé Audiovisuel d’élèves, webdoc (gr 2)/

Répondre à cet article