> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Jeunes, Médias, Sport > Médias et quartiers > Utiliser les films français récents en cours de géographie. Sélection et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Utiliser les films français récents en cours de géographie. Sélection et entretien d’un professeur cinéphile au collège REP Rostand de Sains-en-Gohelle avec Le Café

31 janvier

Gabriel Kieszewski : La géo fait son cinéma

Que nous dit le cinéma français de notre espace national ? Professeur d’histoire-géographie au collège [REP] Rostand de Sains-en-Gohelle, Gabriel Kieszewski publie une analyse éclairante de la façon dont les films français sortis depuis mai 2021 dessinent nos les espaces français. Comment le professeur peut-il s’emparer de ces œuvres pour ses cours ? Quelles déformations renvoie le cinéma français ? Gabriel Kieszewski parle aussi de l’amour du cinéma...

Après des mois de fermeture des salles, de nombreux films sont sortis à partir de mai 2021. Vous les avez analysés avec l’oeil du cinéphile mais aussi du géographe. Quelle image de la France renvoient-ils ? Une France des favorisés ?

C’est un des constats que l’on peut faire car ces réalisateurs filment souvent depuis Paris. Certains sont conscients de leur situation privilégiée, comme C. Corsini dans La fracture. Parfois ils ne le sont pas comme S Lindon dans 16 printemps qui filme un 16ème arrondissement très privilégié.

L’espace de ces films français est il déformé par le parisianisme ?

Cela dépend. Certains films surreprésentent Paris. Par exemple quand ils sortent de Paris ils montrent "la province" ou "la campagne", des lieux qui ne sont pas précisément nommés. Mais parfois le réalisateur parle du territoire où il habite comme X Beauvois dans L’albatros où il filme le terroir dans lequel il habite et la crise de la ruralité.

On a parfois chez certains réalisateurs la conscience que la province existe, comme C Corsini dans La fracture. Elle filme des gilets jaunes à travers le point de vue de bobos parisiennes. Elle parle d’une France que les parisiens ont découvert les samedis avec les gilets jaunes.

Il y aussi une France rêvée dans ces films. C’est aussi un espace du parisianisme ?

Là aussi cela dépend. On peut voir un Paris qui ne fonctionne que par quartiers fermés comme dans La pièce rapportée de A. Peredjatko qui filme l’ouest parisien d’une grande famille bourgeoise. Mais on a aussi un Paris qui s’ouvre comme celui de J Audiard dans Les Olympiades où il montre un village global.

Le cinéma est l’art de l’illusion. Ces films peuvent ils être la base d’un enseignement ?

Le film peut documenter une réalité par exemple un paysage ou un usage de lieux. Mais ces films de 2021 peuvent plutôt servir à travailler des représentations. Cela invite à regarder les films avec un œil critique. Un bon exemple est donné par deux films sur les quartiers nord de Marseille. Bac Nord de C Jimenez montre le point de vue de la police avec des quartiers de non droits. A l’inverse Bonne mère, de H Herzi, filme ces quartiers du point de vue d’une habitante. D’un coté on montre une zone de guerre livrée à des hordes sauvages, de l’autre un espace de vie habité.

Comment les professeurs peuvent ils utiliser ces films ?

Déjà on peut dresser la liste des espaces de ces films pour montrer la force des métropoles et surtout Paris. La moitié des films s’y déroulent. Ensuite on peut s’appuyer sur le synopsis pour tracer des itinéraires. Par exemple Les amours d’Anaïs montrent l’itinéraire quiva de quartiers bourgeois de Paris vers des lieux attachés à la bourgeoisie en Bretagne. La Troisième guerre raconte la façon dont les soldats de Sentinelle quadrillent Paris. On a deux personnes du même âge mais qui ont des itinéraires différents. On voit les singularités socio spatiales.

Vous enseignez à Sains en Gohelle. L’accès aux films y est-il facile ? Quel film pour décrire votre espace ?

Pour nous la référence c’est Germinal ou Bienvenue chez les chtis. Ce dernier film permet de déconstruire l’image du Nord vu par Dany Boon. On peut déconstruire ce film en le comparant à la géographie réelle de Bergues.

Propos recueillis par F. Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 14.01.22

 

La France au cinéma, 2021
Comment mobiliser le cinéma au profit de l’enseignement de la géographie, spécialement celle de la France ?

Métropolisation, attractivité, mobilités, mutations et recompositions des espaces urbains comme ruraux et évolution des rapports entre eux… occupent une place de choix dans l’enseignement de géographie dispensé en classe de 3ème, puis au lycée, spécialement en classe de 1ère générale et technologique. Quelle France le cinéma donne-t-il à voir ? Comment se fait-il le témoin des évolutions qui bouleversent paysages, territoires, et sociétés ?
Centré sur plus d’une trentaine de films sortis en France en 2021, l’article proposé, au caractère subjectif revendiqué, dresse un portrait sensible d’une France restituée, rêvée, voire fantasmée par les réalisateurs. Ce faisant, il entend nourrir la réflexion sur la représentation des espaces et soutenir la mobilisation du cinéma dans la mise en œuvre de notre enseignement.

Une-geographie-de-la-France-au-travers-de-films-sortis-en-2021
Extrait de pedagogie.ac-lille.fr du 10.01.22

 

Voir aussi
Médias et quartiers
l’aide NAVIG. Emi, Numérique, Audiovisuel, Films

Répondre à cet article