> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Climat, Harcèlement, Exclusion) > B* Sensibilisation au harcèlement au collège REP+ La Marquisanne de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Sensibilisation au harcèlement au collège REP+ La Marquisanne de Toulon

22 février 2022

Le harcèlement ça nous dégoûte !

QUOI ?

Afin de bien détecter les situations de harcèlement dans les établissements scolaires, il est nécessaire qu’adultes et élèves changent leur point de vue ou montrent suffisamment de recul pour comprendre les messages reçus et aider efficacement les élèves. C’est le défi qu’ont souhaité relever les 2 CPE du collège, déjà sensibilisés à la méthode de "préoccupation partagée", accompagnés du professeur d’arts plastiques et de 2 surveillants, en engageant non seulement les élèves du CVC sur la question du harcèlement mais également toute la communauté éducative. L’inscription au concours national "Non au harcèlement" a donné l’occasion de réaliser différentes productions (plastiques, audio dont le rap "Goutte après goutte" et vidéo) qui ont été par la suite des supports reconnus par tous les collégiens et ont permis de mener avec eux de riches débats autour de cette question cruciale.

https://www.preoccupationpartagee.org/
https://www.ac-nice.fr/phare
Flyer réalisé pendant l’école ouverte

QUI ?

5 membre(s) dans l’équipe - 1 partenaire(s)
• 2 CPE dont un formateur dans le dispositif pHARe, une professeure d’arts plastiques et 2 surveillants.
• Les élèves du CVC.
• La Direction qui soutient le dispositif et facilite sa mise en œuvre.

- Les partenaires

• Surveillantes
Claire Bastard et Dorothée Delamarre : vidéo et ateliers plastiques

- Les participants

• 40 élève(s)
• 3 enseignant(s)
• 2 autre(s) participant(s)

OÙ ?

LA MARQUISANNE, Toulon, académie Nice (023) [REP+]
Collège - 6ème, 5ème, 4ème, 3ème

Dans l’établissement pour la réalisation et la production pendant l’école ouverte (le temps fort du dispositif) mais la question du harcèlement a été traitée en amont avec tous les élèves du CVC (la conception du projet) et le développement s’est poursuivi les semaines suivantes.

Lieux occupés : la cour du collège, la salle polyvalente et la salle de classe du cours d’arts plastiques.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 0 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Un travail autour de l’égalité "fille-garçon" a été conduit l’année précédente par le CVC avec des résultats très positifs. Il restait néanmoins un point à traiter : le cyberharcèlement. L’établissement s’engageant dans le nouveau dispositif ministériel pHARe dès la rentrée scolaire, les élèves du CVC ont tout naturellement décidé de s’engager plus globalement sur la question du harcèlement soutenus par leurs CPE.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Réaliser des outils intéressants pour servir de supports à des échanges et s’adresser à l’ensemble des collégiens pour les sensibiliser au harcèlement.
• Donner la parole aux élèves en les rendant acteurs de la prévention
• Développer la vigilance des élèves sur les situations de harcèlement
• Développer l’empathie et la bienveillance

QUAND ?

Du 01/09/2021 Au 07/07/2022

COMMENT ?

• Premier temps : dès le début d’année, en cours d’arts plastiques, tous les élèves du collège ont travaillé à la conception des réalisations qui ont pris forme pendant l’école ouverte (vacances de la Toussaint).

• Deuxième temps : école ouverte et réalisation des différentes productions (plastiques, audio, vidéo).

• Troisième temps : après l’école ouverte, pendant deux semaines, toutes les classes du collège ont reçu la visite d’un binôme (un adulte et un élève du CVC) afin d’échanger pendant 1 heure autour des productions réalisées et d’engager un débat autour du harcèlement.

- Moyens mobilisés

• Ressource : 2 temps plein (budget de l’école ouverte), Type : Financier, Volume : 100

- Modalités de mise en œuvre

6 ateliers ont été menés pendant les cinq jours du l’école ouverte.
Les réalisations :

• un flyer afin de laisser une trace à tous les élèves avec la définition du harcèlement, les numéros d’urgence, les photos de certaines réalisations ainsi que les paroles du rap écrit par le groupe.
• une installation anamorphose qui permet de lire "NON AU HARCÈLEMENT". Cette structure est composée de cartons (récupérés chez les commerçants) peints en blanc, montés les uns sur les autres à l’aide de scotch et de colle avec une projection de la phrase. L’idée était de créer une œuvre qui interroge le point de vue. Si on n’était pas au bon endroit de l’anamorphose, on ne lisait pas la phrase ; il fallait donc trouver le bon point de vue pour comprendre le message (illustration métaphorique de notre relation au harcèlement).
• l’écriture de messages dans les escaliers marche après marche qui nécessitait de les voir de loin pour pouvoir les lire (avoir suffisamment de recul pour comprendre le message !) : "c’est pour rire", "la violence n’est pas l’humour", "harcèlement ; il faut en parler".
• l’arbre à messages : des messages illustrés et plastifiés en formes de nuage ont été accrochés dans les quatre oliviers de la cour ; il s’agissait de slogans contre le harcèlement.
• un rap écrit et enregistré par les élèves.
• une vidéo : les élèves-acteurs sont masqués pour signifier que le harcèlement peut arriver à n’importe qui et n’importe qui peut potentiellement être un intimidateur présumé s’il ne prend pas garde à être systématiquement bienveillant. Le masque montre l’interchangeabilité possible de la situation (victime ou intimidateur).

Toutes ces productions sont regroupées sous un QR code que l’on retrouve sur l’affiche réalisée pour le concours.

QUEL BILAN ?

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Le projet qui s’est déroulé dans la bonne humeur et la convivialité d’une école ouverte a permis d’engager réellement les élèves sur un thème grave.
• Les productions ont été de grande qualité (beaucoup de sérieux, de soin et d’exigence apportés aux réalisations).
• Les élèves du CVC ont été très fiers du projet et de ses prolongements et cela a contribué à renforcer l’estime d’eux-mêmes.

ET APRÈS ?

• Côté élèves, certains plutôt réservés s’adressent désormais beaucoup plus facilement aux CPE ou aux surveillants lorsqu’ils repèrent une situation de harcèlement ou lorsqu’ils en sont victime.
La forte visibilité donnée à la problématique du harcèlement a permis de modifier le climat de l’établissement.L’adhésion à cette problématique est plus importante chez tous les collégiens.

• Côté adultes, ce travail mené en profondeur a permis d’avoir un regard plus aiguisé sur les situations de harcèlement et de modifier leur positionnement (une gestion des conflits beaucoup moins frontale, la reconnaissance d’un réel statut de victime à l’élève harcelé, une recherche de solution avec l’élève intimidateur sur un temps très bref).

- Diffusion

Diffusion Type Document, lien Date
Interview harcèlement sur Radio Active 100fm dans Paroles d’écoles Vidéo https://drive.google.com/file/d/1oL2eZr9AA5XDRuGoPRwXkjBUCgi9jT3e/view?usp=sharing 15/12/2021
Rap "Goutte après goutte" Vidéo https://drive.google.com/file/d/1iG6cxRn5EAJ98Jz6NQ_Y6m5duZObE7Te/view?usp=sharing x
Affiche Non au harcèlement Tetxe Affiche harcèlement.pdf x

- Développement et suite de l’action

Le dispositif se poursuit à travers différentes actions qui sont menées régulièrement par les élèves du CVC. Il vise de plus à engager davantage de professeurs qui pourraient à leur tour mettre en place des activités coopératives et collaboratives afin de contribuer à développer chez leurs élèves empathie et bienveillance.

Extrait d’Innovathèque du 19.01.22

Répondre à cet article