> INEGALITES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE.. > Illettrisme (jeunes et adultes) > Illectronisme : selon l’Insee, 16,5 % des Français ont des difficultés avec (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Illectronisme : selon l’Insee, 16,5 % des Français ont des difficultés avec le numérique. Cette population est distincte de celle touchée par l’illettrisme (Le Monde)

8 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Illectronisme : les laissés-pour-compte du tout-numérique
Les initiatives se multiplient pour aider les 16,5 % de Français démunis face à la dématérialisation accélérée des services publics et privés.

[...] Comme elle, des milliers de personnes se sont retrouvées en difficulté face au numérique pendant les confinements. En particulier les familles ne disposant pas d’un ordinateur ou d’une tablette à la maison. « La pandémie a brutalement exacerbé les problèmes liés à la dématérialisation des administrations », résume Michel Lansard, responsable du département numérique de l’association ATD Quart Monde. Et ce, alors que la plupart des services publics seront dématérialisés d’ici à 2022.

Pas qu’une question d’équipement
Lundi 6 septembre, la ministre de la transformation et de la fonction publiques, Amélie de Montchalin, a dévoilé que 212 des 250 formalités considérées comme « essentielles à la vie quotidienne des Français » peuvent déjà être effectuées en ligne. « Sans parler des services privés : factures d’électricité numériques, courses en ligne, achat de billets, envois de candidatures… Désormais, le numérique est au cœur de nos vies », complète Jean Deydier, fondateur d’Emmaüs Connect et de WeTechCare, deux associations consacrées à l’inclusion numérique.

Seulement, voilà : aujourd’hui, près de 13 millions de personnes déclarent rencontrer des difficultés dans l’usage des outils numériques, selon le Défenseur des droits. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), lui, estime que 16,5 % de la population souffre d’« illectronisme », c’est-à-dire d’incapacité à se servir des outils numériques.

En 2019, parmi les 10 % des ménages les plus modestes, 68 % disposaient d’un ordinateur et 75 % d’un accès à Internet, selon l’Insee. Au sein des 10 % les plus riches, la proportion est de 95 % et 96 %. Mais le sujet, plus complexe qu’il n’y paraît, est loin de se résumer à une question d’équipement. « Il n’y a pas une, mais des fractures numériques, à géométrie variable selon l’âge, la région, la classe sociale », explique Jean-François Lucas, sociologue de la ville numérique.

« La comparaison avec le terme “illettrisme” est d’ailleurs discutable », ajoute Pascal Plantard, anthropologue à l’université Rennes-II et codirecteur de Marsouin, le plus important réseau francophone de recherches sur les usages des technologies. Sur les 13 millions de Français concernés, estime-t-il, seuls 3 millions à 4 millions sont véritablement exclus du numérique – en particulier les très âgés, les personnes en difficulté sociale, celles vivant en zone blanche ou celles en situation irrégulière. Les autres, soit près de 10 millions, sont essentiellement « mal à l’aise avec certains usages ».

Extrait de lemonde.fr du 07.09.21

 

Voir aussi Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme du 6 au 12 septembre 2021

Répondre à cet article