> POLITIQUE DE LA VILLE > Cité éducative > Le 9 mars 2022, première rencontre nationale des cités éducatives. 1 million (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le 9 mars 2022, première rencontre nationale des cités éducatives. 1 million d’enfants et jeunes concernés. Une vingtaine de vidéos de l’Anct en ligne

7 mars

« Les Cités éducatives bénéficient à un million d’enfants et de jeunes »

Le 9 mars prochain, l’ANCT réunira les acteurs des Cités éducatives, à Paris. Aujourd’hui, 200 Cités sont constituées, dans l’Hexagone et outre-mer. Elles se déploient sur plus de 380 quartiers prioritaires et concernent un million d’enfants et de jeunes. Suzie Chevée, cheffe de projet à l’ANCT, relève les enjeux et avancées de cette démarche collaborative des acteurs éducatifs.

Quel est le but de cette rencontre exceptionnelle, qui se déroulera le 9 mars, à Paris ?
Il s’agit de la première rencontre nationale des Cités éducatives depuis le lancement de la démarche, en septembre 2019. Ce sera l’occasion d’accueillir, dans un même lieu, les acteurs des Cités éducatives nouvellement labellisées et de réunir plus largement l’ensemble du réseau. Quelque 600 participants sont attendus.

Lors du Comité interministériel des villes du 29 janvier dernier, le Premier ministre a annoncé la labellisation de 74 nouvelles Cités éducatives. Quels sont les territoires concernés ? Combien d’enfants et de jeunes bénéficient de cette démarche ?
Depuis le 29 janvier dernier, on compte désormais 200 Cités éducatives, dans l’Hexagone et outre-mer. La démarche se déploie sur plus de 380 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Elle bénéficie à un million d’enfants et de jeunes.

L’enjeu est de pouvoir accompagner au mieux chaque parcours éducatif individuel, depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle, dans tous les temps et espaces de vie.

Dans ce but, chaque cité consiste en une grande alliance des acteurs éducatifs : parents, enseignants, services de l’État, collectivités, associations, habitants.

LA QUESTION DU MAIRE EN VIDÉO SUR LES CITÉS ÉDUCATIVES

Sur le terrain, qu’est-ce que ce dispositif a changé, concrètement ?
L’ambition des Cités éducatives n’est pas d’être un dispositif de plus. Il vise à mieux coordonner les dispositifs existants et à innover pour aller plus loin. Considérée comme novatrice, cette démarche collective est porteuse d’espoir quant à son potentiel de transformation de l’action publique.

Malgré une mise à l’épreuve exceptionnelle depuis son lancement du fait du confinement sanitaire, ce cadre collaboratif a favorisé la réactivité et l’innovation, au quotidien, entre les acteurs. Cela a été une plus-value essentielle dans la gestion des effets de la crise.

Les Cités éducatives soulignent la capacité de leurs acteurs de terrain à s’adapter et elles démontrent que la formalisation de la coopération préfet/recteur/maire est un gage de succès.

Quel est le rôle de l’ANCT dans cette démarche ?
L’ANCT assure la coordination nationale de cette démarche en lien étroit avec la Direction générale de l’enseignement scolaire. Nous accompagnons au quotidien les territoires dans le développement de leurs projets. Nous veillons également au suivi évaluatif du dispositif et, enfin, nous proposons une animation de réseau aux acteurs. C’est essentiel pour la vitalité de cette démarche collaborative.

La rencontre

La 9 mars, à 10 heures, la coordination nationale des Cités éducatives accueillera les acteurs des nouvelles Cités éducatives labellisées.
À l’ordre du jour, le bilan de l’année écoulée et une revue des projets de 2021. L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur l’enjeu de « faire cité », ainsi qu’à une conférence sur les coopérations éducatives, à l’étranger.

VOIR TOUTES NOS VIDÉOS SUR LES CITÉS ÉDUCATIVES

Extrait de agence-cohesion-territoires.gouv.fr du 02.04.22

Répondre à cet article