> POLITIQUE DE LA VILLE > SNU, Service civique, Réserve citoyenne > SNU : l’Education nationale peine à recruter des encadrants (L’Express)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

SNU : l’Education nationale peine à recruter des encadrants (L’Express)

15 février

Service national universel : pourquoi l’Éducation nationale peine à recruter des encadrants
Alors que les "séjours de cohésion" du service national universel (SNU) démarrent ce dimanche pour l’année 2022, l’Éducation nationale se heurte à une difficulté de recrutement de personnels qualifiés pour accompagner un objectif de 50.000 jeunes participants. Europe 1 a rencontré des intervenants déçus par les contrats précaires proposés.

Les "séjours de cohésion" 2022 du service national universel (SNU) commencent ce dimanche. La secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse, Sarah El Haïry, visite pour l’occasion un centre à La Turballe, en Loire-Atlantique. Pendant les vacances de février, ce sont, en tout, 3.000 volontaires âgés de 15 à 17 ans, qui participent à ces séjours organisés par l’Etat pendant deux semaines, sur les valeurs de la République.

Sur toute l’année, le ministère de l’Éducation nationale vise 50.000 participants, contre 15.000 en 2021. Un objectif qui vise à déployer le dispositif à grande échelle, en vue de le rendre obligatoire d’ici 2023 pour l’ensemble des jeunes âgés de 16 ans . Mais ce chiffre de 50.000 paraît inatteignable, en raison du manque de personnels qualifiés désirant encadrer ces séjours.

Extrait de europe1.fr du 13.02.22

Répondre à cet article