> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Laïcité > Laïcité (Textes et Déclarations officielles) > J.-M. Blanquer lance un "laboratoire de la République"

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

J.-M. Blanquer lance un "laboratoire de la République"

14 octobre 2021

LE LABORATOIRE DE LA REPUBLIQUE

Je m’engage pour la République
Oui, notre République fera face aux défis du 21ème siècle et continuera d’être un modèle à suivre dans le monde, pour autant qu’elle sache évoluer et répondre aux nouveaux enjeux auxquels elle fait face.

JE M’ENGAGE,
JE SIGNE LE MANIFESTE
CONTINUER VERS LE SITE

Extrait de laboratoire delarepublique.fr

 

Jean-Michel Blanquer : « La France et sa jeunesse doivent échapper à l’idéologie woke »
Le ministre de l’éducation lance, mercredi, un groupe de réflexion sur les valeurs de la République, à quelques jours de la commémoration de l’assassinat de Samuel Paty.

A l’occasion du lancement de son « laboratoire de la République », le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, détaille les objectifs de ce cercle de réflexion, destiné à insuffler des idées dans la campagne de la majorité, notamment sur la laïcité.

Quelle est l’ambition du « laboratoire de la République » ?
Lorsque l’on dit « Vive la République », on ne sait pas toujours ce qu’il y a derrière cette invocation. Le cercle que je lance veut montrer le caractère concret de ce contenu, notamment en direction de la jeunesse. Notre société affronte trois grands défis, écologique, technologique et géopolitique. Je veux faire la démonstration que sur ces trois enjeux, l’idée républicaine peut apporter des réponses. Il s’agit ensuite de penser des politiques publiques pour l’incarner. En travaillant à partir des quatre adjectifs que donne notre Constitution à la République : démocratique, sociale, indivisible, laïque.

Comment va-t-il fonctionner ?
Ce n’est pas un parti politique, ni un mouvement, mais un cercle de réflexion et d’action. Il aura vocation à être utile dans la campagne présidentielle et plus généralement, dans le débat d’idées. J’y invite des gens d’horizons différents, comme Elisabeth Badinter, qui incarne un féminisme républicain opposé à la guerre des sexes ; ou Rachel Kahn, figure d’une lutte antiraciste indifférente à la couleur de peau. Une centaine de parlementaires y participeront également. Et un certain nombre d’experts, invités à s’exprimer sur une plate-forme en ligne. Le dépassement du clivage gauche-droite est au cœur de l’approche républicaine.

Vous avez déjà créé un Conseil des sages de la laïcité. Au ministère de l’intérieur, il y a désormais un comité interministériel laïcité, un « bureau laïcité ». Qu’est-ce que ce nouveau laboratoire peut vous permettre de faire de plus ?

Extrait de lemonde.fr du 13.10.21
[...]

 

JM Blanquer crée son club politique
Le ministre de l’éducation nationale a inauguré le 13 octobre son nouveau club politique appelé "le laboratoire de la République". Il publie son manifeste et quelques textes de JM Blanquer et de N Elimas. Le thème central semble être la dénonciation des mouvements anti racistes, du mouvement décolonial et de l’écriture inclusive. Le laboratoire de la République penche bien à droite.

Un manifeste flou

Pas facile de savoir qui participe à ce nouveau club politique. Seuls les noms de JM Blanquer et Nathalie Elimas apparaissent sur le site. Facile par contre de connaitre l’orientation du club. Elle transparait dans les quelques textes qui y sont publiés.

Le Manifeste du Laboratoire reste assez flou. "A travers le débat d’idées, l’action et l’engagement public, le « Laboratoire de la République » a vocation à rassembler tous les femmes et les hommes qui, sans se définir par rapport à un parti, à un clan, veulent consolider la République et le Pacte républicain autour des valeurs qui les fondent. Il ne s’agit pas seulement de protéger notre République contre ceux qui voudraient la voir vaciller mais d’apporter des réponses concrètes aux défis actuels afin de tracer un chemin pour les générations nouvelles en liant pensée et action."

Mais des ennemis désignés à gauche

Tout le monde peut souscrire à un tel projet. C’est dans les autres textes que l’on trouve ce qui caractérise ce club. "C’est sur les bases de ce flou conceptuel que surgissent de nouvelles formes de racisme : je veux parler du racialisme indigéniste, venu des États-Unis, qui prolifère en France et trouve un écho particulier au sein de notre jeunesse. Certains en effet, sous couvert de théories décoloniales, réactivent le concept de race, non pas pour démonter les rouages de la discrimination, non pas pour faire œuvre de discernement, mais bien pour faire œuvre de division, pour fragmenter la société en communautés adverses : les racisés et les non racisés. Il faut dire les choses : quand on parle de « racialisme », on prône la séparation", explique un texte publié sur le site.

On a même cet extrait stupéfiant : "Quand j’entends parler de racisme d’État, en tant que membre du gouvernement, comme en tant que citoyen, je me dois d’exprimer toute ma colère face à de telles idées aussi fausses que malhonnêtes. Est-il besoin de rappeler devant la représentation nationale, que c’est la République qui, par deux fois, a aboli l’esclavage en France ? A quelques jours du 80ème anniversaire de la création du statut des Juifs par Vichy, on ne peut qu’être révolté de l’emploi du terme de racisme d’État".

Contre l’écriture inclusive

Un autre texte s’attaque à l’écriture inclusive. "nous ne parlons pas d’un petit sujet, d’une lubie de quelques personnes isolées qui se seraient prises de passion pour un nouveau jeu littéraire, un nouvel idéal oulipien. L’écriture inclusive n’a rien à voir avec un exercice de style. Elle est un enjeu de société, un enjeu à la fois éducatif et politique, c’est-à-dire un enjeu qui nous préoccupe tous... A l’université, et désormais à l’école, de plus en plus d’élèves l’emploient dans leurs copies, et nos professeurs se trouvent bien en peine de les corriger, souvent désemparés et dépassés par l’ampleur du phénomène... L’écriture inclusive participe d’une idéologie qui, comme toute idéologie, ne souffre pas la contestation et cherche à imposer ses vues à tous. Cette idéologie oppose les hommes et les femmes, les dominants et les dominés. Elle fait du terrain linguistique un champ de bataille où deux camps viennent s’opposer face à face". L’inversion de raisonnement est le même que pour le racisme.

Au service d’une ambition

On le voit la Laboratoire de la République est un nouveau club conservateur, obsédé par l’extrême gauche, par le souvenir colonial et assez conservateur pour se hérisser devant la remise en cause du patriarcat littéraire.

Jean-Michel Blanquer a maintenant son outil politique. C’est encore un petit instrument. Mais s’il en a ressenti le besoin c’est qu’il a des ambitions politiques. Et qu’il veut compter ses forces.

François Jarraud

Le laboratoire de la République

Extrait de cafepedagogique.net du 14.10.21

Répondre à cet article